Pourquoi bâillez-vous ?

Tout le monde bâille, y compris les adultes, les bébés et même les animaux. Les scientifiques ont proposé plusieurs hypothèses sur les causes exactes de ce phénomène.

La plupart des gens associent le bâillement à la fatigue ou à l’ennui. Des études sur d’autres mammifères, tels que les lions de mer, ont montré qu’ils bâillent également plus fréquemment lorsqu’ils se reposent ou somnolent. Des recherches récentes suggèrent que le bâillement peut remplir d’importantes fonctions physiologiques ou sociales au-delà du simple fait de montrer que nous sommes fatigués.

Pourquoi bâillons-nous ?

Les scientifiques doivent encore parvenir à un consensus sur les raisons pour lesquelles nous bâillons. Certains scientifiques affirment que le bâillement remplit une fonction physiologique, comme aider le cerveau à se réveiller ou à se refroidir. D’autres soutiennent que le bâillement remplit une fonction psychosociale, en permettant aux gens de communiquer qu’ils sont somnolents, ennuyés ou stressés.

Théorie #1 : Le bâillement réveille le cerveau pendant les périodes d’ennui ou de fatigue

Une théorie soutient que le bâillement peut aider à garder le cerveau éveillé pendant les activités ennuyeuses ou passives.

Le fait de bâiller force les muscles du visage et du cou à bouger. Les chercheurs pensent que ce mouvement peut stimuler l’artère carotide, entraînant une augmentation de la fréquence cardiaque et la libération d’hormones favorisant l’éveil. Les experts émettent l’hypothèse que le bâillement peut également influencer directement l’activité cérébrale en provoquant des mouvements de liquide cérébral loin d’un réseau au repos et dans un état plus actif.

La conductance électrique de la peau augmente également lors du bâillement, similaire aux effets de la caféine. Étant donné que la caféine favorise l’éveil, les chercheurs supposent que la réponse physiologique similaire peut indiquer que les deux remplissent la même fonction.

Les types d’activités au cours desquelles le bâillement est plus susceptible de se produire ajoutent une preuve supplémentaire à cette théorie. Par exemple, les gens sont plus susceptibles de bâiller lorsqu’ils sont engagés dans une activité plus passive, comme conduire, regarder la télévision ou écouter une conférence. Lorsqu’ils font quelque chose de plus actif, comme cuisiner ou parler, ils sont moins susceptibles de bâiller.

Théorie #2 : Le bâillement aide le cerveau à se refroidir

Le bâillement peut aider à la thermorégulation cérébrale ou au processus par lequel le cerveau maintient sa température centrale. Pendant un bâillement, les muscles faciaux bougent et se contractent, augmentant le flux sanguin vers le visage où la chaleur peut se dissiper plus facilement. Les yeux de certaines personnes pleurent lorsqu’ils bâillent, ce qui peut également dégager de la chaleur. De même, prendre une grande bouffée d’air frais peut aider à envoyer du sang plus frais au cerveau.

Bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires, des études préliminaires sur les humains et les animaux ont fourni des preuves de la théorie de la thermorégulation. Par exemple, une étude sur les perruches a révélé qu’elles bâillaient davantage lorsque la température ambiante augmentait, en particulier lorsqu’elle se rapprochait de leur température corporelle. Dans une étude sur des humains, les chercheurs ont placé soit un sac chaud, soit un sac de glace sur le front des participants pendant qu’ils regardaient des vidéos de personnes qui bâillaient. Ceux qui avaient une compresse chaude bâillaient davantage en réponse aux vidéos, tandis que ceux qui avaient la banquise bâillaient moins.

Lire aussi  Comment éliminer l'odeur et les taches d'urine d'un matelas

Il a également été démontré que la manipulation de la température du cou influence le bâillement dans une autre étude. Les participants ont placé un sac chaud, frais ou à température ambiante contre l’artère carotide dans le cou. Ils l’ont maintenu en place pendant cinq minutes, avant de le retirer et de regarder une vidéo de personnes en train de bâiller. Ceux qui avaient la compresse chaude bâillaient 3 fois plus souvent que ceux qui avaient la compresse froide.

Des études sur les changements saisonniers de la température ambiante étayent également la théorie de la thermorégulation du bâillement. Par exemple, une étude a demandé aux participants d’auto-déclarer combien de fois ils avaient bâillé pendant l’hiver et pendant l’été. Les chercheurs ont constaté que les participants étaient beaucoup plus susceptibles de déclarer bâiller pendant les mois d’été les plus chauds. Cette corrélation s’est maintenue après avoir pris en considération d’autres variables, telles que l’humidité ou le sommeil.

Les personnes atteintes de certaines conditions qui augmentent la température corporelle centrale – telles que la sclérose en plaques, l’anxiété ou les accidents vasculaires cérébraux – peuvent trouver que le bâillement soulage temporairement leurs symptômes. Ces conditions provoquent souvent un bâillement excessif, qui peut être une réponse naturelle à la surchauffe.

Théorie #3 : Le bâillement contagieux est lié aux compétences d’empathie

La plupart des gens conviennent que le bâillement est contagieux. Lorsque les gens voient ou entendent d’autres personnes bâiller, ils ont tendance à bâiller eux-mêmes. Même lire ou penser au bâillement peut provoquer un bâillement.

La contagiosité du bâillement suggère qu’il pourrait s’agir d’une réponse empathique qui aide les humains et les autres mammifères à communiquer. L’imagerie cérébrale révèle que les parties du cerveau associées à l’empathie et au comportement social présentent un pic d’activité lorsqu’une personne regarde quelqu’un bâiller.

La recherche suggère que plus quelqu’un se sent proche d’une autre personne, plus il est susceptible de bâiller lorsque cette personne bâille. En d’autres termes, une personne est plus susceptible de bâiller après avoir vu bâiller un ami ou un membre de sa famille qu’une connaissance ou un étranger. Alors que les humains bâillent en bas âge, ils ne deviennent sensibles au bâillement contagieux qu’à l’âge de 4 à 5 ans, lorsqu’ils ont développé les voies mentales pour comprendre comment les autres se sentent.

Selon certaines études, le bâillement contagieux est lié à des scores d’empathie plus élevés. À l’inverse, des troubles tels que la schizophrénie ou les troubles du spectre autistique qui interfèrent avec les capacités sociales semblent également réduire le bâillement contagieux. Les personnes qui obtiennent des scores plus élevés en matière d’égoïsme, d’insensibilité et d’autres traits de personnalité antisociale sont également moins susceptibles de bâiller en réponse aux bâillements des autres, bien que la fatigue semble toujours jouer un rôle plus important.

Lire aussi  Avez-vous besoin d'un sommier ?

La théorie de l’empathie du bâillement a également été étudiée dans le monde animal. Comme les humains, les chiens ne manifestent un bâillement contagieux qu’une fois qu’ils ont atteint un stade de développement où ils peuvent remarquer les autres et reconnaître leur état émotionnel, vers l’âge de 7 mois. Cependant, contrairement aux humains, la proximité émotionnelle d’un chien avec la personne qui bâille n’affecte pas sa probabilité de bâiller. Cette découverte a conduit certains chercheurs à remettre en question la théorie selon laquelle le bâillement est lié à l’empathie.

Autres théories sur pourquoi nous bâillons

Le bâillement aide à ouvrir vos trompes d’Eustache, qui relient votre gorge à votre oreille. Cette action peut aider à soulager l’accumulation de pression inconfortable qui se produit lorsque l’oreille n’a pas le temps de s’égaliser, comme lorsqu’un avion atterrit. Cela dit, puisque la déglutition atteint le même objectif, les scientifiques ne croient pas que ce soit la principale raison pour laquelle nous bâillons.

Une théorie plus ancienne postulait que les gens bâillaient lorsqu’ils ne recevaient pas suffisamment d’oxygène dans leur cerveau. L’idée était que le bâillement aidait à apporter de l’oxygène frais au cerveau chaque fois qu’il y avait plus de dioxyde de carbone que d’oxygène dans le sang. Des études ont montré que le bâillement n’augmente pas lorsque les gens respirent plus de dioxyde de carbone, de sorte que les scientifiques se sont éloignés de cette théorie.

À quel point le bâillement est-il trop ?

Il n’y a pas de consensus officiel sur la quantité de bâillement, bien que certains experts considèrent qu’il est anormal de bâiller plus de trois fois en 15 minutes s’il n’y a pas de cause évidente. La personne moyenne bâille jusqu’à 28 fois par jour, généralement après le réveil et avant d’aller se coucher. Le bâillement en l’absence de fatigue, d’ennui, de contagion ou d’autres signaux typiques est également considéré comme anormal et peut indiquer un trouble sous-jacent.

Un bâillement excessif peut être causé par des dommages aux parties du cerveau impliquées dans le bâillement. Trop de bâillement peut être un signe de troubles neurologiques tels que :

  • Accident vasculaire cérébral
  • la maladie de Parkinson
  • Épilepsie
  • Migraine
  • Sclérose en plaques
  • Tumeur cérébrale ou gonflement

Dans de rares cas, le bâillement peut également être causé par certains médicaments, notamment les antidépresseurs, les opioïdes, les médicaments dopaminergiques et les benzodiazépines. Les personnes souffrant de troubles du sommeil comme l’insomnie ou l’apnée obstructive du sommeil (AOS) sont également plus susceptibles d’avoir des bâillements excessifs.

Quand parler à votre médecin du bâillement

Il est courant de bâiller après avoir vu quelqu’un d’autre bâiller ou lorsque vous vous sentez fatigué, ennuyé, affamé ou stressé. Si vous bâillez plus que d’habitude et que vous ne savez pas pourquoi, parlez-en à votre médecin. Vous devriez également consulter votre médecin si vous bâillez beaucoup parce que vous dormez mal ou que vous vous sentez somnolent pendant la journée. Votre médecin vous posera des questions et demandera des tests, le cas échéant, pour comprendre la cause de votre bâillement et vous recommandera les prochaines étapes à suivre.

  • Cet article a-t-il été utile?
  • OuiNon

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
partager sur Twitter
Partager sur linkedin
Partager sur Linkdin
Partager sur pinterest
Partager sur Pinterest