Sevrage somnifère : comment faire ?

Les somnifères peuvent aider à régler les problèmes de sommeil, mais ils peuvent également causer des effets secondaires indésirables et conduire à la dépendance. Quand vient le temps de sevrer, il peut être difficile de savoir comment procéder. Dans cet article, nous allons examiner les meilleures pratiques pour le sevrage des somnifères, incluant des conseils sur la façon de procéder en toute sécurité et avec le moins de symptômes de sevrage possible. Nous allons également discuter des moyens naturels de gérer les problèmes de sommeil afin que vous puissiez vous passer de somnifères.

Pourquoi arrêter les somnifères ?

Près de 40 % des habitants de France vivent avec des problèmes de sommeil. Les professionnels de santé peu informés sur le sommeil et les solutions naturelles pour l’insomnie recommandent souvent le recours aux somnifères.

📖 En 2018, 10 millions de français prenaient des somnifères.

Prendre des somnifères n’est pas anodin. Mais comment fonctionnent-ils et quels sont leurs effets ?

Qu’est-ce qu’un somnifère ?

Les somnifères sont généralement des benzodiazépines ou des molécules similaires, comme le Zopiclone ou le Zolpidem. Ils sont prescrits pour lutter contre les troubles du sommeil. D’autres somnifères sont disponibles sous forme d’antihistaminique, d’homéopathie ou à base de mélatonine.

Les benzodiazépines sont principalement des hypnotiques, c’est-à-dire qu’ils font dormir, ou des anxiolytiques, c’est-à-dire qu’ils procurent une relaxation. Les somnifères au sens large désignent donc tous les médicaments qui peuvent aider à s’endormir d’une manière ou d’une autre. Les anxiolytiques, tels que le Lexomil, favorisent la détente et peuvent ainsi faciliter l’endormissement.

Pourquoi les somnifères sont-ils nocifs ?

Les somnifères ne guérissent pas l’insomnie

Les somnifères peuvent être des hypnotiques sédatifs ou des tranquillisants (anxiolytiques).

Dans le premier cas, le médicament permet à la personne de s’endormir momentanément, mais cela ne résout pas le trouble de l’insomnie. Cela peut aider à court terme lors d’un événement stressant, mais ne constitue pas une solution à long terme.

Dans le second cas, l’anxiolytique apaise les muscles et le cerveau ce qui facilite l’endormissement, mais cela ne résout pas non plus le problème à la base. 

💊 Les somnifères sont une solution ponctuelle pour aider à dormir, mais qui ne devrait pas être utilisée à long terme.

Les somnifères ne sont pas une réponse efficace à l’insomnie. Les benzodiazépines détériorent la qualité du sommeil profond, phase considérée comme le plus réparateur. Les médicaments pour dormir nous permettent de nous endormir, mais n’offrent pas les bienfaits d’un sommeil naturel, et n’ont pas d’efficacité à long terme.

⚠️ Au-delà du manque d’efficacité à long terme, les somnifères peuvent être dangereux car ils provoquent de la dépendance, de l’accoutumance et de nombreux effets secondaires.

Les effets secondaires des benzodiazépines

Les benzodiazépines peuvent provoquer de nombreux effets secondaires. Certains sont fréquents, d’autres apparaissent sur le long terme.

Les effets secondaires les plus courants sont :

  • la somnolence ;
  • la sédation ;
  • des étourdissements ;
  • de la perte d’équilibre.
Lire aussi  Comment arrêter de ronfler ?

En cas de prise d’une dose élevée, les effets suivants peuvent survenir :

  • confusion ;
  • désorientation ;
  • amnésie ;
  • difficultés respiratoires ;
  • dépression.

Dans de rares cas, les benzodiazépines peuvent provoquer :

  • agitation ;
  • hallucinations ;
  • cauchemars.

Les effets secondaires peuvent être réduits en diminuant la dose du médicament.

⚠️ Les personnes qui prennent des benzodiazépines peuvent rencontrer des difficultés à assimiler et à retenir des informations, ainsi qu’à effectuer certaines tâches physiques et mentales.

Les effets secondaires s’estompent lorsque les effets du médicament s’estompent.

La dépendance aux somnifères

Les somnifères et notamment les benzodiazépines entraînent une dépendance. La dépendance à un médicament signifie le besoin d’en consommer ou de ressentir ses effets suite à un usage répété. Typiquement, pour les somnifères, la dépendance se manifeste par la difficulté, voire l’impossibilité de dormir sans.

Les dangers des médicaments somnifères

Le Lorazépam et l’Alprazolam, contenus respectivement dans les médicaments Temesta et Xanax, sont les plus susceptibles de provoquer une dépendance chez les utilisateurs. La consommation de ces médicaments à long terme et en doses importantes augmente le risque de dépendance.
Les benzodiazépines de dernière génération, à l’instar du Zolpidem et de la Zopiclone, sont moins addictives et sont donc plus fréquemment prescrites. C’est ce qui explique que le Zolpidem soit le somnifère le plus commercialisé en France.
L’accoutumance à ces médicaments est également dangereuse. Les doses deviennent alors insuffisantes et il faut en prendre plus pour obtenir le même effet. Ne prenez pas plus de somnifères sans en parler à votre médecin et n’essayez pas de vous auto-médicamenter. Évaluez d’abord votre sommeil en seulement 2 minutes avant de prendre un médicament.

Comment arrêter les somnifères ?

Être accompagné et ne pas se sevrer seul

Terminer le traitement des somnifères, après des mois ou des années de prise, cela signifie mettre fin à une dépendance. Dans ces conditions, un accompagnement par un médecin peut s’avérer nécessaire.

Un arrêt trop soudain de la prise des somnifères peut entraîner un effet rebond, c’est-à-dire le retour des symptômes antérieurs à la consommation, et qui sont plus intenses. En cas de dépendance, le manque de la substance peut aussi provoquer des effets secondaires.

Pour sevrer correctement, le médecin traitant peut délivrer un certificat médical pour prendre un rendez-vous dans un centre du sommeil.

Les techniques pour arrêter les somnifères ?

Il existe quelques astuces pour réussir le sevrage.

L’arrêt progressif du somnifère pour un sevrage réussi

Il est important de cesser la prise des somnifères progressivement. Un arrêt brutal peut causer un effet rebond et/ou des effets secondaires.

Si l’on arrête trop brusquement, le corps peut ressentir un manque et des doses réduites trop vite ne produiront pas les mêmes effets.

🩺 Plus le somnifère est puissant, plus le sevrage doit être long, pour permettre au corps de s’acclimater à la vie sans cette substance.

En moyenne, la phase de sevrage dure entre 3 et 20 jours, selon le médicament. Pendant cette période, il est fréquent de ressentir des symptômes qui sont tout à fait normaux :

  • anxiété ;
  • fourmillements ;
  • insomnies ;
  • maux de tête ;
  • transpiration ;
  • tension ;
  • baisse de la concentration ;
  • troubles sensoriels ;
  • perte d’appétit
  • cauchemars.

La gravité des symptômes de sevrage dépend :

  • du type de benzodiazépines;
  • de la quantité prise ;
  • du temps écoulé depuis le début de l’utilisation ;
  • de la façon dont on a stoppé le médicament (l’arrêt soudain de la prise, ou non).

Les symptômes graves que peuvent vivre les personnes qui ont pris des doses élevées de benzodiazépines pendant longtemps sont : agitation, paranoïa, délire et convulsions.

Lire aussi  Réveil précoce : comment traiter cette insomnie ?

Le sevrage par un traitement médicamenteux

En fonction du somnifère à sevrer, on peut commencer par compenser le manque par la prise d’un autre somnifère, plus léger. Les benzodiazépines peuvent être sevrées par des molécules proches des benzodiazépines, moins fortes.

Les médicaments à effet prolongé peuvent aussi compenser les somnifères à demi-vie courte. C’est le cas du Valium qui peut se substituer à des médicaments plus puissants tels que le Xanax.

Le sevrage par le placebo

La prise de placebo, en substitution progressive avec le vrai somnifère, peut s’avérer une méthode très efficace pour certains insomniaques. 

Le médecin peut par exemple prescrire 20 gélules vides, dont 15 remplies avec le vrai somnifère et 5 avec du sucre. Elles sont prises de manière aléatoire, sans que le patient ne sache si le médicament est authentique, ou du sucre. Après 20 jours, on réduit le nombre de gélules somnifères, par exemple 10 et 10, etc.

Que faire en cas de problème de sommeil pendant la phase de sevrage ?

Si vous essayez de diminuer ou d’arrêter les somnifères, des difficultés pour s’endormir ou des réveils nocturnes peuvent survenir.

Une stratégie pour le sommeil peut alors être la solution. Ces programmes vous donnent confiance en votre capacité de vous endormir et remettent le sommeil sur les rails, peu à peu.

Une alternative aux somnifères

Un programme de sommeil durable pour venir à bout de l’insomnie

Si vous souhaitez vous libérer des somnifères et retrouver un sommeil profond, il existe des solutions durables pour la plupart des personnes insomniaques.

Sandra, qui a créé Sleepie, est une ancienne insomniaque qui a étudié la somnothérapie. Elle a conçu le programme Sleepie, composé d’audios, de vidéos et de textes, un peu comme un cours en ligne. 

Le programme peut être suivi à votre rythme sur votre ordinateur. Les personnes qui le suivent témoignent en général d’une amélioration du sommeil dans les quelques jours qui suivent, et d’un sommeil consolidé après 3 à 4 mois. 

Le programme est entièrement satisfait ou remboursé sur simple demande par email. À ce jour, moins de 8% des clients en font la demande.

Comment fonctionne un programme de ré-apprentissage du sommeil ?

Le programme Sleepie vous permet de retrouver le sommeil et de récupérer votre confiance en votre capacité à dormir. Rappelez-vous : il est possible de retrouver un sommeil profond. 

💤 L’une des grandes forces du programme est qu’il a été créé par une ancienne insomniaque qui a réussi à s’en sortir et qui comprend donc ce que vous vivez.

Comment fonctionne-t-il ? Tout d’abord, il explique les facteurs qui vous empêchent de dormir aujourd’hui, ainsi que les erreurs les plus courantes des insomniaques ! Puis, il vous fournit de nombreuses recommandations à appliquer dès le premier jour. Vous allez petit à petit rééquilibrer votre sommeil… Entre autres en limitant le temps passé au lit et en respectant des horaires réguliers. Mais pas seulement ! Le programme Sleepie est un programme complet qui doit être suivi pendant 3 à 4 mois. Si vous tenez bon, vous verrez des résultats !

Quelle durée doit avoir le sevrage ?

Réponse : Le sevrage doit durer environ 4 semaines, avec une réduction progressive de la dose sur une période de 2 à 4 semaines.

Quels sont les symptômes possibles pendant le sevrage ?

Réponse : Les symptômes pendant le sevrage peuvent inclure des troubles du sommeil, des cauchemars, des étourdissements, des maux de tête, des nausées, des vertiges, des maux d’estomac, des palpitations, des tremblements, des maux de dos, de la fatigue et des sautes d’humeur.

Quels sont les facteurs à prendre en compte pour un sevrage réussi ?

Réponse : Pour un sevrage réussi, il est important de consulter un médecin pour obtenir un plan de sevrage personnalisé et de prendre en compte des facteurs tels que la durée et le dosage de la prise de somnifères, les médicaments qui sont pris en conjonction et la présence d’autres troubles de santé mentale ou physique.

Notez cet article !

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur Facebook
partager sur Twitter
Partager sur Linkdin
Partager sur Pinterest