Manque de sommeil et diabète

Le diabète touche plus de 30 millions de personnes aux États-Unis et est la septième cause de décès. La forme la plus courante de diabète, le diabète de type 2, est une maladie chronique qui se développe en raison de la résistance à l’insuline.

L’insuline est une hormone qui aide à transférer le glucose du sang vers les muscles, les graisses, le foie et d’autres cellules, où il peut être utilisé comme source d’énergie. La résistance à l’insuline survient lorsque le corps a du mal à produire de l’insuline ou lorsque l’insuline ne parvient pas à transférer le glucose dans ces cellules. Cela conduit à une accumulation de glucose dans le sang, également appelée glycémie élevée, qui est le symptôme caractéristique du diabète. S’il n’est pas correctement géré, cela peut avoir de graves conséquences pour le cœur, les reins et d’autres organes.

Le diabète et le sommeil sont intimement liés, et de nombreuses personnes atteintes de diabète de type 2 souffrent de mauvaise qualité de sommeil ou d’insomnie. La bonne nouvelle est qu’une attention particulière portée à l’alimentation, à l’exercice et à la glycémie peut faire toute la différence pour la qualité du sommeil et, par conséquent, pour la santé en général.

Comment le diabète affecte-t-il le sommeil ?

On estime qu’une personne sur deux atteinte de diabète de type 2 a des problèmes de sommeil en raison d’une glycémie instable et des symptômes liés au diabète qui l’accompagnent. Une glycémie élevée (hyperglycémie) et une glycémie faible (hypoglycémie) pendant la nuit peuvent entraîner de l’insomnie et ensuite- fatigue diurne. Comme pour de nombreuses maladies chroniques, des sentiments de dépression ou de stress liés à la maladie elle-même peuvent également vous empêcher de dormir la nuit.

Lorsque la glycémie est élevée, les reins compensent en vous obligeant à uriner plus souvent. Pendant la nuit, ces allers-retours fréquents aux toilettes entraînent un sommeil perturbé. Une glycémie élevée peut également provoquer des maux de tête, une soif accrue et une fatigue qui peuvent nuire à l’endormissement.

En revanche, passer trop d’heures sans manger ou prendre un mauvais équilibre de médicaments contre le diabète peut également entraîner une baisse du taux de sucre dans le sang la nuit. Vous pouvez faire des cauchemars, transpirer ou vous sentir irrité ou confus au réveil.

Parlez à votre fournisseur de soins de santé si vous ressentez de la fatigue, des troubles du sommeil ou tout autre symptôme inquiétant. Ils peuvent aider à analyser la raison et travailler avec vous pour maintenir votre glycémie plus stable.

Comment un mauvais sommeil affecte-t-il la glycémie ?

Tout comme le diabète peut causer des problèmes de sommeil, les problèmes de sommeil semblent également jouer un rôle dans le diabète. Un mauvais sommeil ou un sommeil lent moins réparateur a été associé à une glycémie élevée chez les personnes atteintes de diabète et de prédiabète. Cependant, il n’est pas tout à fait clair si l’un cause l’autre ou si plusieurs variables sont à l’œuvre. Les chercheurs pensent que la restriction du sommeil peut affecter la glycémie en raison de ses effets sur l’insuline, le cortisol et le stress oxydatif.

Lire aussi  Comment habiller votre enfant pour dormir

Un quart des personnes atteintes de diabète déclarent dormir moins de six heures ou plus de huit heures par nuit, ce qui les expose à un risque plus élevé d’avoir une glycémie élevée. En plus d’augmenter le taux de sucre dans le sang chez les personnes déjà atteintes de diabète, la privation de sommeil augmente également le risque de développer une résistance à l’insuline en premier lieu. Ce lien se manifeste dès l’enfance.

Des études ont également montré que des horaires de sommeil tardifs ou irréguliers sont corrélés à une glycémie plus élevée, même chez les personnes non diabétiques. Cependant, il peut y avoir d’autres variables qui expliquent cela, comme le fait que les personnes ayant des horaires de sommeil irréguliers sont plus susceptibles de suivre un régime alimentaire irrégulier.

La privation de sommeil augmente les niveaux de ghréline, l’hormone de la faim, et diminue les niveaux de leptine, l’hormone qui nous fait nous sentir rassasiés. Pour compenser les niveaux d’énergie plus faibles, les personnes qui dorment mal peuvent être plus susceptibles de rechercher un soulagement dans les aliments qui augmentent la glycémie et les exposent à un risque d’obésité, qui est un facteur de risque de diabète.

Les adultes atteints de diabète de type 2 qui souffrent de troubles du sommeil ou de fréquents réveils nocturnes peuvent également être moins susceptibles de suivre d’autres normes d’autogestion du diabète, comme faire suffisamment d’exercice et surveiller de près la glycémie.

En plus de ses effets immédiats sur la glycémie, un mauvais sommeil peut avoir des conséquences à long terme sur les personnes atteintes de diabète de type 2. Ceux qui ont recours aux somnifères ou qui ont de la difficulté à rester endormis sont plus susceptibles de déclarer ressentir une détresse psychologique grave. Il existe également des preuves provisoires suggérant que les personnes atteintes de diabète qui ne dorment pas suffisamment pourraient être plus à risque de déclin cognitif plus tard dans la vie.

Troubles du sommeil courants chez les personnes atteintes de diabète

Les personnes atteintes de diabète de type 2 ont un risque plus élevé de développer des troubles du sommeil, les plus courants étant le syndrome des jambes sans repos et l’apnée obstructive du sommeil.

  • Syndrome des jambes sans repos (SJSR) : Environ une personne sur cinq atteinte de diabète de type 2 souffre du syndrome des jambes sans repos, caractérisé par des picotements ou d’autres sensations irritantes dans les jambes qui peuvent gêner l’endormissement. Les personnes atteintes de diabète sont également à risque pour une autre maladie appelée neuropathie périphérique. Causés par des lésions nerveuses, les symptômes de la neuropathie périphérique sont très similaires au SJSR et comprennent des engourdissements, des picotements et des douleurs dans les extrémités. Les personnes qui présentent ces symptômes doivent consulter un fournisseur de soins de santé, car la neuropathie périphérique nécessite un traitement pour réduire les lésions nerveuses à long terme.
  • Apnée obstructive du sommeil (AOS) : L’apnée obstructive du sommeil est un trouble du sommeil dans lequel une personne arrête momentanément de respirer à intervalles réguliers tout au long de la nuit. Dans la plupart des cas, la personne n’est pas consciente de ce qui se passe, bien qu’un partenaire de lit puisse observer des ronflements et des halètements. Ces arrêts respiratoires provoquent des micro-réveils (réveils très brefs) qui interfèrent avec la progression naturelle des phases de sommeil et altèrent la qualité du sommeil. L’AOS survient généralement chez les personnes en surpoids ou obèses, car elles ont souvent une circonférence du cou plus épaisse qui interfère avec les voies respiratoires. La condition peut être traitée avec un appareil à pression positive continue (CPAP) qui maintient les voies respiratoires ouvertes pour rétablir une respiration normale et réduire les interruptions de sommeil.
Lire aussi  Combien d'heures les chats dorment-ils ?

Le lien entre l’apnée du sommeil et le diabète

Bien que l’apnée du sommeil ne cause pas directement le diabète, il s’agit d’un facteur de risque du diabète de type 2 et il a été démontré qu’elle augmente la résistance à l’insuline, même chez les personnes non diabétiques et non en surpoids. L’American Diabetes Association estime que jusqu’à une personne sur quatre atteinte de diabète de type 2 souffre également d’OSA, et un autre quart des diabétiques de type 2 souffrent d’un autre trouble respiratoire lié au sommeil.

Le SAOS et le diabète de type 2 sont plus fréquents chez les personnes en surpoids et obèses. Cependant, l’OSA semble affecter la résistance à l’insuline et le contrôle de la glycémie même après contrôle de l’obésité. Non seulement l’OSA provoque une fragmentation du sommeil qui interfère avec le sommeil à ondes lentes, mais il coupe également périodiquement l’apport d’oxygène au corps. Ensemble, ces effets entraînent une résistance à l’insuline et une altération du métabolisme du glucose.

Dans de nombreuses études, le traitement à court terme de l’apnée du sommeil semble améliorer la glycémie, tandis que le traitement CPAP à long terme améliore la glycémie et la résistance à l’insuline. Cependant, d’autres études n’ont pas réussi à trouver des améliorations de la glycémie après le traitement de l’AOS, ce qui a amené certains chercheurs à croire que le lien pourrait être dû à d’autres variables telles que le poids.

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour mieux caractériser la nature de la connexion, mais il est clair que la santé physique joue un rôle important dans l’apnée du sommeil et le diabète. Une combinaison de perte de poids et de traitement CPAP peut être le moyen le plus efficace de traiter l’apnée du sommeil chez les personnes atteintes de diabète de type 2.

Comment les personnes atteintes de diabète peuvent-elles faire face aux problèmes de sommeil ?

Une gestion attentive de la glycémie peut aider à améliorer le sommeil des personnes atteintes de diabète de type 2. De plus, étant donné la relation étroite entre le diabète et le sommeil, de bonnes habitudes d’hygiène du sommeil sont particulièrement importantes. Ceux-ci incluent les habitudes diurnes et nocturnes, telles que :

  • Adhérer à un régime alimentaire qui fonctionne pour vous et aide à contrôler la glycémie
  • Faire de l’exercice régulièrement
  • Garder un horaire de sommeil régulier
  • Éviter les stimulants comme la caféine ou la nicotine avant de se coucher
  • Garder la chambre fraîche, sombre et silencieuse

En fonction de votre situation personnelle, votre médecin pourra peut-être vous recommander des somnifères pour les diabétiques ou des moyens supplémentaires pour mieux dormir. Ils peuvent choisir de réaliser un polysomnogramme, ou une étude du sommeil, pour voir si un trouble du sommeil est à l’origine de vos problèmes de sommeil. Les troubles secondaires du sommeil peuvent ensuite être traités avec des thérapies ciblées telles qu’un appareil CPAP.

  • Cet article a-t-il été utile?
  • OuiNon

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
partager sur Twitter
Partager sur linkedin
Partager sur Linkdin
Partager sur pinterest
Partager sur Pinterest