Le sommeil paradoxal ou sommeil des rêves

Le sommeil paradoxal ou sommeil des rêves est une phase du cycle du sommeil qui joue un rôle important pour notre santé et notre bien-être. Nous savons tous à quel point il est important d’avoir une bonne nuit de sommeil, mais nous ne connaissons pas toujours les différentes étapes du sommeil et leur importance. Dans cet article, nous allons examiner le sommeil paradoxal et ses effets bénéfiques sur notre corps et notre esprit. Nous allons voir ce qui se passe dans votre corps pendant cette période, comment elle vous aide à vous reposer et à rester en bonne santé et quelles sont les différentes façons dont vous pouvez améliorer votre sommeil paradoxal.

Imaginez-vous une nuit en pirate, la nuit suivante, comme une espionne de la DGSE ? Sauf que ce n’est qu’un rêve. Votre esprit peut vivre des aventures incroyables, mais votre corps est en train de s’endormir doucement dans votre lit. Vous êtes en pleine phase de sommeil paradoxal !

Définition du sommeil paradoxal : l’étape du sommeil où l’on rêve le plus

Qu’est-ce que le sommeil paradoxal ?

Le sommeil paradoxal est une des trois phases qui forment un cycle de sommeil. Il survient en fin de cycle, après la phase de sommeil lent profond. 

Lire aussi  Angoisse avant de dormir : causes et solutions

Le sommeil paradoxal est le moment privilégié des rêves. C’est la phase où nos rêves sont les plus intenses, les plus « concrets » et où nous nous souvenons de ce que nous avons rêvé lorsque nous nous réveillons.

Pourquoi parle-t-on de sommeil « paradoxal » ?

Son nom provient du fait que les signes physiques du sommeil profond (muscles relâchés, rythme cardiaque bas…) sont accompagnés d’une activité neuronale intense. 

Durant le sommeil paradoxal, nos yeux bougent derrière nos paupières fermées. En anglais, il est même appelé sommeil REM pour “Rapid Eye Movement”. 

Le sommeil paradoxal : une phase très active

Lors du sommeil paradoxal, le tracé de l’électroencéphalogramme change et des ondes alpha apparaissent. La température corporelle s’élève, ainsi que le rythme cardiaque et la pression artérielle.

Pendant cette étape de sommeil, les régulateurs corporels sont perturbés : notre pouls et notre respiration sont aléatoires. Nous pouvons bouger et émettre des sons. 

Le cerveau a besoin d’une grande quantité d’énergie pendant le sommeil paradoxal, presque autant qu’en période d’éveil. Pour cette raison, il a besoin d’être particulièrement ventilé et oxygéné. 


Qu’est-ce que le sommeil paradoxal ?

Sommeil paradoxal chez le bébé

Le sommeil paradoxal représente près de la moitié du temps de sommeil d’un nourrisson. Jusqu’à l’âge de 9 mois environ, le sommeil du bébé est très différent de celui d’un adulte. Le nourrisson s’endort pendant 16 à 20 heures par jour et son sommeil est discontinu. Il peut bouger et gémir pendant son sommeil, ce qui correspond aux phases de sommeil paradoxal, essentiel pour le développement de son cerveau et sa mémoire.

Durée et proportion du sommeil paradoxal chez l’adulte

Chez les adultes, le sommeil paradoxal représente environ 20 à 25 % d’une nuit, augmentant à chaque cycle jusqu’au réveil. Cette phase de sommeil est ainsi particulièrement présente en fin de nuit.

Quel rôle joue le sommeil paradoxal ?

Contrairement au sommeil lent profond, qui aide à la récupération physique, le sommeil paradoxal a un impact sur la récupération du cerveau. Il permet la consolidation de la mémoire et l’assimilation de nouvelles connaissances. Cette phase de sommeil aide le cerveau à trier les souvenirs.

Lire aussi  [Chronodorm] - Complément alimentaire

Le sommeil paradoxal jouerait également un rôle dans notre capacité de résilience et de développement de la créativité.

Pour en savoir plus sur les bienfaits du sommeil, découvrez notre article Pourquoi dort-on ?

Les parasomnies et le trouble du comportement en sommeil paradoxal (TCSP)

Les parasomnies et le TCSP

Les parasomnies sont des troubles du sommeil qui surviennent exclusivement durant la phase de sommeil paradoxal. Le trouble du comportement en sommeil paradoxal (TCSP) se caractérise par des actes liés aux rêves, entraînant des comportements anormaux et compulsifs : paroles, rires, cris, hurlements, injures… mais aussi des mouvements agressifs : coups de poings, coups de pieds, agitations, gifles… 

L’impact de l’alcool et des somnifères sur le sommeil paradoxal

L’alcool et certains types de somnifères comme les barbituriques ont pour effet de réduire ou même supprimer le sommeil paradoxal. On comprend alors pourquoi nous nous réveillons parfois épuisés après une nuit de fête. Des consommations avant le coucher sont particulièrement néfastes et peuvent provoquer des nuits agitées et peu réparatrices

La narcolepsie et le sommeil paradoxal

Les personnes souffrant de narcolepsie peuvent entrer en sommeil paradoxal durant la journée. Chez elles, le sommeil paradoxal intervient quelques minutes après l’endormissement, alors que chez la plupart des individus, il intervient environ 90 minutes plus tard. 

Le sommeil paradoxal est une étape essentielle du sommeil qu’il est encore possible de mieux comprendre !

En savoir plus sur les deux autres phases du sommeil : le sommeil léger et le sommeil profond.

Vous souhaitez mettre fin à votre insomnie ? Essayez le test de sommeil Sleepie en 2 minutes.

Quelle est la différence entre le sommeil paradoxal et le sommeil non-paradoxal ?

Réponse: Le sommeil paradoxal est caractérisé par des mouvements oculaires rapides et des mouvements musculaires réduits alors que le sommeil non-paradoxal est caractérisé par des mouvements musculaires plus actifs et des mouvements oculaires plus lents.

Quel est le rôle du sommeil paradoxal ?

Réponse: Le sommeil paradoxal est important pour la consolidation de la mémoire et pour le traitement des informations acquises pendant la journée. Il permet également la production de rêves.

Quels sont les symptômes d’un manque de sommeil paradoxal ?

Réponse: Les symptômes d’un manque de sommeil paradoxal peuvent inclure une baisse de la mémoire et de la concentration, une humeur plus irritable et une baisse de l’énergie.

Notez cet article !

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur Facebook
partager sur Twitter
Partager sur Linkdin
Partager sur Pinterest