Conduite somnolente et conduite en état d’ivresse : dans quelle mesure sont-elles similaires ?

Au moins 50 % des adultes américains admettent avoir conduit en état de somnolence. Pas moins de 20 % des personnes se sont en fait endormies au volant au cours de l’année écoulée, et un conducteur sur 25 déclare s’être endormi au volant au cours du dernier mois.

La somnolence au volant est responsable d’un pourcentage important d’accidents de la route, mais elle ne reçoit pas autant d’attention que la conduite en état d’ébriété. Ces dernières années, les experts ont appelé à une attention accrue au problème de la conduite en état de somnolence ou de fatigue.

Les statistiques : somnolence au volant vs ivresse au volant

Selon les rapports de la National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA), la somnolence au volant était responsable d’au moins 91 000 accidents de voiture, 50 000 blessés et 795 décès en 2017. Ces chiffres sont assez constants d’une année sur l’autre. En revanche, l’alcool serait impliqué dans 9 949 accidents mortels en 2017, soit près de 30 % de tous les accidents mortels.

L’alcoolisme est assez facile à mesurer à l’aide de mesures d’alcoolémie, mais la privation de sommeil est plus difficile à définir, surtout après coup. Comme la plupart des gens sont réticents à admettre qu’ils conduisaient en état de somnolence, les experts pensent que les accidents de conduite avec somnolence sont souvent attribués à tort à d’autres facteurs.

Sur la base d’une analyse minutieuse, les experts estiment que le nombre réel de décès annuels dus à la somnolence au volant aux États-Unis pourrait être plus proche de 6 000. Cela signifierait que la somnolence est impliquée dans environ 21 % des accidents mortels chaque année. Entre les admissions à l’hôpital, les dommages matériels et les autres coûts, le coût sociétal estimé de la somnolence au volant aux États-Unis peut se situer entre 12,5 et 109 milliards de dollars par an.

Lire aussi  Est-ce que la mousse à mémoire de forme gel dort vraiment au frais ?

Pourquoi est-il dangereux de conduire lorsque vous êtes fatigué ou en manque de sommeil ?

En plus des dangers de s’endormir au volant, la somnolence a de graves effets sur l’attention, le jugement, la prise de décision, la coordination, la vigilance et le temps de réaction du conducteur.

Les conducteurs somnolents peuvent se retrouver à zigzaguer entre les voies. Ils peuvent avoir du mal à maintenir la bonne vitesse et à garder une distance appropriée par rapport aux autres véhicules, et peuvent être incapables de réagir à temps pour éviter un obstacle. Une proportion importante des accidents de conduite avec somnolence impliquent un seul conducteur qui sort de la route ou emprunte une autre voie à grande vitesse.

Comment la somnolence au volant se compare-t-elle à l’alcool au volant ?

Bien qu’elles ne soient pas identiques, la somnolence au volant et la conduite en état d’ébriété présentent certaines similitudes et sont considérées comme tout aussi dangereuses. Les deux conditions ralentissent les temps de réaction et affectent la vigilance et la prise de décision. Dans des études contrôlées où les chercheurs ont pu mesurer la quantité de privation de sommeil, la conduite en état d’ébriété et la somnolence entraînent toutes deux un nombre similaire d’accidents.

L’alcoolisme se caractérise par des problèmes de vue, de perception de la profondeur et de capacité à juger de la vitesse. Les conducteurs ivres sont souvent impulsifs, décomplexés et trop confiants, ce qui entraîne des comportements de conduite à risque. En revanche, la fatigue affecte principalement notre capacité à rester vigilant sur la route et à réagir de manière appropriée. Cela peut être particulièrement dangereux dans des situations qui nécessitent des réflexes rapides pour éviter un accident.

Après environ 18 heures d’éveil, les effets sur le temps de réaction, la vigilance, les tâches multiples et la coordination œil-main sont comparables à un taux d’alcoolémie de 0,05 %. Après 20 heures d’éveil, les conducteurs somnolents sont affaiblis à un niveau équivalant à un taux d’alcoolémie de 0,08 %, qui est la limite légale actuelle dans la plupart des États. Après 24 heures d’éveil, l’affaiblissement équivaut à une alcoolémie de 0,1 %.

Lire aussi  Combien coûte un matelas ?

Même une privation de sommeil légère et de courte durée peut entraîner une altération dangereuse de la capacité de conduire. Une étude de la Fondation AAA pour la sécurité routière a révélé que dormir entre six et sept heures par nuit doublait le risque d’être impliqué dans un accident, tandis que moins de cinq heures de sommeil le doublait encore.

Facteurs de risque de somnolence au volant

La somnolence au volant est plus susceptible de se produire entre minuit et 6 heures du matin ou en fin d’après-midi, lorsque la plupart des gens sont naturellement plus endormis. Conduire sur une route monotone ou conduire seul peut augmenter la probabilité d’un accident.

La somnolence au volant est courante chez les personnes qui ont dormi moins de six heures; ceux qui souffrent d’apnée du sommeil ou d’autres troubles du sommeil; jeunes conducteurs; les personnes qui ont consommé de l’alcool ou qui prennent des médicaments ; les travailleurs de quarts; et chauffeurs professionnels.

Comment rester en sécurité sur la route

La meilleure façon de prévenir les accidents de conduite avec somnolence est de dormir suffisamment. Vous devez également éviter de boire de l’alcool ou de prendre des médicaments qui pourraient interférer avec la vigilance. Pendant la conduite, surveillez les signes de somnolence, notamment :

  • Paupières lourdes ou clignements fréquents
  • Bâillement
  • Rêverie et difficulté à se concentrer
  • Mauvais rappel des derniers kilomètres
  • Dérivant d’avant en arrière entre les voies
  • Frapper des bandes de grondement
  • Tête tombante
  • Talonnage
  • Signes ou sorties manquants
  • Agitation, irritabilité et agressivité

Faites des pauses régulières et lorsque vous remarquez que vous avez sommeil, arrêtez-vous et faites une sieste de 20 minutes dans un endroit sûr. La caféine, ouvrir la fenêtre et allumer la radio ne sont que des solutions à court terme et peuvent vous rendre vulnérable à de dangereux « microsommeil ».

  • Cet article a-t-il été utile?
  • OuiNon

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
partager sur Twitter
Partager sur linkedin
Partager sur Linkdin
Partager sur pinterest
Partager sur Pinterest