Comment le traumatisme affecte les rêves

Les rêves reflètent souvent ce que nous voyons et ressentons pendant que nous sommes éveillés, donc après une expérience traumatisante, il est courant d’avoir des cauchemars et des rêves d’anxiété. Le contenu de ces rêves perturbés intègre souvent des sentiments et des sensations similaires à ceux ressentis lors du traumatisme.

Pourquoi le traumatisme affecte-t-il les rêves ?

Bien qu’il n’y ait pas de large consensus sur les raisons pour lesquelles un traumatisme affecte nos rêves, les scientifiques se sont longtemps interrogés sur ce lien. Sigmund Freud, le fondateur de la psychanalyse, a offert une première perspective, suggérant que les rêves permettent une vue sur l’inconscient. Il a proposé que les rêves protégeaient le sommeil en contenant l’anxiété associée aux désirs refoulés.

Des hypothèses ultérieures ont été développées en réponse aux cauchemars répétitifs vécus par les anciens combattants. Les chercheurs pensaient que les rêves permettaient aux gens de revisiter et de tenter de surmonter d’anciens traumatismes. Les cauchemars étaient souvent considérés comme un échec à surmonter ou à maîtriser le traumatisme. D’autres chercheurs pensaient que les cauchemars étaient un moyen par lequel l’esprit transformait la honte associée à l’événement traumatique en peur.

Alors que la science a parcouru un long chemin depuis Freud, des hypothèses plus récentes sont étonnamment cohérentes avec ces premières idées. De nombreux neuroscientifiques et psychologues pensent que les rêves aident à intégrer nos expériences dans la mémoire à long terme, un processus appelé consolidation de la mémoire. Lorsque nos expériences sont traumatisantes, les rêves peuvent refléter la tentative du corps de faire face et d’apprendre de ces situations

Les rêves peuvent simuler des événements menaçants et nous permettre d’essayer différentes réponses. Être exposé à des menaces pendant que nous dormons en toute sécurité peut réduire nos peurs et permettre l’accès à d’autres zones du cerveau importantes pour la créativité et la prise de décision. Cette idée est soutenue par des recherches qui démontrent que nous sommes plus susceptibles d’aborder des situations menaçantes dans nos rêves que de les éviter.

Cauchemars et SSPT

Les cauchemars sont une expérience assez courante, entre 4 et 10 % de la population en faisant des cauchemars chaque semaine. Après avoir vécu un événement traumatisant, les cauchemars sont encore plus fréquents.

Les cauchemars peuvent être une expression intense du corps travaillant à travers des expériences traumatisantes, si intenses que le cauchemar provoque le réveil du dormeur. Les cauchemars peuvent également représenter une dégradation de la capacité du corps à traiter les traumatismes. Heureusement, pour la plupart des gens, les cauchemars liés aux traumatismes disparaissent après quelques semaines ou quelques mois.

Lors d’un événement effrayant, la réaction de combat-fuite-gel du corps est activée afin de nous protéger du mal. Nous devenons hypersensibles au danger car le corps libère des hormones de stress, nos pupilles se dilatent et notre rythme cardiaque augmente. Une fois que nous avons eu le temps de traiter une expérience traumatisante, ce système d’alarme se calme généralement et revient à un fonctionnement normal.

Les cauchemars répétitifs à long terme sont liés à des difficultés à réduire la réaction de peur du cerveau combinée à une hyperexcitation chronique. La réponse combat-fuite-gel peut rester activée longtemps après la fin d’une expérience traumatisante.

Lire aussi  Protège-matelas vs sur-matelas : de quoi s'agit-il et quelle est la différence ?

Bien que toutes les personnes qui font des cauchemars répétitifs ne soient pas diagnostiquées avec un trouble de santé mentale, ces cauchemars sont une expérience courante chez les personnes diagnostiquées avec un trouble de stress post-traumatique (TSPT). On pense que moins de 10 % des victimes de traumatismes développent un SSPT.

Le SSPT est un trouble qui se développe à la suite d’un événement traumatique. Les personnes diagnostiquées avec ce trouble ont des souvenirs récurrents et involontaires de l’événement, qui peuvent survenir pendant la journée (par exemple, des flashbacks) ou pendant le sommeil (cauchemars). Les personnes atteintes de SSPT évitent souvent à la fois les rappels externes (personnes, lieux, activités) et les souvenirs, pensées ou sentiments internes à propos de l’événement. Les gens autour d’eux peuvent remarquer des changements d’humeur à mesure qu’ils deviennent plus facilement surpris et hyper conscients du danger potentiel.

Les cauchemars peuvent-ils causer des traumatismes ?

Des rêves vifs ou se réveiller avec des souvenirs clairs de cauchemars peuvent être une expérience troublante. Alors que l’hypothèse selon laquelle les cauchemars peuvent causer un traumatisme peut ne pas faire l’objet d’un nombre important de recherches, la réponse à cette question peut dépendre de la façon dont le traumatisme est défini.

Les expériences considérées comme traumatisantes ont changé avec le temps. Au début, on pensait que les traumatismes n’étaient possibles que lorsque quelqu’un était éveillé et les psychologues réservaient cette étiquette aux événements qui sortaient du cadre des expériences humaines normales. Les définitions ultérieures ont élargi la définition du traumatisme, reconnaissant les nombreuses sources d’expériences traumatisantes et l’effet des traumatismes cumulatifs.

Actuellement, le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5) indique que le traumatisme peut être vécu directement ou indirectement. Cela signifie que nous n’avons pas à vivre quelque chose de première main pour développer un traumatisme. Par exemple, les enseignants, les conseillers et les psychologues peuvent développer un traumatisme secondaire ou vicariant en entendant à plusieurs reprises parler des traumatismes vécus par ceux qu’ils servent. La question de savoir si un traumatisme indirect peut provenir de rêves peut encore être une question ouverte.

La capacité des cauchemars à provoquer un traumatisme peut également dépendre de la culture d’une personne. Historiquement, les théories occidentales du rêve se concentrent sur la façon dont la vie éveillée affecte le contenu du rêve. Dans d’autres cultures, y compris plusieurs traditions amérindiennes, il y a moins de distinction entre les mondes de rêve et de veille et les rêves peuvent affecter de manière significative la vie éveillée. Les rêves ont de puissantes connotations spirituelles dans de nombreuses traditions culturelles, il est donc certainement possible que les rêves puissent être une expérience traumatisante pour beaucoup.

Traitement des cauchemars

Après une expérience traumatisante, beaucoup de gens veulent oublier ce qui s’est passé et passer à autre chose. Malheureusement, essayer d’oublier ou de réprimer les pensées et les sentiments peut rendre les cauchemars liés aux traumatismes plus fréquents.

Pour faire face à un traumatisme, il est essentiel de savoir quand demander de l’aide. Les médecins, les conseillers et les thérapeutes sont formés pour traiter les cauchemars et autres conséquences d’un événement traumatisant.

Lire aussi  Comment soulager le stress pour l'heure du coucher

Faire des cauchemars et avoir des difficultés à dormir sont des expériences normales après des crises et des traumatismes et de nombreuses personnes se remettent de rêves liés à un traumatisme sans traitement. Pour d’autres, ces problèmes peuvent soulever des inquiétudes quant au développement d’un état plus grave tel que le SSPT.

Bien que certains médicaments puissent soulager les cauchemars chroniques, de nombreux experts recommandent de commencer par une psychothérapie ou des conseils axés sur les traumatismes. Les thérapies pour les cauchemars répétitifs peuvent impliquer une thérapie de désensibilisation et d’exposition, une thérapie de répétition d’images (IRT) ou des rêves lucides.

  • Thérapies de désensibilisation et d’exposition : Ces approches utilisent une exposition contrôlée à des pensées et des souvenirs effrayants afin de réduire les réactions émotionnelles. Les techniques de relaxation sont souvent enseignées pour fournir des outils pour se calmer pendant et après l’exposition.
  • Thérapie par répétition d’images (IRT): L’IRT consiste à écrire un cauchemar et à le transformer en une histoire ou un scénario. L’histoire est ensuite réécrite d’une manière qui résout le dilemme ou la crise et cette nouvelle histoire peut être lue avant l’heure du coucher.
  • Le rêve lucide: Cette approche du traitement des cauchemars consiste à explorer des moyens de prendre conscience du moment où une personne rêve. Une fois qu’une personne est capable de comprendre quand elle rêve, elle peut être en mesure d’améliorer ou de résoudre des événements dans ses rêves.

Hygiène du sommeil après un traumatisme

En plus de rechercher un soutien professionnel pour faire face aux effets d’un traumatisme, il peut être utile d’envisager des stratégies pour favoriser une hygiène de sommeil saine.

  • Rappelez-vous que les symptômes peuvent être normaux : Immédiatement après avoir vécu une expérience traumatisante, il est normal d’avoir des difficultés à dormir. Soyez doux avec vous-même et rappelez-vous que votre corps essaie de traiter et de faire face à l’événement.
  • Maintenez votre routine de sommeil habituelle : Sommeil et routine vont de pair. Après un traumatisme, il peut être tentant de se retirer ou de modifier nos activités quotidiennes normales. Essayez de suivre votre routine de sommeil habituelle pour donner à votre corps les meilleures chances de passer une nuit reposante.
  • Détendez-vous avant de vous coucher : Au lieu d’essayer de vous forcer à vous endormir, concentrez-vous sur la recherche de moyens de calmer votre esprit et votre corps avant de vous coucher. Éteignez les appareils électroniques et essayez des méthodes de relaxation qui peuvent vous aider à vous endormir.
  • Si vous ne pouvez pas dormir, ne restez pas au lit : Rester au lit quand vous ne pouvez pas dormir peut créer une association inutile entre le lit et l’insomnie. Si vous restez éveillé pendant plus de 20 minutes, essayez de vous lever et de faire quelque chose de relaxant, comme lire un livre ou écouter de la musique douce.

Vivre un traumatisme peut augmenter le risque d’une multitude de problèmes de santé mentale et physique, y compris le suicide. Si vous ou quelqu’un que vous connaissez êtes en crise, la National Suicide Prevention Lifeline fournit un soutien gratuit et confidentiel 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Ligne de vie nationale pour la prévention du suicide

1-800-273-8255

  • Cet article a-t-il été utile?
  • OuiNon

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
partager sur Twitter
Partager sur linkedin
Partager sur Linkdin
Partager sur pinterest
Partager sur Pinterest