Respiration de Cheyne-Stokes

Les respirations de Cheyne-Stokes sont un schéma respiratoire anormal rare qui peut survenir pendant l’éveil mais qui se produit généralement pendant le sommeil. Le schéma implique une période de respiration rapide et peu profonde suivie d’une respiration lente et plus lourde et de moments sans respiration du tout, appelés apnées. Au lieu d’une apnée, certaines personnes ont des périodes de respiration extrêmement superficielle, appelées hypopnées. Après une apnée ou une hypopnée, le schéma recommence dans un cycle qui dure généralement de 45 à 90 secondes.

La respiration de Cheyne-Stokes peut être associée à une apnée centrale du sommeil. L’apnée obstructive du sommeil implique des apnées causées par un blocage physique dans la gorge, généralement un tissu musculaire relâché, mais l’apnée centrale du sommeil survient lorsque le corps ne fait pas l’effort respiratoire approprié pendant le sommeil en raison de l’absence de signaux du cerveau. De même, l’instabilité du contrôle respiratoire sous-tend le développement de la respiration de Cheyne-Stokes. Cependant, l’apnée centrale du sommeil et les respirations de Cheyne-Stokes ont un impact sur l’effort respiratoire de différentes manières.

Causes des respirations de Cheyne-Stokes

Les causes les plus courantes de respiration de Cheyne-Stokes sont l’insuffisance cardiaque et l’accident vasculaire cérébral. Bien que considérée comme rare, la respiration de Cheyne-Stokes survient chez 25 à 50 % des personnes souffrant d’insuffisance cardiaque. Ce schéma respiratoire semble être moins fréquent chez les personnes qui ont subi un accident vasculaire cérébral que chez celles qui souffrent d’insuffisance cardiaque, bien que des facteurs tels que l’implication d’une artère majeure ou une cardio-embolie puissent augmenter le risque.

En plus de l’insuffisance cardiaque et des accidents vasculaires cérébraux, la respiration de Cheyne-Stokes est associée à :

  • Arrivée en haute altitude
  • Lésion cérébrale ou tumeur cérébrale
  • Pression intracrânienne élevée
  • Œdème pulmonaire cardiogénique aigu

La respiration de Cheyne-Stokes est également un signe clinique observé chez les personnes en train de mourir.

Symptômes des respirations de Cheyne-Stokes

Le principal symptôme de la respiration de Cheyne-Stokes est son schéma respiratoire crescendo-decrescendo caractéristique. Ce schéma se produit principalement pendant le sommeil, en particulier les stades un et deux du sommeil non paradoxal, mais peut également se produire pendant l’éveil. Il est peu probable que les personnes endormies ou sous sédatifs soient conscientes de leur rythme respiratoire.

Lire aussi  Tailles de drap de lit

La respiration de Cheyne-Stokes a tendance à être pire lorsque les gens dorment sur le dos. Les personnes atteintes de cette maladie éprouvent au moins cinq apnées ou hypopnées par nuit, bien qu’elles puissent en éprouver beaucoup plus.

Les autres symptômes associés à la respiration de Cheyne-Stokes comprennent :

  • Fatigue et somnolence diurne excessive
  • Respiration difficile ou laborieuse
  • Ronflement fort
  • Quintes de toux soudaines
  • Mouvements périodiques des membres pendant le sommeil

En quoi les respirations de Cheyne-Stokes sont-elles différentes des conditions similaires qui affectent la respiration ?

La respiration de Cheyne-Stokes n’est qu’une des conditions qui peuvent affecter la façon dont vous respirez pendant que vous dormez ou que vous êtes éveillé. Bien que différentes conditions respiratoires puissent partager des similitudes, chacune est causée par des facteurs uniques et présente des symptômes distincts. Si vous êtes préoccupé par vos habitudes respiratoires ou celles d’un être cher, il est important de parler à votre médecin pour un diagnostic et un traitement.

https://www.monsieurdream.com/wp-content/uploads/2022/09/1662660052_804_33dqnxp_Lofta_CTA_Desktop_SF_V2.jpeg
https://www.monsieurdream.com/wp-content/uploads/2022/09/1662703528_375_33dqnxp_Lofta_CTA_Mobile_SF_V2.jpeg

Apnée centrale du sommeil

L’apnée centrale du sommeil et la respiration de Cheyne-Stokes sont toutes deux causées par un faible effort respiratoire et partagent bon nombre des mêmes symptômes, en particulier une somnolence diurne excessive et des ronflements bruyants. Cependant, l’apnée centrale du sommeil ne provoque pas le schéma respiratoire caractéristique de Cheyne-Stokes, et la cause sous-jacente du faible effort respiratoire diffère entre les deux conditions.

Respiration de Kussmaul

La respiration de Kussmaul est un type de respiration profonde et rapide qui peut être décrite comme une « faim d’air ». Contrairement à la respiration de Cheyne-Stokes, la respiration de Kussmaul reste à un rythme et n’inclut pas de périodes de respiration lente, d’apnées ou d’hypopnées. Cela a également tendance à se produire lorsque quelqu’un est éveillé. La cause la plus fréquente de la respiration de Kussmaul est l’acidocétose diabétique, bien qu’elle puisse également être causée par tout trouble provoquant une accumulation d’acide dans le corps.

Hypoventilation ou hyperventilation

L’hypoventilation implique une respiration trop lente ou superficielle, tandis que l’hyperventilation décrit une respiration trop rapide ou profonde. Bien que la respiration de Cheyne-Stokes comprenne des périodes des deux, son schéma spécifique d’hyperventilation suivie d’une hypoventilation avec des apnées ou des hypopnées périodiques est unique. L’hyperventilation et l’hypoventilation peuvent être causées par un large éventail de conditions qui peuvent être à court terme ou chroniques.

Les respirations de Biot

Aussi connue sous le nom de respiration ataxique, la respiration de Biot est similaire à la respiration de Cheyne-Stokes et porte le nom d’un homme qui a étudié les deux. Une personne ayant la respiration de Biot traverse des périodes de respiration très lente ou très rapide avec des apnées occasionnelles. Cependant, contrairement à la respiration de Cheyne-Stokes, la respiration ataxique est très irrégulière et n’a pas de schéma ascendant et descendant. La respiration ataxique est rarement décrite ou rapportée dans la littérature, peut-être parce que la plupart des personnes sont maintenant intubées avant qu’elle ne se produise.

Lire aussi  Les aveugles rêvent-ils ?

Diagnostiquer les respirations de Cheyne-Stokes

Bien que le diagnostic des respirations de Cheyne-Stokes qui se produisent pendant l’éveil soit relativement facile en raison de leur schéma unique, ceux qui se produisent pendant le sommeil sont souvent diagnostiqués à l’aide d’une étude du sommeil appelée polysomnographie. Les symptômes de la respiration nocturne de Cheyne-Stokes sont très similaires à ceux de l’apnée obstructive du sommeil, ce qui fait de la polysomnographie une étape importante pour garantir que les personnes atteintes de cette maladie reçoivent le bon diagnostic et le traitement approprié.

Traitement des respirations de Cheyne-Stokes

La présence de respirations de Cheyne-Stokes, en particulier lorsque quelqu’un est éveillé, peut indiquer un mauvais pronostic. C’est en partie parce que le schéma respiratoire peut conduire à un cercle vicieux dans lequel le faible taux d’oxygène dans le sang causé par les apnées peut endommager davantage le cœur ou causer des problèmes de rythme. Sans traitement, les respirations de Cheyne-Stokes peuvent provoquer des changements dans les niveaux de dioxyde de carbone qui entraînent la mort. En raison de ces préoccupations, les respirations de Cheyne-Stokes nécessitent un traitement à moins qu’elles ne fassent partie du processus de mort attendu.

Le facteur le plus important lors du traitement de la respiration de Cheyne-Stokes est de gérer ce qui l’a causé, généralement une insuffisance cardiaque congestive ou un accident vasculaire cérébral. Pour traiter le problème respiratoire lui-même, les professionnels de la santé peuvent utiliser à la fois l’oxygénothérapie nocturne et la thérapie par pression positive continue (CPAP). La thérapie CPAP est recommandée par l’American Academy of Sleep Medicine pour Cheyne-Stokes. Ce type de thérapie utilise de l’air sous pression pour maintenir les voies respiratoires ouvertes et favoriser une respiration normale. L’oxygénothérapie, quant à elle, fournit aux personnes un flux régulier d’oxygène pendant leur sommeil. Le taux de mortalité chez les personnes souffrant de respirations de Cheyne-Stokes peut être plus faible chez certains patients utilisant la thérapie CPAP, tandis que l’oxygène supplémentaire semble améliorer leurs symptômes et leur qualité de vie globale.

  • Cet article a-t-il été utile?
  • OuiNon

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
partager sur Twitter
Partager sur linkedin
Partager sur Linkdin
Partager sur pinterest
Partager sur Pinterest