Hypersomnie

La somnolence excessive, également appelée hypersomnolence, est une expérience courante pour un tiers des Américains chroniquement privés de sommeil. Selon un sondage de la National Sleep Foundation Sleep in America, 43 % des personnes déclarent que la somnolence diurne interfère avec leurs activités au moins quelques jours par mois. Une personne sur cinq déclare éprouver de la somnolence diurne au moins quelques jours par semaine.

L’hypersomnolence n’est pas un trouble en soi, c’est un symptôme d’autres conditions. La plupart des cas de somnolence excessive sont liés à un sommeil insuffisant ou interrompu. Un mauvais sommeil peut résulter de diverses conditions, notamment des troubles du sommeil tels que l’insomnie, l’apnée obstructive du sommeil et les troubles du mouvement liés au sommeil.

Pour certaines personnes cependant, la fatigue extrême n’est pas le résultat d’autres conditions et ne peut être soulagée après une nuit de repos complète. Lorsque l’hypersomnolence n’est pas causée par un sommeil perturbé ou un autre trouble du sommeil, elle peut être classée comme un trouble central de l’hypersomnie.

Qu’est-ce que l’hypersomnie ?

L’hypersomnie est un terme médical utilisé pour décrire une variété de conditions dans lesquelles une personne se sent excessivement fatiguée ou dort plus longtemps que d’habitude. Certains chercheurs classent l’hypersomnie comme primaire ou secondaire. L’hypersomnie primaire est une affection neurologique qui survient seule et n’a pas de cause sous-jacente connue. L’hypersomnie secondaire survient à la suite d’une condition médicale sous-jacente.

Hypersomnies secondaires

L’hypersomnie, ou somnolence excessive, est souvent secondaire ou un symptôme d’autres conditions médicales. L’hypersomnie peut être classée comme secondaire lorsqu’elle est due à des conditions médicales, des médicaments, des substances, des troubles psychiatriques ou un syndrome de sommeil insuffisant.

  • Hypersomnie due à une condition médicale : Les conditions médicales qui peuvent causer l’hypersomnie comprennent la maladie de Parkinson, l’épilepsie, l’hypothyroïdie, la sclérose en plaques et même l’obésité. L’hypersomnie peut également se développer à la suite de tumeurs, de lésions cérébrales traumatiques et de maladies du système nerveux.
  • Hypersomnie due à un médicament ou à une substance : Certains médicaments sédatifs, l’alcool et la consommation de drogues peuvent provoquer une hypersomnie. L’hypersomnie peut également être un symptôme de sevrage des stimulants et de certains médicaments.
  • Syndrome de sommeil insuffisant : Peut-être la cause la plus simple d’hypersomnie, le syndrome de sommeil insuffisant survient lorsqu’une personne ne parvient pas à dormir suffisamment. Une mauvaise hygiène du sommeil ou un travail de nuit peut amener une personne à développer l’incapacité d’obtenir la quantité de sommeil requise.
  • Hypersomnie associée à un trouble psychiatrique : De nombreux troubles de l’humeur peuvent provoquer une hypersomnie, notamment la dépression, le trouble bipolaire et le trouble affectif saisonnier.

Hypersomnies primaires

L’hypersomnie primaire décrit l’hypersomnie qui survient seule et n’est pas secondaire à une autre affection. Les troubles centraux de l’hypersomnie qui peuvent être classés comme primaires comprennent la narcolepsie de type 1 et de type 2, le syndrome de Kleine-Levin et l’hypersomnie idiopathique.

  • Narcolepsie de type 1: La narcolepsie de type 1, également appelée narcolepsie avec cataplexie, est un trouble neurologique chronique causé par une quantité insuffisante d’un neurotransmetteur appelé orexine. Bien que l’hypersomnolence soit l’un des symptômes de la narcolepsie de type 1, d’autres symptômes incluent la cataplexie (faiblesse musculaire soudaine), la paralysie du sommeil et les hallucinations.
  • Narcolepsie de type 2 : La narcolepsie de type 2 comprend bon nombre des mêmes symptômes que le type 1, mais n’inclut pas la cataplexie et n’est pas causée par une perte d’orexine.
  • Syndrome de Kleine-Levin : Le syndrome de Kleine-Levin se caractérise par des épisodes récurrents d’hypersomnolence extrême qui s’accompagnent de troubles mentaux, comportementaux, voire psychiatriques. Cette condition affecte principalement les jeunes hommes et les épisodes diminuent souvent sur une période de 8 à 12 ans.
  • Hypersomnie idiopathique : Si un patient a une somnolence excessive, sans cataplexie, qui n’est pas rafraîchie par les siestes ou le sommeil, on peut lui diagnostiquer une hypersomnie idiopathique.

Lire aussi  Les meilleurs exercices pour dormir

Hypersomnie idiopathique

L’hypersomnie idiopathique (IH) est un trouble du sommeil dans lequel une personne ressent une fatigue excessive, même après une nuit de sommeil complète et ininterrompue. Les personnes atteintes de cette maladie peuvent dormir plus longtemps que la normale, parfois 11 heures ou plus par nuit, tout en se sentant fatiguées pendant la journée.

D’autres symptômes potentiels de l’IH comprennent des siestes non réparatrices et des sensations de somnolence après le réveil, appelées inertie du sommeil. L’inertie du sommeil, parfois aussi appelée ivresse du sommeil, peut être grave chez les personnes souffrant d’IH. La transition du sommeil à l’éveil peut prendre plusieurs heures, laissant une personne mentalement embrumée et ayant des difficultés à s’engager même dans les tâches les plus élémentaires, comme sortir du lit.

Chez les personnes atteintes d’IH, l’hypersomnolence peut survenir à tout moment de la journée ou de la nuit. Une fatigue excessive peut entraîner des difficultés importantes au travail, à l’école et dans les relations personnelles. En plus de la somnolence, les patients atteints d’IH peuvent éprouver des changements d’humeur, des temps de réflexion et de réaction ralentis et des problèmes de mémoire.

Causes de l’hypersomnie idiopathique

Bien que les causes exactes de l’IH ne soient pas connues, les chercheurs ont étudié un certain nombre de facteurs potentiels pouvant contribuer au développement de l’hypersomnie idiopathique. Plusieurs études ont examiné les rôles potentiels des neurotransmetteurs, notamment les orexines, la dopamine, la sérotonine, les histamines et l’acide gamma-aminobutyrique (GABA). La recherche suggère qu’il peut également y avoir une composante génétique à l’IH puisque des antécédents familiaux de la maladie sont présents chez 26 % à 39 % des patients atteints d’IH.

Bien que l’un des critères de diagnostic de l’IH soit que ses symptômes ne soient pas causés par un trouble du rythme circadien, certaines recherches suggèrent qu’il pourrait y avoir un lien entre l’IH et l’horloge interne du corps. Des études ont montré que la régulation de certains gènes impliqués dans le rythme circadien peut être différente chez les personnes atteintes d’IH.

Diagnostiquer l’hypersomnie idiopathique

L’hypersomnie idiopathique semble être une affection rare, mais sa prévalence exacte est difficile à déterminer. Les symptômes apparaissent souvent à l’adolescence ou au début de la vingtaine, bien qu’ils puissent commencer à tout âge.

Diagnostiquer l’IH commence souvent par déterminer si l’hypersomnie d’un patient est secondaire à un autre problème de santé. Si une cause sous-jacente de l’hypersomnie ne peut être trouvée, un diagnostic d’IH peut être posé sur la base des symptômes d’une personne et des résultats des tests de sommeil. Selon la classification internationale des troubles du sommeil, plusieurs critères importants doivent être remplis pour qu’une personne soit diagnostiquée avec une hypersomnie idiopathique :

  • Périodes quotidiennes de somnolence excessive, ou périodes diurnes d’endormissement, pendant au moins 3 mois
  • Aucun signe de cataplexie ou de faiblesse musculaire soudaine
  • Les résultats d’un test de latence d’endormissement multiple (MSLT) montrent une latence d’endormissement (temps pour s’endormir) de moins de 8 minutes ou un temps de sommeil total de 11 heures ou plus
  • Mesures caractéristiques du temps nécessaire pour atteindre le stade de sommeil paradoxal
  • Le syndrome de sommeil insuffisant est exclu, tout comme l’hypersomnie due à des conditions médicales, des médicaments, des substances ou des troubles psychiatriques
Lire aussi  Se réveiller avec une douleur au bas du dos

Hypersomnie idiopathique et narcolepsie de type 2

Même avec des critères spécifiques pour classer les différents troubles centraux de l’hypersomnolence, il existe une controverse sur la façon de distinguer l’hypersomnie idiopathique de la narcolepsie de type 2. Les longs temps de sommeil, qui sont souvent – mais pas toujours – observés chez les patients atteints d’IH, sont également observés chez 18% des personnes atteintes de narcolepsie. Les limites du MSLT dans la mesure de la latence du sommeil et le temps nécessaire pour atteindre le sommeil paradoxal ont amené de nombreux chercheurs à noter que les tests actuels ne peuvent parfois pas distinguer de manière fiable ces deux conditions.

Traiter l’hypersomnie idiopathique

Bien qu’il n’existe aucun traitement approuvé par la FDA pour l’hypersomnie idiopathique aux États-Unis, la recherche suggère que la majorité des patients répondent bien au traitement. Plusieurs traitements utilisés pour traiter la narcolepsie peuvent être utilisés hors indication chez les patients atteints d’IH pour aider à réduire la somnolence, augmenter l’état de veille et améliorer le fonctionnement diurne.

Bien que plusieurs médicaments puissent aider à réduire les symptômes de l’IH, ils peuvent également entraîner des effets secondaires difficiles et devenir moins efficaces avec le temps. Un médecin est le mieux placé pour aider les patients à peser les risques et les avantages des traitements hors AMM pour l’IH, donc trouver un médecin ou un spécialiste du sommeil est une première étape importante.

Parfois, les patients atteints d’IH s’améliorent sans traitement. La recherche montre que jusqu’à 20% des patients peuvent avoir une rémission spontanée de l’IH, avec des symptômes s’améliorant de manière inattendue sans médicament.

Conseils pour faire face à l’hypersomnie idiopathique

En plus des traitements médicaux de l’hypersomnie idiopathique, les changements de style de vie suivants peuvent aider à réduire les symptômes et à éviter les blessures causées par une fatigue excessive :

  • Évitez tout ce qui aggrave la condition : L’alcool, la caféine et certains médicaments peuvent aggraver les symptômes de l’IH, alors discutez avec un médecin ou un spécialiste de ce qu’il faut éviter en termes de régime alimentaire et de médicaments.
  • Attention à la conduite : Conduire une voiture ou faire fonctionner un équipement peut être dangereux pour les personnes atteintes d’IH. Travaillez avec les médecins, les employeurs et vos proches pour adapter votre mode de vie et votre lieu de travail.
  • Eviter le travail de nuit : Toute activité qui retarde l’heure du coucher doit être évitée chez les patients atteints d’IH. Toujours se coucher à la même heure, même le week-end, peut minimiser les symptômes.

De nombreuses personnes atteintes d’HI trouvent utile de parler à un psychologue, à un conseiller ou à un groupe de soutien pour apprendre à faire face aux défis importants causés par les symptômes d’HI. Éduquer les employeurs, la famille et les amis sur l’IH peut également être utile, afin que des aménagements puissent être faits à l’école, au travail et dans les relations.

  • Cet article a-t-il été utile?
  • OuiNon

À propos de notre équipe éditoriale

auteur
Rob Newsom

Rédacteur personnel

Rob écrit sur l’intersection du sommeil et de la santé mentale et a précédemment travaillé à l’Institut national du cancer.

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
partager sur Twitter
Partager sur linkedin
Partager sur Linkdin
Partager sur pinterest
Partager sur Pinterest