SSPT et sommeil

L’état de stress post-traumatique (ESPT) se caractérise par un état d’éveil chroniquement accru après un événement traumatique. Le TSPT s’aggrave souvent avec le temps ou se développe insidieusement, de sorte que les gens peuvent ne pas se rendre compte qu’ils en sont atteints avant plusieurs mois après l’événement traumatisant. La maladie est plus fréquente chez les femmes, bien qu’elle puisse arriver à n’importe qui. On estime que sept personnes sur 100 souffriront de SSPT au cours de leur vie.

Le SSPT et le sommeil ont une relation complexe. Bien que les problèmes de sommeil accompagnent de nombreux problèmes de santé mentale, les problèmes de sommeil dans le SSPT sont en fait considérés comme faisant partie du trouble. Parmi les symptômes utilisés pour diagnostiquer le SSPT, deux sont directement liés au sommeil : l’hyperexcitation et l’intrusion, qui peuvent se manifester par de l’insomnie et des cauchemars. Les chercheurs essaient toujours de comprendre si les problèmes de sommeil précèdent le SSPT ou si le SSPT cause des problèmes de sommeil.

Comment les problèmes de sommeil affectent-ils les symptômes du SSPT ?

Parmi les personnes qui vivent un événement traumatisant, celles qui souffrent de problèmes de sommeil importants semblent être plus susceptibles de développer un SSPT à l’avenir. En fait, l’un des premiers signes du SSPT est la perturbation du sommeil, qui comprend souvent des cauchemars, de l’insomnie et un sommeil paradoxal à mouvements oculaires rapides (REM).

Fait intéressant, les problèmes de sommeil qui précèdent l’événement traumatique peuvent également jouer un rôle. Une étude a révélé que les personnes signalant des cauchemars avant d’aller à la guerre étaient plus susceptibles de développer un SSPT après leur retour.

Une fois que le trouble s’installe, la présence de problèmes de sommeil semble exacerber les symptômes du SSPT. Et même après avoir traité les symptômes diurnes du SSPT, de nombreuses personnes constatent que l’insomnie persiste.

Les problèmes de sommeil dans le SSPT interfèrent avec la capacité du cerveau à traiter les souvenirs et les émotions, ralentissant le processus de récupération après un événement traumatique. De plus, de nombreuses personnes atteintes de SSPT consomment de l’alcool ou d’autres substances pour essayer de mieux dormir. Loin d’aider, ces mécanismes d’adaptation contre-productifs aggravent en fait le sommeil et peuvent également aggraver les symptômes du SSPT.

Comment le SSPT affecte le sommeil

Les personnes atteintes de SSPT ont souvent du mal à s’endormir et se réveillent facilement, se réveillant souvent plusieurs fois au cours de la nuit. De nombreuses personnes atteintes de SSPT font également des cauchemars. Ces problèmes entraînent un sommeil perturbé et non réparateur.

Les personnes souffrant de douleur chronique, de toxicomanie, de traumatisme crânien, de dépression ou d’autres problèmes médicaux sont confrontées à un obstacle supplémentaire pour obtenir un sommeil de qualité. Certains somnifères interfèrent également avec le sommeil paradoxal, qui est la phase de sommeil pendant laquelle nous rêvons et une phase de sommeil importante pour faire face aux souvenirs traumatisants.

Les problèmes de sommeil les plus courants dans le SSPT peuvent être résumés en trois catégories :

  • Insomnie: On estime que neuf personnes sur dix atteintes du SSPT souffrent d’insomnie. Ceci est en grande partie dû à l’hyperexcitation, dans laquelle l’individu est incapable de se détendre. Cela peut aussi être un effet persistant d’avoir été dans une situation qui exigeait une vigilance constante la nuit. L’insomnie dans le SSPT peut également s’auto-entretenir, car le stress de ne pas pouvoir s’endormir conduit finalement à des comportements de sommeil inadaptés tels que la sieste diurne ou la toxicomanie.
  • Cauchemars et terreurs nocturnes: Les cauchemars et les terreurs nocturnes affligent la majorité des personnes atteintes de SSPT, entraînant des réveils nocturnes et rendant difficile le retour au sommeil. Le contenu de ces rêves vifs est parfois lié à des traumatismes passés, de nombreuses personnes souffrant de SSPT signalant des cauchemars répétitifs. Les cauchemars sont parfois traités avec une thérapie de répétition d’images, dans laquelle le patient « réécrit » le scénario du rêve avec une version moins menaçante pendant les heures de veille.
  • Apnée obstructive du sommeil (AOS): Il n’est pas tout à fait clair pourquoi il y a une prévalence plus élevée d’AOS chez les personnes atteintes de SSPT, mais cela peut être dû à des facteurs sous-jacents tels que l’éveil chronique ou la consommation d’alcool. Des études ont montré que les appareils à pression positive continue (CPAP) fonctionnent bien pour traiter l’AOS chez les personnes atteintes de SSPT et peuvent même réduire les cauchemars. Bien qu’ils ne soient pas aussi efficaces, les personnes qui trouvent que les appareils CPAP déclenchent ou sont claustrophobes peuvent préférer utiliser un appareil d’avancement mandibulaire.
Lire aussi  Le manque de sommeil peut augmenter la consommation de calories

Le traitement des problèmes de sommeil liés au SSPT, ainsi que des troubles coexistants tels que la dépression, est un élément important de la résolution des symptômes généraux du SSPT.

Le lien entre le SSPT, le sommeil et le cerveau

Les chercheurs ont trouvé des preuves que plusieurs régions cérébrales qui se chevauchent sont impliquées à la fois dans le SSPT et les problèmes de sommeil, notamment l’hippocampe, l’amygdale, le cortex cingulaire antérieur et le cortex insulaire. Ces régions cérébrales sont probablement responsables du fait que le patient revisite l’événement traumatique dans des flashbacks et des cauchemars, ainsi que du maintien d’un état d’hyperexcitation.

Des études ont montré que les personnes atteintes de SSPT ont une fréquence cardiaque plus rapide pendant le sommeil, indiquant une réponse de combat ou de fuite améliorée qui maintient le corps dans un état permanent d’hypervigilance. Sans surprise, les caractéristiques du sommeil perturbé chez les personnes souffrant de SSPT comprennent plus de sommeil léger de stade un, moins de sommeil lent réparateur et un sommeil paradoxal fragmenté.

Un autre lien important entre le sommeil et le SSPT peut résider dans la façon dont le cerveau traite les souvenirs qui provoquent la peur. Lors d’un événement traumatique, le cerveau apprend à associer un certain stimulus à une réponse négative. Longtemps après l’événement traumatique, cette association peut être si forte que la personne subit une réaction violente chaque fois qu’elle est confrontée à un stimulus similaire.

Normalement, cette réponse est atténuée lors d’un processus appelé mémoire d’extinction, au cours duquel le cerveau apprend progressivement à dissocier le stimulus de la réponse apprise. Une quantité importante de traitement de la mémoire émotionnelle est effectuée pendant le sommeil paradoxal, et les chercheurs pensent que les perturbations du sommeil paradoxal observées chez les personnes souffrant de SSPT peuvent indiquer une incapacité à traiter efficacement les traumatismes.

La perte de sommeil peut également provoquer une somnolence diurne et interférer avec les stratégies d’adaptation, laissant les personnes anxieuses et hypersensibles aux déclencheurs. La bonne nouvelle est que l’amélioration du sommeil semble avoir des effets correspondants sur le SSPT.

Comment mieux dormir avec le SSPT

Les éléments d’une bonne hygiène du sommeil peuvent grandement contribuer à réduire les problèmes de sommeil liés au SSPT. Ceux-ci inclus:

  • Garder un environnement de sommeil frais, sombre et calme
  • Réserver la chambre pour le sommeil et le sexe uniquement
  • Respecter un horaire de coucher régulier
  • Manger sainement et éviter la caféine avant le coucher
  • Faire de l’exercice régulièrement, ce qui aide également à apprivoiser l’hyperexcitation
  • Éviter les facteurs de stress avant le coucher, y compris parler de votre événement traumatisant
  • Prendre un bain chaud ou lire un livre apaisant avant le coucher
  • Éteindre les écrans une heure avant le coucher
  • Utiliser une machine à bruit blanc si vous êtes sensible aux sons
  • Utiliser la méditation ou d’autres techniques pour empêcher la rumination
Lire aussi  Démence et sommeil

Vous devriez dormir dans une pièce où vous vous sentez en sécurité, qui peut ou non être votre chambre. Si vous n’êtes pas à l’aise de dormir dans une pièce sombre, une veilleuse peut procurer un sentiment de sécurité.

Les personnes atteintes de SSPT ont souvent peur de s’endormir parce qu’elles craignent de faire des cauchemars. Malheureusement, cela peut conduire à passer des heures au lit avec des pensées de course. Si vous êtes au lit depuis 20 minutes et que vous n’arrivez pas à vous endormir, sortez du lit, allez dans une autre pièce pour faire quelque chose de relaxant et ne retournez au lit que lorsque vous vous sentez somnolent. Cela aidera à renforcer l’association mentale entre votre lit et votre sommeil.

Si vous avez du mal à dormir ou si vous vous tournez vers des substances telles que la drogue ou l’alcool pour vous aider à dormir, demandez l’aide de votre médecin. Ils peuvent vous aider à trouver un thérapeute qui propose une thérapie cognitivo-comportementale pour l’insomnie (TCC-I), ainsi que des techniques spécifiques au SSPT telles que la thérapie de répétition d’imagerie ou la thérapie d’exposition, de relaxation et de réécriture. Ils peuvent également prescrire des somnifères, bien que cela comporte plus de risques et doit être utilisé avec prudence.

Réapprendre à dormir profondément après avoir subi un traumatisme peut prendre un certain temps, alors ne vous sentez pas vaincu si cela ne se produit pas tout de suite. Continuez à adopter des comportements sains et à travailler avec votre médecin, et vous devriez éventuellement commencer à vous sentir mieux. Parce que le sommeil et le SSPT sont si étroitement liés, une thérapie continue est extrêmement bénéfique pour ceux qui souffrent d’insomnie.

Conseils de sommeil pour les partenaires des personnes atteintes de SSPT

Alors que la plupart des efforts se concentrent sur la façon d’aider une personne atteinte de SSPT à dormir, les partenaires des personnes atteintes de SSPT peuvent également avoir du mal à dormir profondément. Pour ceux qui ont un partenaire qui se réveille plusieurs fois pendant la nuit, il peut être utile d’investir dans un matelas qui étouffe les sons et les mouvements.

Les cauchemars et les terreurs nocturnes peuvent être effrayants et peuvent amener votre partenaire à se déchaîner violemment. Bien que vous vouliez être là pour votre partenaire, il se peut que vous trouviez nécessaire de dormir dans une chambre séparée à proximité de temps en temps afin de pouvoir obtenir le sommeil réparateur dont vous avez besoin.

Il peut également être constructif de faire de l’exercice avec votre partenaire pendant la journée. En plus d’améliorer le sommeil, développer ensemble des routines saines peut vous aider à créer des liens et à rétablir un sentiment de sécurité pour votre partenaire.

De nombreux aidants éprouvent des sentiments de culpabilité et le sentiment qu’ils sont responsables de « sauver » leur partenaire. Cependant, consacrer toute votre énergie à aider une autre personne peut avoir un effet sérieux sur votre propre santé mentale. La thérapie de couple, la thérapie individuelle, les groupes de soutien ou un solide réseau de famille et d’amis peuvent vous aider à gérer vos propres pensées et sentiments afin de réduire le risque d’épuisement professionnel.

  • Cet article a-t-il été utile?
  • OuiNon

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
partager sur Twitter
Partager sur linkedin
Partager sur Linkdin
Partager sur pinterest
Partager sur Pinterest