Troubles du mouvement liés au sommeil

Les gens se déplacent et se déplacent généralement après s’être couchés. Pour la plupart d’entre nous, ce mouvement ralentit une fois que nous avons trouvé une position confortable et que nous nous sommes endormis. Mais pour des millions de personnes diagnostiquées avec un trouble du mouvement lié au sommeil, les mouvements nocturnes augmentent avant ou pendant le sommeil.

Des mouvements anormaux peuvent rendre difficile un repos suffisant et de qualité. Ils peuvent également rendre le sommeil plus difficile pour toute personne partageant un lit avec une personne aux prises avec l’un de ces troubles. Un sommeil fragmenté ou interrompu peut entraîner des conséquences diurnes, telles que la fatigue et des problèmes de concentration à l’école ou au travail. Comprendre ces conditions est une première étape utile pour trouver un soulagement.

Selon la Classification internationale des troubles du sommeil (ICSD-3), les troubles du mouvement liés au sommeil sont une catégorie de troubles du sommeil dans laquelle les mouvements répétitifs interfèrent avec le sommeil. Ces mouvements sont généralement simples, comme une secousse ou une secousse rapide. Ils diffèrent des mouvements plus complexes observés dans les parasomnies, comme le somnambulisme et les terreurs nocturnes.

Le syndrome des jambes sans repos

Le syndrome des jambes sans repos (SJSR) est une condition dans laquelle une personne éprouve des envies fortes, parfois irrésistibles, de bouger ses membres. Les pulsions surviennent le plus souvent le soir lorsqu’une personne est inactive. Le fort désir de bouger ou de soulager ces envies rend difficile l’endormissement ou le retour au sommeil après un réveil pendant la nuit. Pratiquement tous les patients atteints de SJSR signalent des troubles du sommeil.

Le SJSR touche entre 7 % et 10 % de la population. Les personnes atteintes du SJSR décrivent les sensations qui se produisent dans les jambes, les bras et même le cou comme inconfortables, irritantes ou douloureuses. Cette condition est parfois associée à la génétique, à la grossesse, aux carences en nutriments et aux conditions médicales, mais souvent les causes exactes du SJSR sont inconnues.

Les symptômes du SJSR sont généralement soulagés en déplaçant les membres affectés. Bien qu’il n’y ait pas de médicament unique pour les SJSR plus graves, la supplémentation nutritionnelle, les traitements médicaux et les changements de mode de vie sont généralement efficaces pour réduire les symptômes.

Le SJSR ne survient que lorsqu’une personne est éveillée ou sur le point de s’endormir, mais plus de 80 % des personnes atteintes du SJSR souffrent également d’un trouble des mouvements lié au sommeil qui survient pendant le sommeil, appelé trouble des mouvements périodiques des membres.

Trouble périodique des mouvements des membres

Le trouble des mouvements périodiques des membres (PLMD) implique des mouvements répétitifs des bras, des jambes ou des pieds pendant le sommeil. Une personne atteinte de PLMD peut se contracter ou donner des coups de pied pendant 5 à 90 secondes à la fois, au moins 15 fois par heure. Ces mouvements peuvent provoquer le réveil d’une personne. Les troubles du sommeil sont donc un effet courant de ce trouble du mouvement lié au sommeil.

Les personnes diagnostiquées avec PLMD n’ont pas de besoin conscient de bouger leurs membres, ni ne ressentent d’inconfort, comme les personnes diagnostiquées avec RLS. Le manque d’envie de bouger et l’inconfort laissent de nombreuses personnes atteintes de PLMD inconscientes de leurs symptômes nocturnes.

Des études ont suggéré qu’environ 2% des enfants et 4% à 11% des adultes sont touchés par la PLMD, bien que la véritable prévalence soit inconnue car de nombreuses personnes restent probablement non diagnostiquées. Des antécédents familiaux de SJSR augmentent le risque de développer une PLMD, tout comme certaines carences nutritionnelles et plusieurs types de médicaments.

Lire aussi  Draps en bambou ou en coton

Le traitement du PLMD est souvent similaire au traitement du SJSR, bien que l’American Academy of Sleep Medicine souligne qu’il n’y a actuellement pas suffisamment de preuves pour faire des recommandations sur les médicaments pour le PLMD.

Bruxisme lié au sommeil

Le bruxisme est le terme médical désignant le serrement des mâchoires et le grincement des dents. Le bruxisme lié au sommeil est un trouble du mouvement lié au sommeil dans lequel une personne serre ou grince des dents pendant son sommeil. La force de morsure pouvant atteindre 250 livres de force utilisée pendant le grincement des dents peut entraîner une usure des dents, des douleurs dans les dents ou la mâchoire et des maux de tête au fil du temps.

Le meulage se produit souvent sur les bords du sommeil, environ 80 % des épisodes de meulage se produisant lorsqu’une personne se réveille pendant son sommeil. La prévalence du bruxisme lié au sommeil semble être la plus élevée dans l’enfance, affectant entre 6% et près de 50% des enfants. Cette condition devient moins fréquente avec l’âge, affectant 3% à 8% des adultes.

Le bruxisme lié au sommeil peut être primaire, ce qui signifie qu’il n’est pas causé par une autre maladie, ou secondaire, ce qui signifie qu’il est causé par une autre condition. Les conditions associées au bruxisme lié au sommeil comprennent les médicaments psychoactifs, certaines drogues récréatives et plusieurs conditions médicales (y compris le trouble du comportement en sommeil paradoxal). Les troubles respiratoires liés au sommeil sont également associés au bruxisme, les grincements de dents nocturnes étant fréquents chez les personnes souffrant d’apnée obstructive du sommeil.

Chez les personnes par ailleurs en bonne santé, le bruxisme lié au sommeil peut ne pas justifier de traitement. Si le grincement des dents cause des dommages aux dents, des maux de tête ou interfère avec les activités diurnes, le traitement peut aider à soulager la douleur, à prévenir les dommages aux dents et à réduire le serrement des dents. Les conseils pour faire face au bruxisme comprennent les soins à domicile, les exercices buccaux, les massages et autres.

Crampes aux jambes liées au sommeil

Quiconque a subi un spasme musculaire ou un cheval charley comprend que les crampes musculaires peuvent causer une douleur considérable. Lorsque ces crampes aux jambes affectent le sommeil, elles peuvent être diagnostiquées comme un trouble du mouvement lié au sommeil appelé crampes aux jambes liées au sommeil.

Les crampes aux jambes liées au sommeil impliquent des contractions musculaires soudaines et involontaires qui durent de quelques secondes à plusieurs minutes. Ces crampes peuvent rendre difficile l’endormissement ou amener une personne à se réveiller au milieu de la nuit.

Les crampes nocturnes dans les jambes sont fréquentes. En fait, jusqu’à 60 % des adultes déclarent ressentir ce douloureux symptôme nocturne. Les crampes aux jambes liées au sommeil peuvent être causées par une fatigue musculaire ou des problèmes nerveux, des conditions médicales sous-jacentes, certains médicaments et des activités quotidiennes courantes. Les activités diurnes qui augmentent le risque de crampes aux jambes comprennent la position debout pendant de longues périodes et l’exercice intense.

Heureusement, les crampes aux jambes liées au sommeil sont souvent soulagées en étirant, en massant ou en appliquant de la chaleur sur les muscles touchés. Chez ceux qui ont besoin d’un soulagement supplémentaire, le traitement peut se concentrer sur les conditions médicales sous-jacentes et essayer des médicaments potentiellement utiles, bien que les médicaments ne soient pas toujours efficaces pour cette condition.

Lire aussi  Exercice et insomnie

Trouble des mouvements rythmiques lié au sommeil

Le trouble des mouvements rythmiques liés au sommeil (SRMD) est une affection caractérisée par des mouvements répétitifs et rythmiques se produisant lorsqu’une personne est somnolente ou pendant son sommeil. Ces mouvements sont le plus souvent des balancements corporels, où une personne bouge tout son corps, se frappe la tête ou roule la tête. Les personnes diagnostiquées avec SRMD fredonnent ou émettent souvent des sons pendant ces mouvements.

Les mouvements rythmiques pendant le sommeil sont courants chez les nourrissons, affectant jusqu’à 66 % des bébés, et ne sont pas toujours considérés comme un trouble. Une personne ne peut recevoir un diagnostic de SRMD que si ses mouvements interfèrent avec le sommeil, nuisent aux activités diurnes ou entraînent des blessures. Seuls 5% des enfants continuent à avoir des mouvements rythmiques pendant le sommeil à 5 ​​ans. Cette condition est rarement observée chez les adolescents et les adultes.

La stimulation du système vestibulaire, ou de l’oreille interne, peut être l’une des raisons pour lesquelles la RMD survient chez certains nourrissons et tout-petits. Le système vestibulaire affecte l’équilibre. L’autostimulation de ce système s’est avérée apaisante chez les nourrissons, les tout-petits et les enfants atteints d’autisme ou de déficience intellectuelle. En fait, RMD peut être une stratégie calmante utilisée chez certains enfants pour combattre l’insomnie.

La prise en charge de cette affection est souvent guidée par l’expérience clinique d’un médecin ou d’un spécialiste et par des études publiées de cas individuels.

Autres troubles du mouvement liés au sommeil

Myoclonies bénignes du sommeil de la petite enfance

La myoclonie bénigne du sommeil de la petite enfance (BSMI) se caractérise par des secousses ou des secousses qui se produisent lorsqu’un nourrisson est somnolent ou endormi, commençant n’importe où entre le premier jour de sa vie et l’âge de 3 ans. Ce trouble du mouvement rare est parfois confondu avec d’autres conditions comme l’épilepsie. Contrairement aux conditions plus graves, les symptômes du BSMI s’arrêtent lorsqu’un nourrisson est réveillé. Le traitement de cette affection est généralement inutile car elle disparaît chez les deux tiers des nourrissons touchés à l’âge de 3 mois.

Myoclonie propriospinale au début du sommeil

La myoclonie propriospinale à l’endormissement (PSM) est un trouble du mouvement dans lequel une personne subit des secousses soudaines du cou et de l’abdomen lorsqu’elle est somnolente ou essaie de s’endormir. Bien que les mouvements anormaux puissent empêcher une personne de s’endormir, ils disparaissent lorsqu’une personne s’endort ou se réveille complètement. La MSP peut être primaire et non causée par une affection sous-jacente, ou secondaire, à la suite d’une affection vertébrale ou nerveuse. Le traitement de la MSP cible souvent les causes sous-jacentes de cette affection.

Quand consulter un médecin

Un sommeil suffisant et de qualité est important pour les personnes de tous âges. La perte de sommeil peut affecter nos pensées et nos émotions et augmente le risque à long terme de problèmes de santé mentale et physique. De nombreuses personnes atteintes de troubles du mouvement liés au sommeil éprouvent un sommeil insuffisant et de mauvaise qualité, parfois sans comprendre la cause de leurs symptômes. Pour cette raison, il est important que toute personne ayant des problèmes de sommeil en parle à un médecin ou à un spécialiste du sommeil.

  • Cet article a-t-il été utile?
  • OuiNon

À propos de notre équipe éditoriale

auteur
Rob Newsom

Rédacteur personnel

Rob écrit sur l’intersection du sommeil et de la santé mentale et a précédemment travaillé à l’Institut national du cancer.

auteur
John DeBanto

Médecin de médecine interne

MARYLAND

Le Dr DeBanto est médecin et gastro-entérologue avec 20 ans d’expérience dans la gestion de l’obésité et des problèmes connexes tels que l’apnée du sommeil.

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
partager sur Twitter
Partager sur linkedin
Partager sur Linkdin
Partager sur pinterest
Partager sur Pinterest