Cauchemars chez les enfants

Les cauchemars peuvent survenir à tout âge, mais des études suggèrent qu’ils sont exceptionnellement fréquents chez les jeunes enfants. Environ la moitié des enfants âgés de 3 à 6 ans rapportent des cauchemars fréquents. Il en va de même pour 20 % des enfants âgés de 6 à 12 ans. Alors que la plupart des enfants finissent par surmonter leurs cauchemars, certains peuvent développer un trouble cauchemardesque, une condition caractérisée par des rêves récurrents désagréables ou effrayants qui provoquent des troubles du sommeil. Les terreurs nocturnes, crises de colère pendant le sommeil pouvant durer plusieurs minutes, sont également plus fréquentes chez les enfants que chez les adultes.

Dans ce guide, nous examinerons les causes profondes des cauchemars des enfants à différents âges et discuterons de certaines stratégies que les parents peuvent utiliser pour aider leurs enfants à gérer leurs mauvais rêves.

Comment les cauchemars affectent les enfants

Les cauchemars surviennent principalement pendant le sommeil à mouvements oculaires rapides (REM), la dernière étape d’un cycle de sommeil humain normal. Le sommeil paradoxal est plus répandu au milieu de la nuit ou tôt le matin, de sorte que les enfants sont plus susceptibles de se réveiller d’un cauchemar à ces moments-là.

Les cauchemars se manifestent différemment pour chaque enfant, mais ils incluent souvent des éléments effrayants tels que des monstres, des fantômes, des animaux agressifs ou des personnes qui menacent leur sécurité. D’autres cauchemars peuvent impliquer que l’enfant soit réprimandé, harcelé, intimidé ou autrement maltraité.

En proie à un cauchemar, la plupart des enfants seront relativement insensibles. Les vocalisations, les mouvements et les symptômes autonomes tels que la respiration rapide, la transpiration ou les pupilles dilatées sont rares chez les enfants qui font de mauvais rêves. De nombreux enfants se sentent impuissants ou anxieux au réveil, ce qui peut entraîner une accélération spectaculaire de leur rythme cardiaque. Au fil du temps, les enfants qui font fréquemment des cauchemars peuvent développer des symptômes d’insomnie liés à des sentiments de peur de s’endormir et de faire un mauvais rêve.

Des études et des enquêtes ont donné des résultats différents concernant la prévalence des cauchemars pour différents groupes d’âge. Cependant, cette recherche suggère un pic de cauchemars chez les enfants âgés de 3 à 6 ans, ainsi que chez ceux âgés de 5 à 9 ans. Les cauchemars des nourrissons et des tout-petits ont été documentés, mais on pense qu’ils ne sont pas aussi courants – bien que la majorité des études concernant les enfants et les cauchemars se sont concentrés sur des sujets âgés de 5 ans et plus. Les cauchemars semblent affecter les deux sexes de la même manière jusqu’à l’âge de 12 ans, mais certaines études indiquent que les mauvais rêves sont plus fréquents chez les filles à partir de 13 ans.

Lire aussi  Sexsomnie : ce qu'il faut savoir sur le sexe pendant le sommeil

Cauchemars contre terreurs nocturnes

Les cauchemars sont souvent confondus avec les terreurs nocturnes, qui sont définies comme des épisodes de terreur et de panique qui surviennent pendant le sommeil. Contrairement aux cauchemars, les terreurs nocturnes sont souvent accompagnées de vocalisations, de symptômes autonomes et d’autres signes que l’enfant agit contre le rêve. Une autre différence clé entre les cauchemars et les terreurs nocturnes est le moment. Les terreurs nocturnes surviennent principalement pendant les phases de mouvements oculaires non rapides (NREM) qui précèdent la phase REM, tandis que les cauchemars se produisent principalement pendant le sommeil REM.

Parce qu’elles impliquent des comportements inhabituels pendant le sommeil, les terreurs nocturnes sont considérées comme un type de parasomnie. Un seul épisode peut durer jusqu’à 90 minutes. Les terreurs nocturnes sont plus fréquentes chez les enfants âgés de 3 à 7 ans et commencent généralement à s’estomper après l’âge de 10 ans. Environ 30 % des enfants souffrent de terreurs nocturnes, et ces épisodes semblent affecter les garçons et les filles dans des proportions égales. Les terreurs nocturnes sont beaucoup plus rares chez les adultes. Certaines études suggèrent un lien entre les terreurs nocturnes des adultes et les troubles neurologiques, mais des recherches supplémentaires sont nécessaires pour le cimenter.

De nombreuses personnes qui souffrent de terreurs nocturnes sont également somnambules, et les recherches suggèrent un risque plus élevé de terreurs nocturnes si l’enfant ou l’adulte a des antécédents familiaux. Le conseil, le réveil anticipé et la résolution des problèmes médicaux sous-jacents ou du stress font partie du traitement. Dans les cas graves, les médecins peuvent prescrire des médicaments pour réduire les épisodes de terreur nocturne. Un traitement peut être recommandé pour les cas graves. Bien que les médicaments soient généralement déconseillés, des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) peuvent être prescrits en raison de la croyance répandue selon laquelle les terreurs nocturnes sont liées aux niveaux de sérotonine.

Au-delà de ces méthodes de traitement, la réassurance et l’éducation sont considérées comme les méthodes les plus efficaces pour réduire les épisodes de terreur nocturne. Le pronostic est bon pour la majorité des enfants diagnostiqués avec des terreurs nocturnes qui reçoivent une intervention appropriée.

Comment aider les enfants à faire face aux cauchemars

Pour les enfants qui font des cauchemars occasionnels, le réconfort est souvent la tactique la plus efficace. Les parents devraient discuter des peurs et des déclencheurs de colère avec leurs enfants dans un cadre détendu. Cela peut aider à favoriser un sentiment de relaxation avant le coucher, ce qui peut améliorer la qualité de leur sommeil et minimiser le risque de rêves perturbateurs.

Lire aussi  Alcool et sommeil

Cela dit, trop de réassurance peut avoir l’effet inverse. Les parents peuvent encourager leurs enfants à se réconforter après s’être réveillés d’un mauvais rêve au lieu de compter sur les membres de leur famille pour se réconforter. Dormir ensemble avec des enfants après un cauchemar ou rester dans leur chambre jusqu’à ce qu’ils se rendorment sont généralement mal vus car ces pratiques ont été associées à une augmentation des épisodes d’éveil nocturne chez les nourrissons et les jeunes enfants.

Les parents peuvent trouver plus de succès en fournissant un « partenaire de sommeil » à leurs enfants, généralement sous la forme d’une poupée ou d’un animal en peluche. Ils peuvent dire à l’enfant que le partenaire de sommeil a peur, obligeant l’enfant à le réconforter la nuit, ou que le partenaire de sommeil est capable de protéger l’enfant ; les deux stratégies d’intervention peuvent apaiser les peurs nocturnes et améliorer la qualité du sommeil de l’enfant. Une autre technique efficace peut être d’éduquer les enfants sur la réalité des cauchemars – c’est-à-dire qu’ils ne sont que des pensées et totalement inoffensifs – afin de dissiper les idées fausses qu’ils peuvent avoir sur ces rêves. La respiration profonde, la relaxation musculaire et d’autres techniques d’adaptation peuvent également aider les enfants à dormir plus profondément.

Quand consulter un médecin

Les parents devraient envisager une évaluation psychologique de leur enfant s’il fait au moins deux cauchemars par semaine pendant au moins six mois. De plus, les cauchemars fréquents chez les enfants de plus de six ans peuvent nécessiter une intervention psychologique. Des conseils peuvent être recommandés. Si l’enfant prend des médicaments, leur posologie devra peut-être être ajustée.

Pour certains enfants et adolescents, les cauchemars fréquents découlent d’agressions sexuelles, d’abus et d’autres types de traumatismes. Les enfants diagnostiqués avec un trouble de stress post-traumatique (ESPT) pédiatrique peuvent bien réagir à la répétition d’images, un type de thérapie au cours de laquelle les enfants « répètent » des rêves moins effrayants pendant la journée afin de favoriser des rêves plus positifs la nuit et de réduire les cauchemars. Les médicaments disponibles pour les adultes atteints de SSPT sont généralement déconseillés pour les enfants.

Les enfants qui font des cauchemars fréquents peuvent développer une anxiété liée au sommeil. Ils agissent souvent en retardant l’heure du coucher ou en exigeant de dormir avec leurs parents. Accorder ces demandes peut exacerber le problème et solidifier les inquiétudes de l’enfant concernant le sommeil, plutôt que de les atténuer. Un horaire de coucher strict, un renforcement positif basé sur la récompense et d’autres stratégies comportementales sont considérés comme plus efficaces. Si ces méthodes échouent, une prescription à faible dose de benzodiazépines peut également être recommandée.

  • Cet article a-t-il été utile?
  • OuiNon

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
partager sur Twitter
Partager sur linkedin
Partager sur Linkdin
Partager sur pinterest
Partager sur Pinterest