Mémoire et sommeil

Les scientifiques et les chercheurs étudient la relation entre la mémoire et le sommeil depuis plus de 100 ans. Le consensus général aujourd’hui est que la consolidation de la mémoire – le processus de préservation des souvenirs clés et de suppression des informations excessives – a lieu pendant les phases de mouvement oculaire non rapide (NREM) et de mouvement oculaire rapide (REM) de votre cycle de sommeil.

Des études récentes suggèrent également qu’un sommeil insuffisant et excessif peut affecter le traitement de la mémoire et d’autres processus cognitifs. Une bonne nuit de repos favorise non seulement une bonne santé physique, mais permet également à notre cerveau de fonctionner correctement. Par conséquent, obtenir la quantité de sommeil recommandée chaque nuit est essentiel pour consolider les souvenirs.

Comment la mémoire et le sommeil sont-ils connectés ?

Le sommeil et la mémoire partagent une relation complexe. Se reposer suffisamment vous aide à traiter de nouvelles informations une fois que vous vous réveillez, et dormir après avoir appris peut consolider ces informations dans des souvenirs, vous permettant de les stocker dans votre cerveau.

Le cycle de sommeil d’un adulte en bonne santé se compose de quatre étapes distinctes. Les deux premières étapes sont considérées comme un sommeil NREM léger et la troisième est un sommeil NREM profond (ou « à ondes lentes »). Ces trois étapes préparent votre cerveau à apprendre de nouvelles informations le lendemain. Ne pas dormir ou ne pas dormir suffisamment peut réduire vos capacités d’apprentissage jusqu’à 40 %.

Au cours de ces étapes NREM, le cerveau trie également vos différents souvenirs de la veille, en filtrant les souvenirs importants et en éliminant d’autres informations. Ces souvenirs sélectionnés deviendront plus concrets au début du sommeil profond NREM, et ce processus se poursuivra pendant le sommeil paradoxal. Les souvenirs émotionnels sont également traités au stade REM, ce qui peut vous aider à faire face à des expériences difficiles.

La plupart des rêves se produisent pendant le sommeil paradoxal. Le thalamus du cerveau transmet les signaux de vos cinq sens au cortex cérébral, une fine couche du cerveau qui interprète et traite les informations de vos souvenirs. Le thalamus est en grande partie inactif pendant les phases NREM, mais lorsque le sommeil paradoxal commence, il transmet des images, des sons et d’autres sensations au cortex cérébral qui sont ensuite intégrés dans vos rêves.

Lire aussi  Bruxisme : Grincement de dents la nuit

Comment la privation de sommeil affecte-t-elle la fonction cérébrale et la mémoire ?

Les personnes qui ne dorment pas suffisamment peuvent ressentir les effets de la privation de sommeil. La difficulté à se souvenir des choses est un symptôme courant. Étant donné que le cerveau n’a pas suffisamment de temps pour créer de nouvelles voies pour les informations que vous avez récemment apprises, la privation de sommeil affecte souvent la façon dont les souvenirs sont consolidés. D’autres impacts cognitifs potentiels incluent des difficultés d’apprentissage et de concentration, des capacités de prise de décision réduites et un mauvais contrôle émotionnel et comportemental.

La quantité de sommeil que vous devriez obtenir chaque nuit dépend en grande partie de votre âge. En plus des adultes, des études ont conclu que les enfants connaissent une consolidation de la mémoire plus forte après une bonne nuit de sommeil. Cela dit, un sommeil excessif peut également entraîner des troubles cognitifs. Chaque personne doit s’efforcer d’obtenir la quantité optimale de sommeil nocturne, car trop peu ou trop peut avoir des répercussions négatives.

Nos recommandations pour le sommeil nocturne en fonction de l’âge sont les suivantes :

Tranche d’âge Tranche d’âge Quantité de sommeil recommandée par jour
Nouveau née 0-3 mois 14-17 heures
Nourrisson 4-11 mois 12-15 heures
Tout-petit 1-2 ans 11-14 heures
Préscolaire 3-5 ans 10-13 heures
Âge scolaire 6-13 ans 9-11 heures
Ado 14-17 ans 8-10 heures
Jeune adulte 18-25 ans 7-9 heures
Adulte 26-64 ans 7-9 heures
Adulte plus âgé 65 ans ou plus 7-8 heures

Certaines études ont montré que la qualité du sommeil diminue avec l’âge. Ceci est lié au sommeil à ondes lentes. Des ondes lentes sont produites dans une zone du cerveau connue sous le nom de cortex préfrontal médial. Le cortex préfrontal médial se détériore avec le temps et, par conséquent, les personnes âgées éprouvent généralement moins de sommeil à ondes lentes pendant un cycle de sommeil normal et ont plus de mal à traiter les souvenirs.

Apnée du sommeil et perte de mémoire

Étant donné que le sommeil est si crucial pour la formation et la consolidation des souvenirs, certains troubles du sommeil sont associés à des problèmes de mémoire. L’insomnie, définie comme une difficulté persistante à initier ou à maintenir le sommeil, est connue pour provoquer des troubles cognitifs diurnes, notamment une réduction du fonctionnement de la mémoire. Les troubles du sommeil qui entraînent une somnolence diurne excessive comme la narcolepsie peuvent provoquer des trous de mémoire.

Lire aussi  Meilleures positions de sommeil

Un trouble, l’apnée du sommeil, peut en fait favoriser la perte de mémoire. L’apnée du sommeil se caractérise par l’arrêt temporaire des voies respiratoires pendant le sommeil, ce qui peut amener les personnes à s’étouffer ou à manquer d’air. Les ronflements intenses et la somnolence diurne excessive sont d’autres symptômes courants de l’apnée du sommeil.

Plus de 900 millions de personnes à travers le monde vivent avec l’apnée obstructive du sommeil (AOS), un sous-type de trouble qui survient lorsqu’un blocage physique entrave les voies respiratoires. OSA a longtemps été liée à la dépression chronique. Les personnes souffrant de dépression ont souvent du mal à traiter leurs souvenirs, en particulier les souvenirs autobiographiques qui se rapportent à leurs propres expériences. Les personnes atteintes d’OSA ont également démontré des difficultés avec la consolidation de la mémoire.

Une étude a cherché à explorer la relation entre l’OSA et la dépression en termes de traitement de la mémoire. Les résultats montrent que les sujets atteints d’OSA ont plus lutté pour former des souvenirs sémantiques, ou des faits individuels de leur histoire personnelle, que le groupe témoin. Ce n’est pas surprenant car un sommeil sain est nécessaire pour consolider correctement les mémoires sémantiques, et OSA provoque une fragmentation du sommeil qui interfère avec le cycle du sommeil. Fait intéressant, OSA n’a pas affecté la consolidation des souvenirs épisodiques – ou ceux liés aux événements et aux expériences – dans la même mesure.

Ces résultats suggèrent que l’apnée du sommeil peut interférer avec le processus de consolidation de la mémoire, empêchant les gens de se souvenir de certains souvenirs de leur propre vie. Cependant, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer si l’AOS entraîne à la fois des problèmes de dépression et de mémoire, ou si l’AOS et la dépression affectent indépendamment la consolidation de la mémoire.

  • Cet article a-t-il été utile?
  • OuiNon

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
partager sur Twitter
Partager sur linkedin
Partager sur Linkdin
Partager sur pinterest
Partager sur Pinterest