Microsommeil : qu’est-ce que c’est, qu’est-ce qui le cause et est-ce sécuritaire ?

Le terme microsommeil fait référence à de très courtes périodes de sommeil qui peuvent être mesurées en secondes, plutôt qu’en minutes ou en heures. Même si vous n’êtes pas familier avec les mots microsommeil ou micro sieste, vous avez probablement déjà vécu ce phénomène ou vu quelqu’un d’autre en faire l’expérience. Une personne peut s’endormir pendant le microsommeil ou garder les yeux ouverts et continuer à avoir l’air éveillée. Quelle que soit la façon dont une personne apparaît pendant un épisode de microsommeil, son cerveau ne traite pas les informations externes comme d’habitude.

Les microsommeils surviennent le plus souvent après une privation de sommeil. Pour cette raison, de nombreuses personnes souffrant de troubles du sommeil, tels que le travail posté ou l’apnée obstructive du sommeil, souffrent de microsommeil. Les personnes qui ne souffrent pas de troubles du sommeil peuvent également souffrir de microsommeil, même après une seule nuit de sommeil restreint ou sans aucune privation de sommeil. Le microsommeil survient généralement lorsque les gens effectuent des tâches monotones, comme conduire sur une autoroute déserte.

Parce que le microsommeil peut arriver à n’importe qui et avoir des conséquences graves, comme un risque potentiellement accru d’accidents de voiture, il est important de savoir exactement ce qu’est le microsommeil, comment il affecte les gens et comment le gérer.

Qu’est-ce que le microsommeil ?

Les chercheurs définissent généralement le microsommeil comme des épisodes de sommeil qui durent 15 secondes ou moins. Lors d’un épisode de microsommeil, les gens perdent le contrôle conscient de leurs performances. Les scientifiques travaillent à mieux comprendre ce qui se passe dans le cerveau pendant le microsommeil en étudiant le phénomène à la fois chez l’homme et chez l’animal.

Le microsommeil est parfois appelé microsommeil comportemental car il se caractérise par des changements de comportement. Les épisodes de microsommeil peuvent sembler différents d’une personne à l’autre, mais ils sont souvent identifiés par une personne qui ferme brièvement les yeux ou qui subit des manques d’attention. Les chercheurs peuvent détecter les microsommeils en mesurant l’activité cérébrale, en observant le visage et le corps d’une personne ou en testant ses performances psychomotrices.

Lors d’un épisode de microsommeil, les ondes cérébrales mesurées par un électroencéphalogramme (EEG) ralentissent sensiblement. Les scintigraphies cérébrales réalisées à l’aide de l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) montrent que le microsommeil implique une activité cérébrale différente de celle trouvée dans le sommeil normal. Pendant le microsommeil, une grande partie du cerveau qui se désactive pendant le sommeil reste activée, y compris les zones du cerveau dédiées à rester éveillé.

Le cerveau réagit également différemment au son pendant le micro-sommeil que pendant l’éveil ou le sommeil. Le cerveau a une réaction en réponse aux sons pendant le micro-sommeil, mais pas le même schéma de réaction que celui observé lorsqu’une personne est éveillée. Par exemple, pendant le microsommeil, le cerveau ne semble pas différencier les sons de hauteurs différentes.

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre toutes les différences entre le microsommeil et le sommeil et l’éveil et pourquoi nous nous engageons dans le microsommeil.

Lire aussi  SMS de sommeil

Symptômes du microsommeil

L’un des symptômes les plus courants du microsommeil est la fermeture partielle ou totale des yeux, bien que le microsommeil puisse également se produire avec les yeux ouverts. Un autre symptôme courant du microsommeil est un hochement de tête. Vous pourriez supposer que vous sauriez si vous avez vécu un épisode de microsommeil, mais ils ne sont pas toujours évidents. Les personnes qui souffrent de microsommeil ne reconnaissent pas toujours qu’elles se sont endormies brièvement.

Au lieu de reconnaître que vous vous êtes endormi, vous pourriez penser que vous avez brièvement cessé de prêter attention à tout ce qui se trouvait autour de vous. Au cours d’un épisode de microsommeil, les personnes présentent une réponse réduite aux stimuli externes, tels que les signaux sonores ou visuels.

Les chercheurs ont découvert que les gens ont tendance à bouger les yeux plus lentement dans les moments précédant le microsommeil. Cependant, vous ne savez peut-être pas que vous bougez vos yeux plus lentement ou que vos paupières tombent. La dilatation des pupilles est un autre facteur qui peut indiquer un microsommeil.

Grâce à des outils de suivi oculaire et à des vidéos faciales, l’apprentissage automatique peut identifier les changements qui indiquent qu’une personne éprouve ou est sur le point d’éprouver du microsommeil. Étant donné que les microsommeils surviennent souvent lorsque les gens sont somnolents, les systèmes de surveillance du conducteur peuvent rechercher des clignotements, des changements de fréquence cardiaque et des mouvements du volant pour détecter la somnolence chez les conducteurs avant qu’ils n’aient la possibilité de s’endormir au volant.

Risques du microsommeil

Les principaux risques du microsommeil sont les accidents qui pourraient survenir lors de la conduite, de l’utilisation de machines lourdes, de l’exécution d’une intervention chirurgicale ou d’autres tâches tout aussi sensibles. Dans une étude portant sur la conduite simulée, les épisodes de microsommeil ont été associés à une diminution des performances de conduite. Étant donné que le microsommeil rend les gens brièvement moins réactifs ou insensibles aux stimuli, toute situation à enjeux élevés qui nécessite des temps de réaction rapides devient risquée lorsqu’une personne microsommeil.

Le microsommeil ne cause probablement aucun mal physique en soi. Si vous faites l’expérience d’un microsommeil dans un environnement sûr – un environnement dans lequel une brève perte d’attention n’entraîne pas de conséquences potentiellement importantes – alors le microsommeil ne devrait pas être un problème.

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer si le microsommeil est un facteur de risque de troubles du sommeil. Actuellement, les professionnels de la santé n’utilisent pas les occurrences de microsommeil comme critère de diagnostic. Cependant, la recherche montre que l’identification du microsommeil lors d’un test de latence d’endormissement multiple (MSLT) peut aider les professionnels à diagnostiquer plus précisément la somnolence diurne excessive. Le MSLT est couramment utilisé pour diagnostiquer la narcolepsie et l’hypersomnie idiopathique, deux troubles caractérisés par la somnolence.

Causes du microsommeil

Les principales causes du microsommeil sont la somnolence et la privation de sommeil. Les troubles du sommeil qui provoquent une privation de sommeil ou une somnolence excessive semblent plus susceptibles d’être liés au microsommeil. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour tirer des conclusions définitives sur les relations entre les troubles du sommeil et le microsommeil.

Lire aussi  Étapes du sommeil

Les personnes atteintes de troubles du sommeil liés au travail posté pourraient être particulièrement intéressées par la recherche sur le microsommeil, car ce groupe est près de trois fois plus susceptible de subir un accident de voiture. Ceux qui souffrent d’insomnie et d’apnée obstructive du sommeil sont également plus susceptibles d’avoir des accidents de voiture. D’autres recherches pourraient indiquer que ce risque accru est partiellement dû aux épisodes de microsommeil.

Les personnes complètement reposées peuvent également éprouver du microsommeil, par exemple en faisant quelque chose de répétitif ou de fastidieux. Le microsommeil n’indique pas nécessairement que vous manquez de sommeil ou que vous souffrez d’un trouble du sommeil sous-jacent.

Traitement Microsommeil

Actuellement, il n’existe aucun traitement universel recommandé pour le microsommeil, et le microsommeil n’est pas non plus identifié comme un trouble du sommeil ou parmi les critères diagnostiques de tout trouble du sommeil. Étant donné que le microsommeil est lié à la privation de sommeil et à la somnolence, un sommeil suffisant pourrait potentiellement aider.

Les médicaments favorisant l’éveil peuvent aider à réduire les épisodes de microsommeil, mais ils doivent être pris avec prudence et toujours en consultation avec votre médecin. Afin de réduire les accidents de la route, certaines entreprises étudient l’utilisation de signaux acoustiques pour réduire les microsommeils au volant.

Si vous pensez avoir souvent des épisodes de microsommeil ou malgré un sommeil suffisant, envisagez d’en parler à votre médecin.

Quand se produit le microsommeil ?

Le microsommeil peut survenir à tout moment où une personne est éveillée. Il est plus susceptible de se produire après une privation de sommeil, mais il peut survenir même lorsqu’une personne est complètement reposée. Les gens connaissent plus d’épisodes de microsommeil lorsqu’ils sont plus somnolents, même s’ils ne sont pas conscients de leur somnolence.

Bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires, certains chercheurs constatent que le microsommeil survient plus fréquemment l’après-midi, même si les gens ne déclarent pas se sentir somnolents. Cette découverte pourrait être due à nos rythmes circadiens. De nombreuses personnes ressentent une augmentation de la somnolence en début d’après-midi, parfois appelée affaissement de l’après-midi ou trempette après le déjeuner. En revanche, les travailleurs de nuit souffrent généralement de somnolence au volant pendant le trajet du matin vers la maison.

Le rattrapage du sommeil peut réduire l’apparition de microsommeil. Vous pouvez également vous abstenir de prendre des médicaments favorisant le sommeil avant de faire des activités qui nécessitent de la concentration.

Quand parler à votre médecin

De nombreuses personnes connaissent des épisodes de microsommeil comme conséquence naturelle de rester debout tard une nuit. Bien qu’ils ne remplacent pas un bon sommeil, les microsommeils peuvent entraîner une brève amélioration des performances. Cependant, il est important de parler à votre médecin si vous pensez que vos épisodes de microsommeil pourraient être dus à un trouble du sommeil.

Si vous avez du mal à dormir les sept heures ou plus recommandées chaque nuit ou si vous ressentez une somnolence diurne excessive, prenez rendez-vous avec votre médecin. Ils peuvent vous aider à identifier et à traiter tout trouble du sommeil sous-jacent ou tout autre problème médical contribuant à vos problèmes de sommeil.

  • Cet article a-t-il été utile?
  • OuiNon

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
partager sur Twitter
Partager sur linkedin
Partager sur Linkdin
Partager sur pinterest
Partager sur Pinterest