Somnambulisme : qu’est-ce que le somnambulisme ?

Notre équipe d’examen médical a récemment évalué cette page pour en assurer l’exactitude. Nous continuerons à surveiller et à réviser cet article au fur et à mesure que de nouvelles publications seront publiées sur le somnambulisme.

Dans une conversation normale, le terme somnambulisme peut être utilisé au sens désinvolte et figuré pour décrire un manque d’énergie ou de concentration. Mais pour nombre d’enfants et d’adultes, le somnambulisme est une condition réelle qui peut avoir des conséquences considérables.

Le somnambulisme, officiellement connu sous le nom de somnambulisme, est un trouble du comportement qui prend naissance pendant le sommeil profond et se traduit par la marche ou l’exécution d’autres comportements complexes alors qu’il est encore principalement endormi. Il est plus fréquent chez les enfants que chez les adultes et est plus susceptible de se produire si une personne a des antécédents familiaux de la maladie, est privée de sommeil ou est sujette à des réveils nocturnes répétés.

Les accidents au cours de ces épisodes peuvent causer des blessures, et le somnambulisme est associé à une détérioration du sommeil et à une somnolence diurne. Un traitement actif peut ne pas être nécessaire pour de nombreuses personnes, mais lorsque les épisodes sont plus fréquents ou intenses, plusieurs options de traitement peuvent être bénéfiques.

Le somnambulisme est-il un trouble du sommeil ?

Le somnambulisme est un type de trouble du sommeil connu sous le nom de parasomnie. Les parasomnies sont des comportements anormaux pendant le sommeil. En fait, les parasomnies chevauchent une frontière entre le sommeil et l’éveil, c’est pourquoi les actions qui se produisent pendant les épisodes de parasomnie sont anormales.

Les parasomnies peuvent être classées en fonction de la partie du cycle de sommeil au cours de laquelle elles se produisent. Le somnambulisme survient pendant le sommeil non paradoxal (NREM), généralement au stade III du cycle du sommeil, également appelé sommeil profond. Avec d’autres parasomnies comme le sommeil parlant, les éveils confusionnels et les terreurs nocturnes, le somnambulisme est classé comme un trouble de l’éveil NREM.

Quels sont les symptômes du somnambulisme ?

Les symptômes du somnambulisme peuvent impliquer divers types d’actions simples ou complexes qu’une personne accomplit alors qu’elle est encore la plupart du temps endormie. Au cours d’un épisode, une personne peut avoir les yeux ouverts et vitreux avec un regard vide sur son visage. Ils sont généralement peu réactifs ou incohérents dans leur discours.

Il est important de reconnaître que, malgré son nom, le somnambulisme ne se limite pas à la marche. D’autres types d’actions peuvent se produire et sont toujours sous l’égide du somnambulisme. Les exemples incluent la course, les actions de routine comme s’habiller, déplacer des meubles, adopter un comportement sexuel (sexsomnie) ou uriner dans des endroits inappropriés. Moins souvent, les comportements peuvent être violents ou peuvent être plus complexes, y compris essayer de conduire une voiture.

Les épisodes de somnambulisme peuvent durer de quelques secondes à une demi-heure, la plupart se terminant en moins de 10 minutes. La personne peut se recoucher et se rendormir d’elle-même, ou elle peut se réveiller confuse alors qu’elle n’est toujours pas au lit.

Un symptôme clé du somnambulisme et d’autres parasomnies NREM est que la personne ne se souvient pratiquement jamais de l’épisode au réveil. Pour cette raison, ils apprennent le plus souvent leur somnambulisme par un membre de la famille ou un colocataire.

Un autre élément commun des parasomnies NREM est qu’elles se produisent généralement pendant le premier tiers ou la moitié de la nuit lorsqu’une personne a tendance à passer un pourcentage de temps plus élevé dans les phases de sommeil profond NREM.

Quelle est la fréquence du somnambulisme ?

Le somnambulisme survient plus souvent chez les enfants que chez les adultes. Une étude à long terme a révélé que 29 % des enfants âgés d’environ 2 à 13 ans somnambulaient avec un pic d’incidence entre 10 et 13 ans. Chez les adultes, la prévalence est estimée à 4 %.

Le fait que les personnes qui somnambulent ne se souviennent pas des épisodes rend difficile la détermination précise de leur fréquence. De plus, les études définissent parfois le somnambulisme de différentes manières.

Lire aussi  Hypersomnie

Tentant de tenir compte de ces difficultés méthodologiques, une méta-analyse a examiné 51 études distinctes sur le somnambulisme et a conclu que 5 % des enfants et 1,5 % des adultes avaient connu un épisode au cours des 12 derniers mois.

Quels sont les dangers du somnambulisme ?

Le somnambulisme peut avoir de graves conséquences sur la santé. Des blessures peuvent survenir si une personne trébuche et tombe ou entre en collision avec quelque chose en marchant ou en courant. La mauvaise manipulation d’objets pointus ou la tentative de conduire une voiture pendant un épisode peuvent mettre la vie en danger. Un comportement violent peut causer du tort au somnambule ou à d’autres personnes.

Les actions pendant les épisodes de somnambulisme peuvent apporter de l’embarras. Par exemple, une personne peut avoir honte d’un comportement sexuellement explicite, de crises d’agressivité ou d’uriner au mauvais endroit.

Des études ont montré que les personnes somnambules présentent des niveaux plus élevés de somnolence diurne excessive et de symptômes d’insomnie. On ne sait pas si ces problèmes surviennent en raison de perturbations réelles dues au somnambulisme ou s’il existe un facteur sous-jacent affectant leur sommeil qui les expose à la fois au somnambulisme et à la somnolence diurne.

De plus, le somnambulisme peut avoir des conséquences pour un partenaire de lit, des colocataires et/ou des colocataires. Les épisodes peuvent perturber leur sommeil et ils peuvent être affectés négativement par le comportement d’une personne pendant les épisodes.

Quelles sont les causes du somnambulisme ?

Les experts du sommeil pensent que le somnambulisme survient normalement lorsqu’une personne est dans une phase de sommeil profond et se réveille partiellement d’une manière qui déclenche une activité physique tout en restant principalement endormie.

Divers facteurs influencent la probabilité que ce type d’éveil partiel se produise :

  • Génétique et histoire familiale : Des études montrent un schéma clair dans lequel certaines personnes sont génétiquement prédisposées au somnambulisme et à d’autres parasomnies NREM. Environ 22 % des enfants dont les parents n’ont pas d’antécédents de somnambulisme connaîtront cette condition. En revanche, 47 % des enfants somnambulent si l’un des parents en a des antécédents, et 61 % des enfants somnambulent si les deux parents en ont.
  • Privation de sommeil : Un manque de sommeil a été corrélé à un risque élevé de somnambulisme, qui peut être dû à plus de temps passé en sommeil profond après une période de privation de sommeil.
  • Certains médicaments : Les médicaments ayant un effet sédatif peuvent pousser les gens dans un type de sommeil qui augmente leurs chances d’avoir un épisode de somnambulisme.
  • De l’alcool: Boire de l’alcool le soir peut créer une instabilité dans les phases de sommeil d’une personne et peut augmenter le risque de somnambulisme.
  • Lésion cérébrale: Les conditions qui affectent le cerveau, y compris le gonflement du cerveau (encéphalite), peuvent être un déclencheur du somnambulisme.
  • Fièvre: Chez les enfants, il a été constaté que la fièvre rend le somnambulisme plus probable et qu’elle peut être liée à un nombre accru d’éveils provoqués par la maladie pendant la nuit.
  • Apnée obstructive du sommeil (AOS): L’AOS est un trouble du sommeil dans lequel les voies respiratoires sont bloquées, provoquant de brefs arrêts respiratoires pendant le sommeil. Ces pauses, qui peuvent se produire des dizaines de fois par nuit, créent des interruptions de sommeil pouvant donner lieu à du somnambulisme.
  • Syndrome des jambes sans repos (SJSR): Le SJSR est un type de trouble du sommeil qui provoque une forte envie de bouger les membres, en particulier les jambes, en position couchée. Il provoque des éveils nocturnes à partir desquels une personne peut entrer dans un épisode de somnambulisme.
  • Stresser: Divers types de stress peuvent affecter le sommeil, notamment en provoquant un sommeil plus fragmenté ou perturbé qui peut augmenter la propension au somnambulisme. Le stress peut être physique, comme la douleur, ou émotionnel. Certains types de stress peuvent être liés à un inconfort ou à un changement, par exemple lorsque vous voyagez et dormez dans un endroit inconnu.

Les enfants qui somnambulent peuvent constater que les épisodes cessent de se produire en vieillissant, ou ils peuvent continuer à somnambuler à l’âge adulte. Même si la plupart des somnambules commencent dans l’enfance, la condition peut également commencer à l’âge adulte.

Comment traite-t-on le somnambulisme ?

Le traitement du somnambulisme dépend de l’âge du patient, de sa fréquence et de la dangerosité ou de la perturbation des épisodes. Pour les enfants et les adultes, il est préférable de faire part de leurs préoccupations concernant le somnambulisme à un médecin qui peut travailler pour trouver la cause la plus probable et créer un plan de traitement sur mesure.

Lire aussi  Comment réparer un matelas qui s'affaisse

Dans de nombreux cas, le somnambulisme ne nécessite aucun traitement actif car les épisodes sont rares et présentent peu de risques pour le dormeur ou son entourage. Les épisodes deviennent souvent moins fréquents avec l’âge, donc pour certaines personnes, le somnambulisme est résolu par lui-même avec une thérapie spécifique.

Lorsqu’il est nécessaire de prendre des mesures pour traiter le somnambulisme, il existe un certain nombre d’approches qui peuvent être intégrées dans un plan de traitement.

Éliminer les risques de sécurité

La réduction des méfaits est une considération importante pour les personnes somnambules. Voici quelques façons de réduire les risques pour la sécurité :

  • Garder les objets tranchants ou les armes sous clé et hors de portée
  • Fermeture et verrouillage des portes et fenêtres
  • Suppression des risques de trébuchement du sol
  • Installer des lumières avec des détecteurs de mouvement
  • Si nécessaire, utiliser des alarmes de porte ou une alarme de lit qui se déclenche si une personne sort du lit

Traiter les causes sous-jacentes

Si le somnambulisme d’une personne est lié à un trouble sous-jacent comme l’AOS ou le SJSR, le traitement de cette condition peut résoudre le somnambulisme. De même, si l’utilisation de sédatifs ou d’autres médicaments contribue au somnambulisme, le médecin peut recommander de modifier la posologie ou de passer à un autre médicament.

Réveil anticipé

L’éveil anticipé consiste à réveiller quelqu’un peu de temps avant qu’un éventuel épisode de somnambulisme ne se produise.

Parce que le somnambulisme est lié à un stade de sommeil spécifique, il se produit souvent à peu près à la même heure chaque nuit. Réveiller quelqu’un juste avant cette heure peut l’empêcher d’avoir le réveil partiel qui peut provoquer le somnambulisme.

Le réveil anticipé a été efficace pour aider de nombreux enfants à arrêter le somnambulisme. Il peut être utile pour d’autres, mais n’a pas été soigneusement étudié chez les patients adultes.

Améliorer l’hygiène du sommeil

L’hygiène du sommeil fait référence à l’environnement et aux habitudes de sommeil d’une personne. Une mauvaise hygiène du sommeil, comme avoir un horaire de sommeil irrégulier ou boire de la caféine ou de l’alcool près de l’heure du coucher, peut contribuer aux problèmes de sommeil et à la privation de sommeil. De plus, il est important d’utiliser le meilleur matelas pour vos besoins, en tenant compte de votre position de sommeil et de votre morphologie.

L’amélioration de l’hygiène du sommeil favorise un sommeil plus stable et fiable tout en réduisant le risque de privation de sommeil qui peut déclencher le somnambulisme.

Thérapie cognitivo-comportementale

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est une forme de thérapie par la parole qui neutralise les pensées et les actions négatives. La TCC pour l’insomnie (TCC-I) a démontré son efficacité pour améliorer le sommeil, souvent en recadrant la façon dont une personne pense au sommeil. Des adaptations de la TCC existent pour le stress et l’anxiété, et une application prudente de la TCC, y compris des techniques de relaxation, peut aider à prévenir les épisodes de somnambulisme liés au stress.

Médicament

Lorsque les autres traitements ne sont pas efficaces, des médicaments peuvent être envisagés pour tenter d’arrêter le somnambulisme. Les exemples incluent les benzodiazépines et les antidépresseurs. Les premières recherches ont indiqué que la mélatonine pourrait également être utile pour lutter contre le somnambulisme.

Tout médicament, qu’il soit sur ordonnance ou en vente libre, présente des avantages et des risques potentiels, et un médecin est le mieux placé pour déterminer s’il est approprié à la situation spécifique d’une personne.

Est-il prudent de réveiller une personne somnambule ?

La plupart des experts déconseillent les réveils discordants aux personnes qui sont au milieu d’un épisode de somnambulisme. Parce qu’ils ne sont pas conscients de leur situation, un réveil en sursaut peut provoquer de la peur, de la confusion ou de la colère.

Si possible, vous pouvez essayer d’éloigner légèrement une personne somnambule des dangers potentiels et de la remettre au lit. Une voix calme et apaisante et tout au plus une touche légère peuvent être utiles pour les diriger.

Si vous avez besoin de réveiller une personne somnambule, essayez de le faire d’une manière aussi douce que possible et sachez qu’elle sera très probablement désorientée au réveil.

  • Cet article a-t-il été utile?
  • OuiNon

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
partager sur Twitter
Partager sur linkedin
Partager sur Linkdin
Partager sur pinterest
Partager sur Pinterest