Sclérose en plaques (SEP) et sommeil

La sclérose en plaques est une maladie auto-immune caractérisée par une dégradation de la gaine de myéline, la couche isolante graisseuse chargée de protéger les nerfs du cerveau et de la moelle épinière. Les dommages sont causés par une inflammation dans laquelle le système immunitaire cible de manière incorrecte le système nerveux central de l’organisme.

Au fur et à mesure que la maladie progresse, elle peut interférer avec les messages entre les nerfs, entraînant des spasmes musculaires involontaires, une faiblesse, des problèmes de coordination, des troubles de l’élocution et d’autres problèmes. La nature exacte des symptômes varie d’une personne à l’autre, selon l’emplacement des dommages.

On estime que près d’un million d’Américains vivent actuellement avec la sclérose en plaques, et environ 60 % de ces personnes signalent des problèmes de sommeil. La maladie peut survenir à tout âge, mais elle commence souvent à l’âge adulte et est plus fréquente chez les femmes que chez les hommes.

Bien que la sclérose en plaques soit une maladie qui dure toute la vie, les symptômes peuvent aller et venir et la maladie elle-même ne réduit pas nécessairement l’espérance de vie. Le traitement de la sclérose en plaques se concentre sur l’amélioration de la qualité de vie, y compris la qualité du sommeil.

Comment la SP affecte-t-elle le sommeil ?

Les symptômes de la sclérose en plaques, ainsi que le stress et la dépression qui l’accompagnent, peuvent avoir un effet significatif sur le sommeil. Une mauvaise qualité de sommeil peut entraîner des problèmes d’humeur, d’énergie et même une augmentation des symptômes de la SEP. Cela peut également conduire à un déclin cognitif futur. Le traitement de la SEP et de l’insomnie nécessite une approche globale qui tient compte de divers facteurs.

La santé physique joue un rôle majeur dans la SEP et le sommeil. La spasticité musculaire, les douleurs faciales ou les sensations désagréables de picotements peuvent empêcher les patients atteints de SEP de trouver une position confortable la nuit. De nombreuses personnes atteintes de SP ont également de la difficulté à contrôler leurs mouvements et peuvent être incapables de changer de position de sommeil aussi souvent qu’elles le voudraient. Rester dans une position pendant des périodes prolongées peut provoquer des escarres, entraînant un inconfort supplémentaire.

Un nombre important de patients atteints de sclérose en plaques ont également des mictions nocturnes fréquentes. Se réveiller plusieurs fois pendant la nuit pour aller aux toilettes perturbe le sommeil, ce qui entraîne non seulement moins de sommeil, mais également une réduction du temps passé en sommeil profond. Les médicaments et le manque d’exercice en raison d’incapacités liées à la SEP nuisent également au sommeil.

Dans l’ensemble, jusqu’à 90 % des personnes atteintes de SEP déclarent souffrir de fatigue, qui apparaît parfois bien avant le diagnostic officiel de SEP. La fatigue est un terme général utilisé pour désigner les sentiments d’épuisement qui rendent difficile l’accomplissement des activités quotidiennes. Cela va au-delà de la fatigue normale et peut ne pas s’améliorer même avec du repos.

La fatigue est considérée comme l’un des symptômes les plus débilitants de la SEP, mais elle ne reçoit souvent pas l’attention qu’elle mérite, car de nombreuses personnes pensent qu’il s’agit d’un effet secondaire naturel de l’inconfort lié à la SEP. Pourtant, la fatigue liée à la SEP provient probablement d’un certain nombre de causes, telles qu’un trouble du sommeil sous-jacent ou des niveaux anormaux de mélatonine ou de cytokines pro-inflammatoires, qui jouent tous deux un rôle dans la régulation du sommeil.

Lire aussi  La maladie d'Alzheimer et le sommeil

Dans la sclérose en plaques, la fatigue s’accompagne souvent de douleur, d’anxiété, de stress et de dépression, qui peuvent tous s’aggraver les uns les autres. De plus, ceux qui font la sieste pendant la journée pour lutter contre la fatigue peuvent finir par avoir du mal à obtenir un sommeil de qualité la nuit.

Quels sont les troubles du sommeil courants chez les personnes atteintes de SEP

En plus de l’inconfort général causé par les symptômes de la SEP, les personnes atteintes de cette maladie sont plus susceptibles d’avoir un ou plusieurs troubles du sommeil coexistants. Les troubles du sommeil les plus courants liés à la sclérose en plaques sont l’insomnie, le syndrome des jambes sans repos, les troubles respiratoires du sommeil, la narcolepsie et les troubles du comportement en sommeil paradoxal. Dans de nombreux cas, ceux-ci semblent résulter de lésions dans des zones spécifiques du cerveau ou de la moelle épinière, ce qui signifie que les symptômes peuvent varier d’une personne à l’autre en fonction de l’emplacement et de la gravité de leurs lésions.

  • Insomnie: L’insomnie fait référence à la difficulté à s’endormir, à rester endormi ou à bien dormir. La douleur, l’inconfort, les troubles du sommeil, les mictions nocturnes fréquentes et d’autres facteurs peuvent tous contribuer à l’insomnie chez les personnes atteintes de SEP.

  • Troubles du sommeil liés aux rythmes circadiens : Les troubles du rythme circadien du sommeil affectent le cycle veille-sommeil naturel du corps et peuvent entraîner de l’insomnie, de la somnolence diurne ou les deux. Les anomalies de la production de mélatonine chez les patients atteints de SEP pourraient être en partie responsables de la prévalence plus élevée de perturbations circadiennes et de la fatigue qui en résulte chez les patients atteints de SEP.

  • Syndrome des jambes sans repos (SJSR) et trouble périodique des mouvements des membres (PLMD) : Les personnes atteintes de RLS éprouvent des sensations de picotements qui provoquent une envie irrésistible de bouger leurs jambes, tandis que celles atteintes de PLMD éprouvent des secousses ou d’autres mouvements pendant la nuit. Les deux conditions peuvent être gênantes lorsque vous essayez de dormir et peuvent provoquer des réveils nocturnes qui entraînent une mauvaise qualité du sommeil et de la fatigue.

  • Troubles respiratoires du sommeil : Le type le plus courant de troubles respiratoires du sommeil est l’apnée du sommeil, dans laquelle une personne souffre de troubles du sommeil en raison de multiples interruptions de la respiration. L’apnée du sommeil apparaît souvent chez les patients atteints de SEP qui présentent des lésions du tronc cérébral. Dans la plupart des cas, il peut être traité avec un appareil à pression positive continue (CPAP), qui aide à réguler la respiration.

  • Narcolepsie : Les personnes atteintes de narcolepsie sont vulnérables à des épisodes de somnolence extrême pendant la journée, qui peuvent s’accompagner de paralysie musculaire ou d’hallucinations. Des études ont lié la narcolepsie et la SEP à des lésions de l’hypothalamus latéral, responsable de la régulation de l’éveil.

  • Trouble du comportement en sommeil paradoxal : Lorsque nous rêvons pendant le sommeil à mouvements oculaires rapides (REM), notre corps subit généralement une atonie ou une paralysie des muscles. Dans le trouble du comportement en sommeil paradoxal, cette fonction est défaillante, amenant les patients à réaliser leurs rêves, parfois de manière violente ou dangereuse. Le trouble du comportement en sommeil paradoxal semble survenir plus souvent chez les patients atteints de SEP présentant des lésions du tronc cérébral.

Lire aussi  Meilleur nombre de fils pour les feuilles

Si vous soupçonnez que vous ou un proche souffrez d’un trouble du sommeil, parlez-en à votre professionnel de la santé. Ils peuvent effectuer une polysomnographie ou un test de sommeil, au cours duquel ils rechercheront des signes de trouble du sommeil et travailleront avec vous pour élaborer un plan de traitement approprié si un trouble est détecté.

Comment les personnes atteintes de SEP peuvent-elles faire face aux problèmes de sommeil ?

Certains changements de style de vie peuvent aider à améliorer le sommeil des personnes atteintes de SP. Le point de départ le plus simple est peut-être l’hygiène du sommeil, qui fait référence aux comportements diurnes et nocturnes qui aident à promouvoir un cycle veille-sommeil régulier. Les habitudes d’hygiène du sommeil comprennent :

  • Maintenir une chambre fraîche, sombre et calme

  • Réserver le lit pour le sommeil et le sexe uniquement

  • Se coucher et se lever à la même heure tous les jours

  • Établir une routine cohérente à l’heure du coucher qui comprend des activités calmes comme lire ou prendre un bain chaud

  • Éteindre les écrans une heure avant le coucher

  • Faire de l’exercice régulièrement plus tôt dans la journée

  • Bien manger

  • S’exposer au soleil, surtout le matin

  • Éviter l’alcool, la caféine et la nicotine

  • Planifier des siestes plus tôt dans la journée

Certains aspects de la routine du sommeil sont particulièrement importants pour les personnes atteintes de SP. Par exemple, de nombreux patients atteints de SEP sont sensibles à la chaleur, il est donc très important de garder la chambre à une température légèrement plus fraîche pour favoriser le sommeil et éviter d’aggraver les symptômes de la SEP. De même, ceux qui ont des mictions nocturnes fréquentes peuvent souhaiter éliminer la caféine et l’alcool, limiter leur consommation de liquide dans les heures qui précèdent le coucher et visiter la salle de bain une dernière fois juste avant de se coucher.

Il existe plusieurs façons d’optimiser votre environnement de sommeil pour réduire les escarres, notamment en utilisant un matelas en mousse anti-pression et en utilisant un oreiller pour amortir les zones sensibles. Demander à un partenaire de dormir de vous aider à changer de position de sommeil peut vous permettre de vous sentir plus à l’aise la nuit. Vous voudrez peut-être parler avec votre partenaire pour trouver un arrangement qui vous permette à tous les deux de bien vous reposer.

La thérapie cognitivo-comportementale pour l’insomnie (TCC-I) peut vous aider à surmonter l’anxiété et la dépression qui peuvent vous empêcher de dormir la nuit. Si vous avez encore du mal à passer une bonne nuit de sommeil, votre médecin pourra peut-être vous prescrire des médicaments pour traiter les symptômes nocturnes. Bien que la recherche ne soit pas concluante quant au rôle des perturbations du rythme circadien dans la SEP, votre médecin peut également recommander des suppléments tels que la vitamine D ou la mélatonine pour aider à réguler votre cycle veille-sommeil.

  • Cet article a-t-il été utile?
  • OuiNon

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
partager sur Twitter
Partager sur linkedin
Partager sur Linkdin
Partager sur pinterest
Partager sur Pinterest