Traumatisme et sommeil

Un traumatisme est une expérience qui a des effets négatifs durables sur le bien-être et la capacité de fonctionner d’une personne. Un seul événement traumatique peut entraîner un traumatisme psychologique, ou il peut s’accumuler avec le temps en réponse à un stress continu.

Bien que la définition du traumatisme ait changé au fil du temps, il est clair que vivre un événement potentiellement traumatisant est courant. En fait, les recherches suggèrent que près de 90 % des personnes sont exposées à au moins un événement potentiellement traumatisant au cours de leur vie.

Vivre un traumatisme peut augmenter le risque de problèmes de santé mentale et physique, y compris le suicide. Si vous ou quelqu’un que vous connaissez êtes en crise, la National Suicide Prevention Lifeline fournit une assistance gratuite et confidentielle 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, en ligne et par téléphone.

Ligne de vie nationale pour la prévention du suicide

1-800-273-8255

https://suicidepreventionlifeline.org/chat/

Les effets du traumatisme sur le corps

Lorsque le cerveau anticipe une menace, il réagit rapidement afin de se protéger du mal. Un système d’alarme interne, appelé réponse au stress ou réponse combat-fuite-gel, déclenche des changements physiologiques dans tout le corps. Une cascade d’hormones est libérée, les muscles se tendent, le rythme cardiaque augmente et la respiration s’accélère à mesure que le corps se prépare à se défendre contre les menaces.

Après la fin de la menace ou de l’expérience traumatisante, la réponse au stress du corps commence à revenir à la ligne de base. Les réactions initiales varient et sont toutes considérées comme des réponses normales et saines à un traumatisme psychologique. Ces réactions comprennent souvent la confusion, l’anxiété, l’excitation physique et la difficulté à exprimer ses émotions. Heureusement, les humains sont incroyablement résilients et, pour la majorité des gens, même les réactions les plus difficiles aux expériences traumatisantes s’atténueront avec le temps à mesure que le corps et l’esprit intégreront l’expérience et guériront.

Certaines personnes ont des réactions retardées après des événements traumatisants. Les réactions retardées peuvent inclure la dépression, la fatigue, les cauchemars et même le développement de troubles du sommeil. Si ces symptômes persistent au fil du temps ou s’ils commencent à interférer avec le travail, l’école ou les relations, ils peuvent être le symptôme d’un stress post-traumatique plus grave.

Trouble de stress post-traumatique

L’état de stress post-traumatique (ESPT) est un état caractérisé par des souvenirs récurrents et involontaires de l’événement traumatique pendant la journée (par exemple, des flashbacks) et/ou pendant le sommeil (cauchemars). Les personnes atteintes de cette maladie peuvent éviter les rappels externes (personnes, lieux, activités) et les souvenirs, pensées ou sentiments internes entourant l’événement. Les amis et les proches autour d’eux peuvent remarquer des changements d’humeur à mesure qu’ils deviennent plus facilement surpris et hyper conscients du danger potentiel.

Les recherches suggèrent que moins de 10 % des personnes exposées à un événement traumatique développent un trouble de stress post-traumatique. Il est important que les personnes présentant les symptômes du TSPT parlent à leur médecin et se renseignent sur les options de traitement. Il existe des traitements efficaces pour le SSPT qui peuvent aider les survivants à guérir des effets persistants d’un traumatisme.

Lire aussi  Micrognathie et apnée obstructive du sommeil

Les impacts des traumatismes sur le sommeil

Les problèmes de sommeil sont fréquents après une expérience traumatisante. La vigilance et l’hyperexcitation liées aux effets de la réponse au stress du corps contribuent souvent aux symptômes de l’insomnie. De nombreuses personnes ont de la difficulté à s’endormir, se réveillent plus souvent pendant la nuit et ont du mal à se rendormir après un événement traumatisant.

Les traumatismes peuvent également affecter l’architecture du sommeil, ce qui signifie qu’ils peuvent modifier la façon dont le corps se déplace à travers les cycles et les étapes du sommeil. Bien que les experts s’efforcent toujours de comprendre les implications des changements observés dans l’architecture du sommeil après un traumatisme, le sommeil à mouvements oculaires rapides (REM) semble être le stade le plus affecté. Le sommeil paradoxal est important pour stocker les souvenirs et traiter les émotions, et les rêves pendant le sommeil paradoxal ont tendance à être plus fantastiques et bizarres.

Les rêves et les cauchemars pénibles sont communs aux traumatismes. Les survivants ont souvent des rêves sur l’événement traumatique qui reproduisent directement l’expérience ou contiennent des émotions, du contenu et des symboles liés au traumatisme. Les chercheurs émettent l’hypothèse que les rêves liés à un traumatisme sont causés par la réaction de peur du cerveau combinée à une hyperexcitation, et peuvent représenter la tentative de l’esprit d’intégrer une expérience traumatisante.

Bien que les problèmes de sommeil après une expérience traumatisante puissent être pénibles, ils peuvent également être une occasion importante de traiter et de guérir d’un traumatisme. La recherche suggère que le fait de pouvoir dormir après un événement traumatisant peut réduire les souvenirs intrusifs liés aux traumatismes et les rendre moins pénibles. Cibler les problèmes de sommeil dans le traitement précoce des traumatismes peut réduire le risque de développer un SSPT.

Troubles du sommeil après un traumatisme

L’insomnie est l’un des problèmes de sommeil les plus courants liés aux traumatismes et se résout d’elle-même chez la majorité des survivants de traumatismes. Des troubles du sommeil plus graves et persistants sont généralement observés chez les personnes présentant des niveaux plus élevés de stress post-traumatique et de SSPT. Bien que rares, les troubles du sommeil qui peuvent se développer après un traumatisme comprennent le trouble cauchemardesque, le trouble du mouvement périodique des jambes, les terreurs nocturnes et les parasomnies telles que le trouble du comportement en sommeil paradoxal.

Traumatismes de l’enfance et sommeil

Les traumatismes de l’enfance peuvent continuer à avoir un impact sur la santé d’une personne longtemps après la fin de l’enfance. L’étude CDC-Kaiser ACE a étudié l’impact des traumatismes de l’enfance, appelés expériences négatives de l’enfance (ACE), sur la vie de 17 000 participants adultes. Cette étude historique a révélé que les ECA augmentent le risque de problèmes de santé mentale et physique plus tard dans la vie, notamment la dépression, l’anxiété, les maladies cardiaques et même la mort prématurée.

L’une des façons dont les traumatismes de l’enfance augmentent le risque de maladies plus tard dans la vie peut être le développement et les effets néfastes des problèmes de sommeil. Jusqu’à la moitié des enfants présentent certains des symptômes du SSPT après un traumatisme, notamment une hyperexcitation et des troubles du sommeil. Les traumatismes peuvent avoir un impact significatif sur le développement du cerveau de l’enfant, de sorte que les problèmes de sommeil peuvent persister ou s’aggraver à mesure que l’enfant progresse à travers l’adolescence et l’âge adulte.

Lire aussi  RGO et sommeil

Par rapport aux adultes avec peu ou pas d’ECA, les adultes avec une quantité importante de traumatismes infantiles sont plus de deux fois plus susceptibles d’avoir des difficultés à s’endormir et sont également deux fois plus susceptibles de se sentir fatigués après une nuit de sommeil complète. Les effets des ACE sur le sommeil peuvent durer jusqu’à 50 ans, chaque ACE ressenti dans l’enfance augmentant de 20 % le risque de ne pas dormir suffisamment à l’âge adulte.

Les traumatismes subis pendant l’enfance peuvent également affecter la gravité de l’insomnie à l’âge adulte. Chez les patients adultes diagnostiqués avec de l’insomnie, ceux qui ont un nombre élevé d’ECA se réveillent plus souvent pendant la nuit et ont un sommeil plus perturbé que ceux qui ont peu ou pas d’ECA.

Conseils pour dormir après un traumatisme

Il est normal qu’une expérience traumatisante affecte la quantité et la qualité de votre sommeil. Soyez patient avec vous-même et essayez d’avoir des attentes réalistes quant au temps qu’il faudra à votre corps pour guérir. Travailler avec un médecin, un psychologue ou un conseiller peut vous aider à créer des objectifs raisonnables et réalisables pour faire face aux problèmes de sommeil après un traumatisme. Voici quelques autres conseils pour dormir pendant que vous guérissez d’un traumatisme :

  • Maintenez votre horaire de sommeil habituel : La routine est importante pour obtenir un sommeil réparateur et de qualité. Si vous le pouvez, essayez de revenir lentement à votre ancien horaire de sommeil. Se coucher et se lever à la même heure tous les jours, même le week-end, aide votre corps à être mieux préparé lorsqu’il est temps de se reposer.
  • Dormez où vous vous sentez en sécurité : Les événements traumatisants nous laissent souvent un sentiment d’insécurité, ce qui peut rendre difficile de se sentir suffisamment calme pour s’endormir. Réfléchissez aux changements qui rendraient votre environnement de sommeil plus sûr pendant votre convalescence. Peut-être que quelqu’un d’autre dort à côté de vous ou sur le canapé pendant un moment, garde un téléphone à portée de main ou garde une lumière tamisée dans une partie de la chambre.
  • Engagez la réponse de relaxation : Activer la réponse de relaxation du corps est un moyen naturel de combattre le stress. Les exercices de relaxation sont un moyen d’engager cette réaction et de calmer le corps et l’esprit avant de se coucher.
  • Ne forcez pas le sommeil : Si vous vous tournez et vous retournez pendant plus de 20 minutes environ, il peut être préférable de sortir du lit et de trouver une activité relaxante à la place. Vous pouvez essayer un bain chaud, lire ou écouter de la musique avant de vous recoucher lorsque vous vous sentez fatigué.
  • Comprenez que vos symptômes peuvent être normaux : Il n’y a pas de bonne façon de traiter une expérience traumatique, mais un aspect essentiel de la guérison d’un traumatisme est de savoir quand demander de l’aide. Les médecins, les conseillers et les travailleurs sociaux sont formés pour aider les gens à faire face et à guérir des conséquences d’un événement traumatisant.
  • Cet article a-t-il été utile?
  • OuiNon

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
partager sur Twitter
Partager sur linkedin
Partager sur Linkdin
Partager sur pinterest
Partager sur Pinterest