Les enfants et le sommeil

Notre équipe d’examen médical a récemment évalué cette page pour en assurer l’exactitude. Nous continuerons de surveiller et de réviser cet article au fur et à mesure que de nouvelles publications seront publiées sur les enfants et le sommeil.

Le sommeil est un élément essentiel de la santé mentale et physique de votre enfant. Mais s’il vous est impossible d’aider votre tout-petit à dormir, vous n’êtes pas seul. L’American Academy of Pediatrics estime que les problèmes de sommeil affectent 25 à 50 % des enfants et 40 % des adolescents.

Comprendre leurs besoins en sommeil est la première étape pour offrir un meilleur sommeil à vos enfants. Grâce à une combinaison d’hygiène du sommeil, de routines adaptées à l’âge et d’une attention particulière à tout trouble du sommeil, vous pouvez aider votre enfant à obtenir le repos dont il a besoin pour grandir fort et en bonne santé.

Pourquoi le sommeil est-il important pour les enfants ?

Le sommeil joue un rôle crucial dans le développement des jeunes esprits. En plus d’avoir un effet direct sur le bonheur, la recherche montre que le sommeil a un impact sur la vigilance et l’attention, les performances cognitives, l’humeur, la résilience, l’acquisition du vocabulaire, l’apprentissage et la mémoire. Le sommeil a également des effets importants sur la croissance, en particulier au cours de la petite enfance. Chez les tout-petits, la sieste semble être nécessaire pour la consolidation de la mémoire, l’attention exécutive et le développement des habiletés motrices.

Que se passe-t-il lorsque les enfants ne dorment pas assez ?

Comme tous les parents le savent, un enfant qui manque de sommeil peut osciller entre grincheux et hyperactif, avec des effets qui peuvent imiter le TDAH. La somnolence peut également affecter la capacité d’attention de votre enfant, avec des ramifications sur ses performances scolaires. Même une restriction minimale du sommeil peut avoir des effets sur la vie quotidienne de votre enfant.

Selon l’American Academy of Pediatrics (AAP), un quart des enfants de moins de 5 ans ne dorment pas suffisamment. Ceci est inquiétant car le manque de sommeil dans la petite enfance a été lié à la rhinite allergique et aux problèmes du système immunitaire, ainsi qu’à l’anxiété et à la dépression. Il existe également de nouvelles preuves que le manque de sommeil pendant l’enfance peut entraîner des risques cardiovasculaires futurs sous la forme d’obésité, de diabète et d’hypertension artérielle.

Chez les adolescents, un sommeil insuffisant peut avoir des effets à long terme sur les performances scolaires et la santé mentale. L’American Medical Association, le département américain de la Santé et des Services sociaux et l’American Academy of Pediatrics considèrent que la perte de sommeil chronique chez les adolescents est un problème de santé publique. C’est un facteur de risque de toxicomanie et de problèmes de santé mentale, ainsi que de problèmes plus immédiats tels que les accidents de voiture et les blessures sportives.

Conseils pour vous assurer que votre enfant passe une nuit complète

Les besoins de sommeil changent à mesure que votre enfant grandit, mais que vous ayez affaire à un tout-petit de 2 ans ou à un adolescent têtu, les recherches montrent qu’une routine cohérente à l’heure du coucher est utile pour s’assurer que votre enfant dort suffisamment. Quelles que soient les activités que vous choisissez, essayez de faire les mêmes chaque jour dans le même ordre afin que votre enfant sache à quoi s’attendre.

Une routine typique du coucher peut inclure :

  • Éteindre les ordinateurs, les écrans de télévision, les jeux vidéo et autres lumières vives
  • Mettre un pyjama et se brosser les dents
  • Lire un livre léger, chanter une berceuse ou prendre un bain
  • Choisir une peluche ou un doudou pour la nuit pour les tout-petits

Le meilleur moment pour mettre votre enfant au lit est lorsqu’il a sommeil, pas lorsqu’il dort déjà. Cela les aide à apprendre à s’endormir par eux-mêmes. Si les enfants d’âge préscolaire se réveillent au milieu de la nuit, raccompagnez-les dans leur lit. Il est préférable de ne pas laisser les bébés dormir dans votre lit, car le co-sommeil augmente le risque de mort subite du nourrisson.

Conseils d’hygiène du sommeil pour les enfants

Les habitudes diurnes affectent également le sommeil. Vous pouvez favoriser un sommeil réparateur chez vos enfants en suivant les règles élémentaires d’hygiène du sommeil :

  • Organiser un horaire équilibré avec des périodes de repos et de jeu entrecoupées
  • Garder une heure de coucher régulière
  • Faire de la chambre, et surtout du matelas, une zone sans écran, même en journée
  • Fournir une alimentation saine
  • Régler le thermostat sur une température légèrement plus froide
  • Utiliser des rideaux sombres pour bloquer la lumière ou une veilleuse s’ils ont peur du noir
  • Garder la chambre silencieuse ou utiliser une machine à bruit blanc pour masquer les sons extérieurs
  • Éviter la caféine, les gros repas et les friandises sucrées avant le coucher, en optant pour une collation saine au coucher si nécessaire
Lire aussi  Somniphobie : comprendre la peur du sommeil

Il est important de faire faire de l’exercice régulièrement à votre enfant, mais ne tombez pas dans le piège d’épuiser votre enfant pour qu’il dorme mieux la nuit. Plus souvent qu’autrement, cela les fatiguera et les rendra plus difficiles à s’endormir. Apprenez à reconnaître le niveau spécial d’hyperactivité qui signifie que votre tout-petit est trop fatigué, afin que vous puissiez le mettre au lit avant que les choses ne tournent au vinaigre.

Parfois, une routine au coucher est plus facile à dire qu’à faire. Pour les ménages biparentaux ou les frères et sœurs qui partagent une chambre, l’heure du coucher peut nécessiter une logistique supplémentaire. Nous avons une liste de stratégies de sommeil supplémentaires si vous avez du mal à faire dormir vos enfants.

Conseils de sommeil pour les bébés: Parce qu’ils n’ont pas encore développé de rythme circadien, les très jeunes bébés dorment rarement toute la nuit, et ce n’est pas grave. S’il ne se rendort pas naturellement, essayez de le calmer en lui parlant ou en le touchant, sans le décrocher. S’il continue à pleurer, il se peut qu’il ait faim ou qu’il ait besoin de changer sa couche. Résolvez le problème rapidement et discrètement, en utilisant uniquement une veilleuse si possible, et quittez calmement la pièce.

Conseils de sommeil pour les tout-petits : Les tout-petits ont un horaire de sommeil complété par deux siestes par jour. Les problèmes de sommeil des tout-petits sont aggravés par l’anxiété de séparation et la peur de manquer quelque chose, ce qui se traduit par des techniques de blocage et de l’entêtement au coucher. Vous pouvez réduire ces plaintes en leur donnant le contrôle sur des choix mineurs comme le pyjama à porter ou le livre à lire. Essayez d’être patient, ferme, mais aimant, car les luttes de pouvoir sont susceptibles de susciter une réponse plus forte de leur part.

Conseils de sommeil pour les écoliers : Entre les obligations scolaires, sociales et parascolaires, les enfants d’âge scolaire ont souvent des horaires chargés qui peuvent rendre difficile une bonne nuit de sommeil. Dans la mesure du possible, essayez de suivre un horaire régulier et une période de détente avant de vous coucher. Pour renforcer l’association entre la chambre et le sommeil, demandez-leur de faire leurs devoirs ou d’autres activités dans une autre pièce si possible.

Conseils de sommeil pour les adolescents : Les adolescents sont programmés pour avoir un rythme circadien plus tardif, ce qui peut créer un problème avec les heures de début d’école. Vous pouvez aider votre adolescent en reconnaissant les exigences accrues de son temps et en travaillant ensemble pour trouver un horaire de sommeil sain qui convient à son mode de vie. Les adolescents semblent imiter leurs parents dans une certaine mesure lorsqu’il s’agit de dormir, donc l’une des meilleures choses que vous puissiez faire pour les aider à développer un rythme de sommeil sain est d’en garder un vous-même.

Le matin est important aussi. Bien qu’il soit tentant de laisser vos enfants dormir le week-end, cela peut perturber leur horaire de sommeil et rendre plus difficile leur réveil pendant la semaine. Essayez de ne pas trop programmer les activités parascolaires si vous remarquez que celles-ci ont un effet néfaste sur leur temps de sommeil.

Si vous pratiquez une hygiène de sommeil saine et que votre enfant se sent toujours somnolent ou a du mal à s’endormir ou à rester endormi la nuit, il est peut-être temps de consulter un médecin pour voir s’il souffre d’un trouble du sommeil. Vous pouvez également demander à leur professeur de vous tenir au courant de leur niveau d’attention. Des difficultés de concentration, un comportement hyperactif ou des problèmes d’apprentissage peuvent indiquer qu’ils ne dorment pas correctement.

Problèmes de sommeil chez les enfants

Les problèmes qui peuvent nous sembler mineurs sont souvent très importants pour un enfant, donc des événements comme un nouveau frère, une dentition, une maladie, un endroit différent, un nouveau soignant, un changement d’horaire ou des plaintes mineures comme des allergies, des rhumes et des troubles de l’oreille. les infections peuvent toutes nuire au sommeil de votre enfant.

En plus de ces problèmes courants, jusqu’à 50 % des enfants souffrent de troubles du sommeil à un moment donné. Les troubles du sommeil sont étroitement liés aux problèmes de santé mentale et physique, l’un exacerbant l’autre dans un cycle qui peut être difficile à briser. De plus, certains troubles du sommeil ne sont pas évidents pour le dormeur, ou ils peuvent refléter d’autres conditions telles que l’épilepsie, ce qui les rend difficiles à diagnostiquer.

Lire aussi  Pourquoi les nuits blanches sont-elles nocives ?

Certains des troubles du sommeil les plus courants chez les enfants sont les terreurs nocturnes et les cauchemars, l’apnée du sommeil, le somnambulisme et le somnambulisme, le ronflement et le syndrome des jambes sans repos.

Terreurs nocturnes et cauchemars

Les cauchemars peuvent être effrayants pour les tout-petits, qui ont plus de mal à distinguer ce qui est réel de ce qui ne l’est pas. Les enfants se réveillent souvent après des cauchemars, qui surviennent généralement pendant le sommeil paradoxal. Si cela se produit, rassurez-le et endormez-le doucement.

Les terreurs nocturnes, également connues sous le nom de terreurs nocturnes, sont une parasomnie qui survient tôt dans la nuit pendant le sommeil non paradoxal chez environ un tiers des enfants. Votre enfant peut crier et se redresser pendant une terreur nocturne, mais il ne se réveille généralement pas et ne se souvient pas de l’incident le matin. La meilleure chose que vous puissiez faire est de vous assurer que votre enfant est en sécurité, en essayant de le garder au lit si possible. Il n’est pas nécessaire de les réveiller ou de s’inquiéter si votre enfant éprouve des terreurs nocturnes occasionnelles, mais si elles deviennent très fréquentes ou si elles provoquent une somnolence diurne, elles méritent d’être mentionnées à votre pédiatre.

Parler de sommeil et somnambulisme

Le parler pendant le sommeil est une parasomnie relativement courante impliquant des vocalisations pendant le sommeil. Les conversations pendant le sommeil semblent se produire plus fréquemment pendant le sommeil léger, donc une bonne hygiène du sommeil peut aider à réduire les épisodes. Bien qu’inoffensif en soi, parler pendant le sommeil peut déranger les autres personnes dans la chambre. Il est parfois lié à d’autres troubles du sommeil comme les cauchemars ou le somnambulisme.

Les recherches suggèrent qu’1 enfant sur 3 sera somnambule avant l’âge de 13 ans, la plupart des épisodes survenant au cours de la pré-adolescence. Comme pour les somnambules, les somnambules ne sont pas conscients de leur environnement et n’ont généralement aucun souvenir de leur activité par la suite. En plus de la somnolence diurne, le somnambulisme peut avoir des conséquences graves selon les actions de la personne. Si votre enfant somnambule, c’est une bonne idée de sécuriser sa chambre et d’installer une alarme. Réveiller quelqu’un environ une demi-heure avant son épisode de somnambulisme régulier s’est avéré utile.

Ronflement et apnée du sommeil

Comme chez les adultes, il est normal que les enfants ronflent occasionnellement. Le ronflement chez les enfants peut être causé par des amygdales ou des végétations adénoïdes enflées, des allergies, l’obésité, la fumée secondaire ou d’autres facteurs. Cependant, si vous remarquez que votre enfant ronfle excessivement ou affiche des pauses respiratoires suivies de halètements, il peut souffrir d’apnée du sommeil.

Les enfants souffrant d’apnée du sommeil souffrent de troubles respiratoires qui les poussent à se réveiller plusieurs fois pendant la nuit, souvent sans qu’ils s’en rendent compte. Le premier indice que quelque chose ne va pas peut être lorsque vous remarquez que votre enfant affiche les signes caractéristiques de la privation de sommeil, tels que la somnolence diurne, la difficulté à se concentrer et l’hyperactivité. Les ronflements fréquents et l’apnée du sommeil peuvent avoir des effets néfastes sur la santé de votre enfant et perturber les autres membres de la famille. Discutez avec votre pédiatre des moyens de réduire les symptômes.

Syndrome des jambes sans repos

Caractérisé par une envie irrépressible de bouger les jambes, le syndrome des jambes sans repos chez l’enfant peut être difficile à identifier. Vous pensez peut-être que votre enfant s’agite simplement ou souffre de douleurs de croissance. Le traitement du syndrome des jambes sans repos nocturne chez les enfants comprend une bonne hygiène du sommeil et des étirements avant le coucher. Les suppléments de fer se sont avérés utiles dans le traitement des adultes, mais des recherches sont toujours en cours sur l’innocuité et l’efficacité des suppléments de fer pour les enfants.

Si vous pensez que votre enfant peut souffrir de l’un de ces troubles du sommeil, notez les symptômes dans un journal du sommeil et parlez-en à votre pédiatre. L’établissement de bonnes habitudes d’hygiène du sommeil et l’élimination d’autres obstacles à un bon sommeil constituent la première ligne de défense dans le traitement de bon nombre de ces affections.

  • Cet article a-t-il été utile?
  • OuiNon

À propos de notre équipe éditoriale

auteur
Danielle Pachéco

Rédacteur personnel

Danielle rédige des articles de fond sur les solutions au sommeil et détient un diplôme en psychologie de l’Université de la Colombie-Britannique.

auteur
Dr Nilong Vyas

Pédiatre

MARYLAND

Le Dr Vyas est pédiatre et fondateur de Sleepless in NOLA. Elle se spécialise à aider les parents à établir de saines habitudes de sommeil pour les enfants.

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
partager sur Twitter
Partager sur linkedin
Partager sur Linkdin
Partager sur pinterest
Partager sur Pinterest