Symptômes du trouble du travail posté

Le trouble du sommeil lié au travail posté est un trouble du rythme circadien du sommeil caractérisé par des problèmes de sommeil résultant d’heures de travail longues ou irrégulières. Le terme «travail posté» fait référence à tout horaire de travail qui tombe en dehors des heures de 7 h et 18 h. Alors que tout travailleur posté peut développer des symptômes, le trouble affecte principalement les employés travaillant la nuit, tôt le matin ou en rotation.

S’il n’est pas traité, le trouble du travail posté peut entraîner des problèmes de santé majeurs. La condition peut également avoir un impact négatif sur la performance professionnelle du travailleur et l’exposer à un risque plus élevé de commettre une erreur ou d’être impliqué dans un accident du travail. L’identification des symptômes du trouble du travail posté et la recherche d’un traitement sont essentielles à la santé, au bien-être et à la sécurité du patient.

Selon la classification internationale des troubles du sommeil (troisième édition) de l’American Academy of Sleep Medicine, les deux principaux symptômes du trouble du travail posté sont :

  • Insomnie: Les personnes atteintes de troubles du travail posté ont souvent des difficultés à s’endormir et/ou à rester endormies. Les symptômes spécifiques de l’insomnie varient souvent selon le quart de travail. Par exemple, les travailleurs qui pointent entre 4 h et 7 h ont souvent du mal à s’endormir, tandis que ceux qui travaillent le soir ont tendance à se réveiller pendant la nuit. La personne moyenne avec un trouble du travail posté perd une à quatre heures de sommeil par nuit.
  • Somnolence excessive : Le trouble du travail posté peut entraîner de la fatigue et une diminution de la vigilance lorsque la personne est au travail pendant la nuit ou tôt le matin. Ils ressentent souvent le besoin de faire au moins une sieste pendant leur quart de travail. Ces déficiences peuvent également diminuer leur capacité de performance et peuvent poser un risque pour la sécurité.

De nombreux travailleurs postés éprouvent des problèmes de sommeil lorsqu’ils commencent à travailler des heures irrégulières. Afin de se qualifier pour un diagnostic de trouble du travail posté, le travailleur doit signaler des symptômes récurrents pendant au moins trois mois et, grâce à l’actigraphie et à l’enregistrement du sommeil, démontrer des troubles du rythme veille-sommeil pendant au moins deux semaines. Les médecins peuvent effectuer des tests supplémentaires pour s’assurer que les symptômes ne sont pas mieux expliqués par une autre maladie ou affection sous-jacente.

Trouble du travail posté vs insomnie

L’insomnie est un trouble du sommeil caractérisé par une « difficulté persistante » avec l’apparition, la durée, la consolidation ou la qualité du sommeil. Les personnes souffrant d’insomnie ont du mal à dormir même si elles s’accordent suffisamment de temps la nuit et utilisent une zone de sommeil confortable. Ils éprouvent une somnolence diurne excessive et d’autres déficiences lorsqu’ils sont éveillés. Ces déficiences peuvent inclure :

  • Fatigue ou malaise
  • Difficulté à être attentif ou à se concentrer
  • Déficience de mémoire
  • Troubles de l’humeur ou irritabilité
  • Somnolence diurne excessive
  • Hyperactivité, impulsivité, agressivité et autres problèmes de comportement
  • Diminution de la motivation, de l’énergie ou de l’initiative
  • Risque plus élevé d’erreurs ou d’accidents
  • Sentiments d’insatisfaction du sommeil

L’insomnie peut survenir indépendamment, mais elle accompagne souvent les maladies comorbides, les troubles de santé mentale et les troubles du sommeil. Bien que le trouble du travail posté soit considéré comme une condition distincte, son diagnostic repose souvent sur des symptômes d’insomnie. Des études ont montré que plus de personnes souffrant de troubles du travail posté souffrent d’insomnie, par opposition à celles qui ne ressentent qu’une somnolence excessive au travail sans symptômes d’insomnie lorsqu’elles essaient de dormir.

La relation de la poule et de l’œuf entre le trouble du travail posté et l’insomnie s’explique mieux comme suit : le travail posté peut créer un décalage entre votre rythme circadien et les cycles naturels de lumière et d’obscurité. Ce désalignement peut vous amener à éprouver des difficultés à vous endormir, à rester endormi ou à recevoir un sommeil de qualité. Au fil du temps, ces symptômes d’insomnie – associés à un travail posté continu – vous font subir une perte de sommeil importante. Cela peut justifier un diagnostic de trouble du travail posté. Cependant, des symptômes d’insomnie persistants peuvent également justifier un diagnostic distinct.

Lorsque les symptômes d’insomnie persistent au moins trois fois par semaine pendant au moins trois mois, les patients peuvent recevoir un diagnostic d’insomnie chronique. La condition est connue sous le nom d’insomnie à court terme jusqu’à ce que la référence de durée de trois mois soit atteinte, car certaines personnes éprouvent des symptômes d’insomnie temporaires dus à des facteurs environnementaux. De même, les symptômes du trouble du travail posté doivent être signalés pendant au moins trois mois pour pouvoir être diagnostiqués. Pour de nombreux travailleurs de quarts, leurs symptômes commencent à s’améliorer une fois qu’ils sont passés à un horaire de travail plus traditionnel.

Quel est l’impact des symptômes du trouble du travail posté sur la vie quotidienne ?

Le trouble du travail posté peut entraîner de graves complications à long terme, notamment :

  • Maladie : Le trouble du travail posté peut exposer les personnes à un risque plus élevé de diverses conditions médicales, notamment le cancer, les maladies cardiovasculaires et les troubles gastro-intestinaux.
  • Dépendance à l’alcool et aux drogues : de nombreuses personnes souffrant de troubles du travail posté se soignent elles-mêmes avec de l’alcool ou des drogues pour améliorer leur sommeil.
  • Mauvaise alimentation : certaines études ont établi un lien entre les troubles du travail posté et de mauvaises habitudes alimentaires.

Une autre préoccupation majeure est la sécurité des travailleurs. La combinaison de la fatigue et des troubles de la concentration expose les personnes atteintes de troubles du travail posté à un risque plus élevé d’être impliquées dans un accident, soit sur leur lieu de travail, soit sur la route lors de leurs trajets domicile-travail. On pense que plusieurs catastrophes très médiatisées se sont produites en partie à cause de la fatigue liée au travail. Il s’agit notamment de la fusion de la centrale nucléaire de Tchernobyl en 1986 et de l’accident de l’Exxon Valdez en 1989.

Si vous êtes un travailleur posté et que vous ressentez des symptômes d’insomnie et/ou une somnolence excessive alors que vous êtes éveillé, vous devriez consulter votre médecin ou un médecin du sommeil agréé par le conseil d’administration pour une évaluation clinique et des options de traitement.

  • Cet article a-t-il été utile?
  • OuiNon

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
partager sur Twitter
Partager sur linkedin
Partager sur Linkdin
Partager sur pinterest
Partager sur Pinterest