Le ronflement est-il inoffensif ?

Le ronflement touche environ 57 % des hommes adultes et 40 % des femmes. Parmi ceux-ci, un quart sont considérés comme des ronfleurs habituels. Environ 10 à 12 % des enfants ronflent également. Le ronflement en soi est généralement considéré comme un phénomène inoffensif – quoique très perturbateur – mais pour certaines personnes, il indique une condition médicale sous-jacente plus grave ou un trouble du sommeil.

Quand consulter un médecin à propos du ronflement

Le ronflement se produit lorsque le flux d’air est bloqué ou restreint dans le nasopharynx, une zone des voies respiratoires supérieures située derrière votre nez. Les tissus dans les voies respiratoires flottent et se heurtent pour produire le son révélateur du ronflement, qui peut aller de léger et à peine audible à lourd et perturbateur.

Pour certaines personnes, un ronflement important indique la présence d’apnée du sommeil, un trouble respiratoire lié au sommeil qui provoque l’étouffement ou la respiration haletante pendant le sommeil. Le ronflement est considéré comme le principal symptôme de l’apnée obstructive du sommeil (AOS), une condition attribuée à un blocage physique qui limite l’activité respiratoire dans les voies respiratoires supérieures.

Environ 2 à 9 % des adultes vivent avec le SAOS. Les épisodes impliquant une perte totale de débit d’air sont appelés apnées, et les épisodes avec débit d’air réduit sont appelés hypopnées. Les apnées et les hypopnées se produisent cinq à 15 fois par heure chez les personnes atteintes d’AOS légères, 16 à 30 fois par heure chez celles atteintes d’AOS modérées et plus de 30 fois par heure chez celles atteintes d’AOS sévères.

Étant donné que chaque apnée dure normalement au moins 30 secondes, même un OSA léger peut perturber le dormeur et toute personne qui partage son lit. Le ronflement peut accompagner les épisodes d’apnée-hypopnée ou survenir indépendamment pendant la nuit. La somnolence diurne excessive due au manque de repos est un autre symptôme courant du SAOS.

Les facteurs de risque d’AOS comprennent :

  • Obésité: Les personnes obèses peuvent être sensibles au SAOS si elles ont des dépôts de graisse autour du cou qui restreignent les voies respiratoires supérieures.
  • Amygdales ou végétations adénoïdes élargies: En raison de leur emplacement autour des voies respiratoires supérieures, les amygdales et les végétations adénoïdes peuvent bloquer les voies respiratoires supérieures si elles sont suffisamment grandes. Pour de nombreux enfants atteints d’AOS, l’ablation des amygdales et/ou des végétations adénoïdes aidera à atténuer leurs symptômes.
  • Troubles endocriniens: Le système endocrinien libère des hormones qui peuvent interférer avec la respiration pendant le sommeil. L’hypothyroïdie, une affection caractérisée par de faibles niveaux d’hormones thyroïdiennes, et l’acromégalie, qui provoque des niveaux élevés d’hormone de croissance, sont toutes deux associées à l’apnée du sommeil. L’hypogonadisme, une affection caractérisée par une diminution de la production de testostérone, lorsqu’il est traité avec un traitement de remplacement de la testostérone, peut aggraver l’apnée du sommeil chez les hommes.
  • Syndromes génétiques: Certains syndromes génétiques affectent la structure du visage et de la mâchoire, entraînant une restriction des voies respiratoires. Certains exemples incluent la fente labiale et la fente palatine, le syndrome de Down et le syndrome d’hypoventilation centrale congénitale.
Lire aussi  Est-ce que la mousse à mémoire de forme gel dort vraiment au frais ?

Sur la base de tests d’au moins cinq épisodes d’apnée-hypopnée par heure, environ 24 % des hommes et 7 % des femmes vivent avec l’apnée du sommeil. Les personnes obèses et les personnes âgées sont considérées comme plus à risque d’AOS. On pense également que la consommation d’alcool ou de sédatifs avant le coucher peut exacerber les symptômes de l’AOS.

L’apnée centrale du sommeil, qui survient lorsque le cerveau ne peut pas signaler correctement les muscles qui contrôlent la respiration, peut également produire des ronflements, mais cela est moins fréquent. Un autre trouble du sommeil, le syndrome de résistance des voies respiratoires supérieures, peut provoquer des ronflements dus à une restriction des voies respiratoires, mais n’inclut pas les épisodes d’apnée ou d’hypopnée. De plus, le bruxisme lié au sommeil – également connu sous le nom de grincement de dents nocturne – est associé au ronflement, en particulier chez les enfants.

Tout trouble du sommeil doit être pris au sérieux. Si vous ou votre partenaire êtes préoccupé par les ronflements intenses, vous devriez planifier une visite avec votre médecin pour discuter de la situation. Les personnes atteintes d’AOS bénéficient souvent d’une thérapie par pression atmosphérique positive continue (CPAP), qui administre de l’air pressurisé à un débit prescrit pour faciliter la respiration pendant la nuit.

https://www.monsieurdream.com/wp-content/uploads/2022/09/33dqnxp_Lofta_CTA_Desktop_SF_V2.jpeg
https://www.monsieurdream.com/wp-content/uploads/2022/09/33dqnxp_Lofta_CTA_Mobile_SF_V2.jpeg

Autres causes de ronflement

Bien que le ronflement n’indique pas nécessairement la présence d’un trouble du sommeil, il peut perturber votre sommeil et celui de votre partenaire. Le ronflement est associé à l’obésité et à la vieillesse, même chez ceux qui ne présentent pas de symptômes d’apnée du sommeil. Les autres facteurs de risque de ronflement comprennent :

  • Consommation de sédatifs comme l’alcool et les somnifères
  • Congestion ou blocage nasal chronique
  • Une mâchoire relativement petite ou déplacée
  • Grossesse
  • Statut post-ménopausique
Lire aussi  Comment faire un rêve lucide

Une autre cause fréquente de ronflement est le sommeil sur le dos, qui peut affecter la respiration en restreignant les voies respiratoires. Les personnes qui ronflent sont souvent encouragées à dormir sur le côté à la place.

Comment traiter le ronflement

Vous pourrez peut-être réduire votre ronflement en apportant certains changements à votre mode de vie. Il s’agit notamment de perdre du poids, d’éviter l’alcool et les sédatifs la nuit et de toujours dormir sur le dos. Étant donné que la congestion nasale peut causer des problèmes respiratoires, le traitement avec des décongestionnants ou des vaporisateurs de corticostéroïdes peut être efficace si votre médecin les approuve.

Les personnes qui consultent leur médecin au sujet du ronflement peuvent être évaluées pour l’apnée du sommeil. L’examen peut inclure un examen du nez et de la bouche pour rechercher une obstruction physique, ainsi que d’autres signes avant-coureurs tels que des polypes nasaux, un palais arqué haut ou étroit, une mâchoire déplacée ou des amygdales ou des végétations adénoïdes élargies.

Les protège-dents anti-ronflement se sont avérés efficaces pour certaines personnes. Les dispositifs de retenue de la langue (TRD) forment un joint autour de la langue et la maintiennent en place. Ces appareils peuvent atténuer les ronflements chez les personnes dont la langue a tendance à tomber au fond de la gorge lorsqu’elles dorment. Les dispositifs d’avancement mandibulaire (MAD) déplacent physiquement la langue et la mâchoire vers l’avant, permettant un flux d’air maximal.

Dans certains cas, une intervention chirurgicale peut être conseillée. Au cours d’une procédure d’uvulopalatopharyngoplastie, la luette, le palais et les parois pharyngées du patient sont retirés pour créer plus d’espace pour les voies respiratoires supérieures. Cependant, il s’agit d’une procédure qui nécessite une anesthésie générale et n’est peut-être pas le moyen le plus pratique – ou le plus rentable – de corriger le ronflement.

  • Cet article a-t-il été utile?
  • OuiNon

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
partager sur Twitter
Partager sur linkedin
Partager sur Linkdin
Partager sur pinterest
Partager sur Pinterest