Inertie du sommeil

Le sommeil est impératif pour notre santé et notre bien-être. Sans un sommeil suffisant, nous n’aurions pas un développement physique et mental sain.

Pourtant, certaines personnes peuvent se sentir groggy et désorientées, même après avoir reçu un sommeil suffisant. Ce phénomène est appelé inertie du sommeil. Il est plus fréquent chez les personnes ayant des horaires de sommeil alternatifs, comme les travailleurs postés et le personnel militaire. L’inertie du sommeil peut avoir un impact négatif sur les temps de réaction liés à des tâches importantes comme la conduite et la prise de décision.

En savoir plus sur les causes, les symptômes et le processus de diagnostic de l’inertie du sommeil peut être bénéfique. La gestion de l’inertie du sommeil peut également contribuer à assurer la sécurité au travail et à la maison.

Qu’est-ce que l’inertie du sommeil ?

L’inertie du sommeil est la sensation d’étourdissement, de désorientation, de somnolence et de troubles cognitifs qui suit immédiatement le réveil. L’inertie du sommeil dure généralement de 15 à 60 minutes mais peut durer jusqu’à quelques heures après le réveil. La raison biologique de l’inertie du sommeil est inconnue. Cependant, les chercheurs émettent l’hypothèse que l’inertie du sommeil est un mécanisme de protection qui aide à maintenir le sommeil pendant les moments de réveils non désirés.

Indépendamment de sa base biologique, l’inertie du sommeil peut avoir un impact sur la sécurité et le bien-être des personnes qui travaillent de longues heures, qui changent fréquemment d’heures ou qui travaillent par quarts. Les internes et les résidents en médecine qui travaillent par quarts rotatifs ou qui sont régulièrement sur appel ont une diminution significative de la vigilance cognitive et des performances. Au moins 16 % des employés américains effectuent du travail posté. En conséquence, ces travailleurs pourraient connaître des temps de réaction ralentis et une vigilance cognitive réduite au travail, ce qui augmente le risque de blessures liées au travail.

Les symptômes

Les symptômes de l’inertie du sommeil sont les plus perceptibles au réveil et diminuent lentement avec le temps. Les symptômes d’inertie du sommeil peuvent être présents au réveil après une longue période de sommeil ou des siestes de plus de 30 minutes. Les symptômes les plus courants de l’inertie du sommeil sont :

  • Engourdissement
  • Une envie de se rendormir
  • Capacité cognitive altérée
  • Attention visuelle altérée
  • Mémoire spatiale altérée

causes

La cause de l’inertie du sommeil est inconnue, mais il existe trois théories courantes expliquant l’inertie du sommeil.

Augmentation des ondes delta : Certaines recherches suggèrent que l’inertie du sommeil est causée par une augmentation des ondes delta dans la partie postérieure du cerveau. Les ondes delta, ou ondes lentes, sont le plus souvent observées au stade des mouvements oculaires non rapides du sommeil. Les ondes delta sont plus susceptibles d’être augmentées après des périodes de privation ou de perte de sommeil. Il se peut que l’inertie du sommeil se produise lorsque le cerveau n’a pas encore réduit les ondes delta en vue de se réveiller ou qu’il est éveillé pendant une phase de sommeil à mouvements oculaires non rapides.

Lire aussi  Combien d'heures les chats dorment-ils ?

Niveaux élevés d’adénosine : L’adénosine, un composé d’acide nucléique présent dans le cerveau, joue un rôle central dans le sommeil et l’éveil. Au réveil, les niveaux d’adénosine devraient être bas. La recherche suggère que l’inertie du sommeil pourrait être causée par des niveaux élevés d’adénosine au réveil en raison d’une privation de sommeil prolongée.

Flux sanguin réduit : Le flux sanguin du corps vers le cerveau suit un schéma correspondant aux cycles du sommeil, le flux sanguin vers le cerveau augmentant ou diminuant selon le stade du sommeil. Le syndrome de fatigue chronique (SFC) est lié à une diminution du débit sanguin cérébral. Les symptômes du SFC sont similaires à l’inertie du sommeil, et il se peut qu’une réduction du flux sanguin au réveil entraîne des symptômes d’inertie du sommeil. Cependant, des recherches supplémentaires doivent être menées pour soutenir ce concept.

Diagnostic

L’inertie du sommeil en soi n’est pas un trouble du sommeil, mais les personnes atteintes de certains troubles du sommeil sont plus susceptibles de souffrir d’une inertie du sommeil plus grave ou plus longue. Si vous remarquez que vous vous sentez groggy ou fatigué tout au long de la journée, envisagez de parler à votre médecin de la possibilité de participer à une étude du sommeil, appelée polysomnographie. Une étude du sommeil peut aider votre médecin à déterminer si des troubles sous-jacents ont un impact sur votre sommeil et provoquent une inertie du sommeil plus grave.

Tenir un journal du sommeil peut également donner à votre médecin un aperçu de vos habitudes de sommeil. Enregistrez les heures de sommeil, ainsi que la façon dont vous vous sentez au réveil et les symptômes que vous ressentez. Vous pouvez également consulter un partenaire pour avoir un aperçu de vos habitudes de sommeil et de veille. Si vous pouvez identifier un déclencheur de votre inertie du sommeil, comme une consommation excessive de caféine ou des habitudes de sommeil incohérentes, il peut être utile d’ajuster votre mode de vie et d’enregistrer tout changement.

Traitements

Bien que la cause exacte de l’inertie du sommeil soit inconnue, il existe des moyens d’ajuster votre mode de vie pour faciliter un meilleur sommeil et augmenter l’éveil.

  • Sieste : Dormir pendant une courte période pendant une pause au travail peut vous aider à réduire l’inertie du sommeil. Les siestes sont un moyen courant pour les gens de dormir davantage dans leur journée. Assurez-vous que vos siestes ne durent pas plus de 30 minutes, car cela peut augmenter votre risque de souffrir d’inertie du sommeil et de difficulté à vous endormir la nuit.
  • Apport de caféine : Prendre une tasse de café ou une boisson énergisante peut vous aider à vous sentir plus éveillé le matin. Un désir de vigilance accrue pourrait expliquer pourquoi, dans le monde, plus de 1,6 milliard de tasses de café sont consommées chaque jour. La caféine agit en bloquant les récepteurs de l’adénosine dans le cerveau, ce qui augmente l’éveil et la vigilance. Cependant, trop de caféine peut avoir un impact négatif sur votre sommeil.
  • Restriction de lumière : Garder vos cycles de sommeil et d’éveil en alignement avec le lever et le coucher naturels du soleil peut aider à réduire l’inertie du sommeil. Des études montrent que la lumière artificielle peut avoir un impact sur le rythme circadien naturel du corps et perturber le sommeil lorsqu’elle est vue plus tard dans la journée. Ajuster la lumière dans votre chambre à travers des rideaux assombrissants peut vous aider à obtenir un sommeil plus réparateur.
  • Ajustements de température : Dormir dans une pièce trop chaude empêche votre corps de se refroidir avant de dormir, ce qui entraîne de la fatigue. Essayez d’ajouter un ventilateur silencieux dans votre chambre ou ajustez les couvertures de votre lit. En été, pensez à investir dans un petit climatiseur ou un pyjama léger.
  • Réveil doux : De nombreux réveils peuvent être choquants et bruyants, ce qui peut augmenter le sentiment de confusion ou de somnolence au réveil. Essayez d’opter pour une application de réveil intelligent qui enregistre lorsque vous êtes dans un état de sommeil léger. Ou, essayez une alarme de lever de soleil qui vous réveille avec une augmentation progressive de la lumière et des sons doux.

Lire aussi  SSPT et sommeil

Quand parler à votre médecin

Pour la plupart des gens, les symptômes de l’inertie du sommeil disparaissent généralement en moins d’une heure. Si votre inertie du sommeil dure plus longtemps que cela, ou si vous ressentez une somnolence diurne excessive tout au long de la journée, parlez-en à votre médecin. De plus, si vous éprouvez des difficultés à parler, des difficultés à comprendre ce que disent les autres ou une perte de coordination accompagnée de confusion, appelez immédiatement le 911, car cela peut être le signe d’un accident vasculaire cérébral.

Conseils de sommeil supplémentaires

Trouver la bonne façon de dormir est plus facile à dire qu’à faire, surtout si vous dormez avec un partenaire. S’engager dans une bonne routine d’hygiène du sommeil peut vous aider à obtenir un meilleur sommeil. De plus, vous pouvez essayer les conseils suivants pour un meilleur sommeil :

  • Choisissez la bonne literie : Trouvez le meilleur matelas et la meilleure literie pour vous sentir à l’aise la nuit. Des recherches ont montré que les personnes qui ont amélioré leur matelas et leur literie ressentaient moins de douleur et avaient une meilleure qualité de sommeil.
  • Huiles Essentielles Diffusées : Il existe des preuves suggérant que des parfums comme la lavande ont un effet calmant et favorisent la relaxation.
  • Gardez un horaire cohérent : Définissez une heure de sommeil et de réveil fixe, même pendant le week-end et les vacances.
  • Évitez les appareils électroniques avant de vous coucher : Essayez d’augmenter progressivement le temps d’absence des appareils, en commençant par cinq minutes avant de vous coucher.
  • Exercice quotidien: Il a été démontré que l’exercice a un impact positif sur la qualité du sommeil. Pour de meilleurs résultats, essayez d’éviter de faire de l’exercice juste avant de vous coucher.
  • Évitez l’alcool et le tabac : Boire de l’alcool en excès peut augmenter votre risque de brûlures d’estomac, ce qui peut avoir un impact sur votre capacité à vous endormir confortablement. Le tabagisme a été associé à des problèmes de sommeil tels que des difficultés à s’endormir et une faible satisfaction du sommeil.
  • Cet article a-t-il été utile?
  • OuiNon

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
partager sur Twitter
Partager sur linkedin
Partager sur Linkdin
Partager sur pinterest
Partager sur Pinterest