Uretère dilaté : Comprendre les causes et les meilleures approches de traitement

L’uretère dilaté, connu également sous le terme médical d’hydronéphrose, est une condition caractérisée par l’élargissement de cet étroit conduit responsable de l’acheminement de l’urine du rein à la vessie. Cette problématique peut être le symptôme annonciateur de diverses pathologies sous-jacentes, et il est primordial de la comprendre pour mieux prévenir ou traiter les potentiels troubles liés. L’élargissement de l’uretère peut résulter d’un obstacle, comme un calcul rénal, entraînant une accumulation d’urine en amont, ou être la conséquence d’une malformation congénitale. Parfois, elle est due à un reflux vésico-urétéral, un retour d’urine de la vessie vers le rein. Cette introduction générale vous plongera au cœur des mécanismes, des causes, des symptômes et des thérapies possibles liés à ce phénomène qui concerne une part non négligeable de la population, et dont la prise en charge rapide est déterminante pour la santé rénale à long terme.

Les causes possibles de la dilatation de l’uretère

Il existe plusieurs raisons pour lesquelles un uretère peut devenir dilaté, ce qui est également connu sous le terme d’hydronéphrose. Voici quelques causes principales :

      • Lithiase urinaire : Les calculs rénaux peuvent bloquer l’uretère et provoquer une accumulation d’urine, entraînant sa dilatation.
      • Rétrécissement de l’uretère (sténose urétérale) : un rétrécissement anormal de l’uretère qui peut être congénital ou acquis après une blessure ou une chirurgie.
      • Tumeurs : Les tumeurs, qu’elles soient bénignes ou malignes, peuvent comprimer l’uretère et obstruer l’écoulement normal de l’urine.
      • Reflux vésico-urétéral : Une condition où l’urine remonte de la vessie vers les uretères et les reins.
      • Grossesse : La pression exercée par l’utérus en croissance peut parfois affecter la circulation normale de l’urine et dilater les uretères, surtout dans le deuxième et le troisième trimestre.
Lire aussi  Microbiote et Minceur : Découvrez le Lien Surprenant entre votre Flore Intestinale et la Perte de Poids

Les symptômes associés à une dilatation de l’uretère

La dilatation de l’uretère ne présente pas toujours de symptômes. Toutefois, lorsque ceux-ci se manifestent, ils peuvent inclure :

      • Douleur : Une douleur soudaine et intense dans le flanc, qui peut se propager vers le bas du ventre et l’aine, souvent liée à la présence de calculs.
      • Infections urinaires : Des symptômes récurrents d’infection urinaire comme des brûlures à la miction, de la fièvre, et une urine trouble.
      • Difficultés à uriner : Un sentiment de vidange incomplète de la vessie ou un jet urinaire faible.
      • Hématurie : La présence de sang dans l’urine qui peut être visible à l’œil nu ou détectable seulement par un examen microscopique.

Diagnostic et traitements de l’hydronéphrose

Le diagnostic de la dilatation de l’uretère est généralement fait grâce à des examens d’imagerie médicale. Le tableau suivant compare les méthodes de diagnostic les plus courantes :

Examen Description Indications
Échographie rénale Une méthode non invasive qui utilise les ondes sonores pour visualiser les reins et l’uretère. Examen de premier choix en cas de suspicion d’anomalie rénale, particulièrement sûr pour les femmes enceintes et les enfants.
Urographie intraveineuse (UIV) Un examen radiographique avec injection de produit de contraste pour évaluer la structure et la fonction des reins et des uretères. Utilisé pour détecter des obstructions, mais moins fréquemment réalisé en raison de la disponibilité accrue des autres techniques d’imagerie.
Scanner abdomino-pelvien Un type de radiographie très détaillée qui fournit des images en coupe de l’abdomen et du pelvis. Très utile en présence de calculs rénaux et pour évaluer d’autres causes de dilatation uretérale.
Cystoscopie Examen endoscopique permettant de visualiser l’intérieur de la vessie et l’orifice des uretères. Indiqué lorsque l’on suspecte une pathologie de la vessie ou de l’orifice urétéral.
Lire aussi  Réveil avec une lèvre supérieure gonflée: Comprendre les causes pour mieux réagir

Pour ce qui est des traitements, ils sont adaptés selon la cause sous-jacente de la dilatation et peuvent comprendre :

      • La prise en charge médicamenteuse : afin de traiter les infections urinaires ou de soulager la douleur.
      • La chirurgie : en cas de sténose urétérale, de tumeurs ou si les calculs ne sont pas éliminés spontanément.
      • Des interventions endoscopiques : pour retirer ou fragmenter les calculs directement dans l’uretère.
      • La pose d’une sonde JJ : un stent urétéral temporaire pour assurer le maintien de l’écoulement de l’urine en cas de blocage.

Quelles sont les causes principales d’une dilatation de l’urètere?

Les causes principales d’une dilatation de l’urètere, connue sous le terme d’hydronéphrose, incluent les calculs rénaux, qui bloquent l’écoulement de l’urine, les anomalies congénitales de l’appareil urinaire, les tumeurs qui compriment l’urètere, ou une rétrécissement (sténose) de l’urètre dû à des blessures ou des chirurgies antérieures. Les grossesses peuvent aussi provoquer une dilatation par la compression de l’urètere. Il est important de diagnostiquer et de traiter la cause pour prévenir des dommages rénaux.

Quels symptômes peuvent indiquer une dilatation de l’urètere?

Les symptômes pouvant indiquer une dilatation de l’urètere incluent une douleur au flanc ou dans le dos, des symptômes infectieux urinaires comme des brûlures mictionnelles ou une fréquence accrue d’uriner, parfois accompagnés de fièvre. Il peut également y avoir du sang dans l’urine (hématurie). En cas de blocage complet, cela peut aboutir à une insuffisance rénale et une anurie (absence de production d’urine).

Comment diagnostique-t-on une dilatation uréterale?

Le diagnostic d’une dilatation urétérale, aussi connue sous le nom d’hydronephrose, est généralement posé par un examen d’imagerie. Les méthodes les plus courantes sont l’échographie rénale, qui peut détecter une augmentation du diamètre de l’urètre ou une accumulation de liquide dans le rein, et le scanner abdominal (CT) qui offre une image détaillée des structures urinaires. Parfois, une urographie intraveineuse (UIV) ou une scintigraphie rénale peut être réalisée pour évaluer la fonction rénale et l’écoulement de l’urine.

Notez cet article !

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur Facebook
partager sur Twitter
Partager sur Linkdin
Partager sur Pinterest