Régression du sommeil sur 12 mois

Lors du premier anniversaire d’un bébé, les parents sont souvent étonnés de voir à quel point leur enfant a grandi et s’est développé. En plus de devenir plus gros, plus actifs et plus réactifs, de nombreux bébés de 12 mois ont montré des progrès dans un domaine très important pour les parents : le sommeil.

Mais les habitudes de sommeil des enfants de cet âge peuvent encore connaître des hauts et des bas. Même les bébés qui ont commencé à dormir toute la nuit peuvent soudainement avoir du mal à s’endormir ou se réveiller fréquemment pendant la nuit.

Lorsque les bébés semblent faire un pas en arrière dans leurs routines de sommeil, on parle souvent de régression du sommeil. Bien que les régressions du sommeil puissent se produire à de nombreux moments, il est courant qu’une régression se produise vers 12 mois.

Les régressions du sommeil ne sont généralement pas un problème durable. De plus, savoir ce qui peut provoquer des régressions du sommeil et comment y faire face peut permettre aux parents de mieux accompagner le sommeil de leur enfant.

Comment évolue le sommeil d’un enfant vers 12 mois ?

À mesure qu’un nourrisson grandit, la tendance de son rythme de sommeil est vers des périodes de sommeil plus longues. Une plus grande proportion de leur sommeil total se produit la nuit, même s’ils continuent à faire la sieste pendant la journée. À l’âge d’un an, les tout-petits ont besoin de moins de sommeil total chaque jour; la recommandation pour les enfants de 1 à 2 ans est de 11 à 14 heures au total par jour.

De nombreux bébés commencent à dormir toute la nuit vers l’âge de six mois, mais c’est loin d’être universel. Le développement du sommeil chez les nourrissons est très variable, de sorte que les habitudes de sommeil de nombreux enfants ne suivent pas cette chronologie. Par exemple, une étude a révélé que seulement 72 % des enfants de 12 mois dormaient six heures ou plus consécutivement la nuit. En conséquence, alors que les parents devraient s’attendre à voir une tendance vers un sommeil nocturne plus long et plus long, beaucoup ne seront pas aussi chanceux.

Bien sûr, ces fluctuations du sommeil se produisent parallèlement à un énorme changement dans d’autres aspects du développement. Les enfants d’un an montrent un plus grand engagement émotionnel, une communication accrue, des compétences cognitives accrues et des capacités physiques étendues, notamment en passant plus de temps debout et en croisière (marcher tout en se tenant aux meubles). Ces étapes de développement et d’autres peuvent influer sur l’activité diurne et le sommeil nocturne d’un bébé.

Qu’est-ce qui cause une régression du sommeil sur 12 mois ?

Autour de leur premier anniversaire, certains enfants sont confrontés à une nouvelle série de troubles du sommeil. Cette régression sur 12 mois peut se produire quelle que soit l’expérience de sommeil précédente de l’enfant.

Déterminer une cause unique d’une régression du sommeil est difficile car elle peut être affectée par plusieurs facteurs. Étant donné la diversité des changements que vit un enfant, il est généralement difficile de choisir une seule raison pour laquelle il a un problème de sommeil.

Lire aussi  Comment s'endormir rapidement

Les contributeurs à une régression du sommeil sur 12 mois incluent :

  • Agitation et surstimulation liées à la croissance physique et à l’augmentation des niveaux d’activité
  • Anxiété de séparation qui s’accumule avec un développement émotionnel et social accru
  • Dentition et douleur et inconfort associés
  • Adaptation aux nouveaux schémas de sommeil, horaires ou entraînement au sommeil
  • Bien que cela ne soit pas courant à cet âge, certains enfants peuvent commencer à faire des cauchemars fréquents

Tous les enfants ont-ils une régression du sommeil sur 12 mois ?

Tous les enfants d’un an ne connaîtront pas une régression du sommeil. Le développement du sommeil chez les nourrissons est très variable, de sorte que les habitudes de sommeil de nombreux enfants ne suivent pas la même chronologie. Par exemple, une étude a révélé que seulement 72 % des enfants de 12 mois dormaient six heures ou plus consécutivement la nuit. Alors que les régressions du sommeil sur 12 mois affectent certains enfants, d’autres peuvent voir leur sommeil s’améliorer ou rester fondamentalement le même à cet âge.

Quels sont les symptômes d’une régression du sommeil sur 12 mois ?

Les symptômes d’une régression du sommeil sur 12 mois peuvent prendre diverses formes. Le plus souvent, les parents remarqueront :

  • Se réveiller plus souvent pendant la nuit
  • Être tatillon et avoir du mal à se calmer et à se rendormir après des réveils nocturnes
  • Montrer de l’agitation, pleurer ou résister au sommeil à l’heure du coucher
  • Faire des siestes plus longues pendant la journée

Combien de temps durent les symptômes d’une régression du sommeil sur 12 mois ?

Dans la plupart des cas, les symptômes d’une régression du sommeil sur 12 mois ne durent pas plus de quelques semaines ; cependant, la situation de chaque enfant est différente. La durée d’une régression du sommeil peut dépendre des facteurs qui la provoquent, des habitudes de sommeil et de l’environnement de l’enfant d’un an et de son développement général.

Après 12 mois d’arrêt de la régression du sommeil, cela ne signifie pas la fin de tous les problèmes de sommeil. Comme les adultes, les bébés et les tout-petits peuvent traverser de bonnes et de mauvaises périodes de sommeil. Encourager de saines habitudes de sommeil à un jeune âge peut aider à réduire les risques de problèmes de sommeil à mesure qu’un enfant grandit.

Comment les parents peuvent-ils faire face aux problèmes de sommeil d’un enfant d’un an ?

Il existe rarement une solution unique pour mettre fin à la régression du sommeil de 12 mois. Mais, les parents qui profitent de cette occasion pour se concentrer sur des habitudes de sommeil positives peuvent aider leur enfant à bien dormir à mesure qu’il grandit. Pour renforcer ces habitudes, considérez ce qui suit :

  • Ayez une routine cohérente avant le coucher. La recherche démontre qu’une routine stable peut aider les enfants à s’endormir et à rester endormis. Dans le cadre de ce processus, assurez-vous que votre enfant a le temps de se détendre, de se mettre à l’aise et de dire bonne nuit.
  • Gardez un horaire de sommeil régulier. Si vous pouvez vous en tenir à un horaire régulier pour les siestes et dormir la nuit, cela peut aider votre enfant à s’adapter et à être prêt à dormir.
  • Autoriser un article préféré au lit. Un jouet ou un animal en peluche peut être une source de réconfort, mais assurez-vous simplement qu’il ne présente pas de risque d’étouffement.
  • Éliminer les barrières au sommeil. Un excès de bruit, de lumière ou de stimulation peut empêcher votre enfant d’un an de s’endormir, de rester endormi ou de s’apaiser pendant la nuit.
  • Activez la journée. Fournir à votre enfant beaucoup d’activités pendant la journée, surtout si cela implique une exposition à la lumière naturelle, peut aider à favoriser un rythme circadien sain qui renforce le sommeil pendant la nuit.
Lire aussi  Qu'est-ce qu'une housse de couette ?

Ces conseils, bien qu’utiles, ne sont pas une garantie. Même si vous les suivez, vous constaterez peut-être que votre tout-petit continue d’avoir des problèmes de sommeil. Cela peut prendre du temps pour qu’un enfant s’installe dans un schéma de sommeil sain, alors essayez d’avoir de la patience et respectez ces meilleures pratiques.

Traiter les réveils nocturnes et l’anxiété de séparation

Il est compréhensible de vouloir répondre dès que votre enfant crie, mais cela peut être contre-productif à long terme s’il n’apprend pas à s’apaiser et à se calmer. Essayez d’attendre un peu avant de répondre afin de l’encourager à se rendormir tout seul.

De nombreux enfants d’un an souffrent d’anxiété de séparation. Crier peut être leur réponse chaque fois que vous vous éloignez trop. Plusieurs stratégies peuvent aider à résoudre ce problème :

  • Lorsque vous rassurez votre enfant pendant la nuit, n’allumez pas les lumières, ne le sortez pas du lit et ne le stimulez pas.
  • Essayez d’éviter de vous approcher trop près lorsque vous surveillez votre enfant, et chaque fois que vous le surveillez, restez un peu plus loin de son lit
  • Utilisez toujours le même rituel d’adieu qui implique un sourire ou une autre démonstration de chaleur
  • Pratiquez la séparation pendant la journée avec de courtes périodes d’intervalle, y compris le temps que votre enfant passe avec un autre adulte de confiance

Faire face à l’anxiété de séparation peut être difficile pour les parents parce qu’ils ont passé tellement de temps à tisser des liens avec leur enfant. Mais avoir une approche cohérente pour réduire l’anxiété de séparation peut permettre à votre enfant de s’apaiser et d’avoir moins de problèmes de sommeil.

Gérer les problèmes de sommeil liés à la dentition

La dentition peut être un combat permanent pour les parents, surtout lorsqu’elle provoque de l’agitation à l’heure du coucher. Certaines stratégies pour soulager un enfant qui fait ses dents comprennent :

  • Fournir un anneau de dentition ou un autre objet doux et frais à mâcher
  • Masser les gencives avec un gant de toilette frais et humide
  • Fournir des médicaments, tels que l’acétaminophène, s’ils sont approuvés par le pédiatre de votre enfant

Quand les parents devraient-ils parler avec un médecin des problèmes de sommeil d’un enfant d’un an ?

Les questions ou préoccupations concernant le sommeil de votre enfant peuvent toujours être soulevées lors des contrôles réguliers. Comme la plupart des régressions du sommeil disparaissent rapidement, elles constituent rarement un problème sérieux. Discutez avec le pédiatre si les problèmes de sommeil sont graves, durent plus de quelques semaines ou si vous remarquez d’autres changements tels que :

  • Manque de croissance
  • Manque de gain de poids
  • Respiration anormale ou ronflement pendant le sommeil
  • Changements majeurs dans les habitudes liées à l’alimentation, à la miction ou aux selles

Soins personnels pour les parents

Être parent est difficile et il est important de se rappeler qu’aucun sommeil de bébé n’est parfait. Les difficultés de sommeil occasionnelles sont normales et ne reflètent pas les parents ou leurs enfants. Se fixer des attentes raisonnables et ne pas être trop dur avec soi-même sont des éléments majeurs des soins personnels pour les parents.

De plus, prenez le temps de réfléchir pour savoir si vous répondez à vos propres besoins en matière de santé, notamment si vous dormez suffisamment. Si ce n’est pas le cas, réfléchissez à la manière dont vous pouvez le faire, prenez du temps pour vous afin d’être en bonne santé et d’apporter le meilleur soutien à votre enfant.

  • Cet article a-t-il été utile?
  • OuiNon

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
partager sur Twitter
Partager sur linkedin
Partager sur Linkdin
Partager sur pinterest
Partager sur Pinterest