Sommeil paradoxal

Au fur et à mesure que vous apprenez ce qui se passe lorsque vous dormez, il est courant de découvrir des informations apparemment contradictoires. Par exemple, il a été constaté que faire des siestes régulières améliore la mémoire et l’apprentissage, tout en étant également lié au déclin cognitif. Bien que ces effets semblent contradictoires, il s’agit là d’un exemple de paradoxe. Un paradoxe est un ensemble d’idées qui sont exactes, mais semblent contradictoires ou défient la logique et le bon sens.

L’utilisation du mot paradoxal est très répandue en médecine du sommeil, peut-être parce que le sommeil est un processus complexe et souvent contradictoire. Certains concepts de sommeil qui incluent le terme paradoxe sont le sommeil paradoxal, l’insomnie paradoxale et l’intention paradoxale. Ces trois concepts décrivent différents aspects du sommeil et ne sont pas directement liés les uns aux autres, mais chacun peut vous aider à approfondir votre compréhension de la santé du sommeil.

Qu’est-ce que le sommeil paradoxal ?

Le sommeil paradoxal est l’un des nombreux noms donnés au sommeil à mouvements oculaires rapides (REM). Pour comprendre le paradoxe du sommeil paradoxal, il est important de savoir que le sommeil est classé en quatre phases de sommeil, chacune associée à certains schémas d’ondes cérébrales, de mouvements oculaires et de tension musculaire. Les trois premières étapes sont appelées sommeil non-REM (NREM) et la quatrième étape est appelée sommeil REM. La plupart des gens effectuent quatre à six cycles de toutes les étapes du sommeil chaque nuit.

Les adultes passent la majorité de la nuit, environ 75 % à 80 % de la durée totale du sommeil, en sommeil non paradoxal. Au cours de ces trois étapes du sommeil, les ondes cérébrales, la respiration et les battements cardiaques ralentissent progressivement. Au stade le plus profond du sommeil non paradoxal, les muscles sont détendus et les mouvements oculaires s’arrêtent pratiquement.

Le premier cycle de sommeil paradoxal commence environ 60 à 90 minutes après l’endormissement. Dans le sommeil paradoxal, l’activité cérébrale augmente à des niveaux similaires à ceux observés pendant les heures d’éveil. Dans le même temps, la plupart des muscles entrent dans un état d’atonie, ce qui signifie qu’ils sont temporairement paralysés. Les chercheurs suggèrent que l’atonie REM aide à empêcher les dormeurs de réaliser leurs rêves.

Alors que le but du sommeil paradoxal est encore en débat, cette phase de sommeil est associée à une variété de fonctions importantes, notamment l’apprentissage, la consolidation de la mémoire et la créativité. Le sommeil paradoxal est également celui où se produisent les rêves les plus vifs. Les chercheurs pensent que cela est dû au fait qu’une partie du cerveau appelée thalamus devient active pendant le sommeil paradoxal. Le thalamus traite les informations sensorielles pendant les périodes d’éveil et s’arrête pendant les phases de sommeil NREM. Cependant, il redevient actif pendant le sommeil paradoxal et contribue aux riches expériences sensorielles qui se produisent pendant le rêve.

Pourquoi le sommeil paradoxal est-il appelé sommeil paradoxal ?

Le sommeil à mouvements oculaires rapides (REM) est appelé sommeil paradoxal car il implique des états apparemment contradictoires d’un esprit actif et d’un corps endormi. Le terme sommeil paradoxal a été inventé par le chercheur français Dr Michel Jouvet à la fin des années 1950.

Lire aussi  Combien coûte un matelas ?

Alors qu’il enquêtait sur le sommeil chez les chats, le Dr Jouvet a été le premier chercheur à identifier le rôle du tronc cérébral dans l’envoi de signaux pour initier l’atonie musculaire pendant le sommeil paradoxal. Le Dr Jouvet a observé que les lésions du tronc cérébral provoquaient chez les chats une perte d’atonie musculaire, après quoi ils semblaient réaliser leurs rêves.

L’atonie musculaire est affectée dans plusieurs troubles du sommeil appelés parasomnies REM, qui impliquent des comportements anormaux pendant le sommeil REM. Dans le trouble du comportement en sommeil paradoxal, la paralysie musculaire normale ne se produit pas pendant le sommeil paradoxal. Les personnes atteintes de ce trouble du sommeil peuvent réaliser leurs rêves, parfois violemment.

Dans un autre type de parasomnie REM, appelée paralysie du sommeil, l’atonie musculaire se produit lorsqu’une personne commence à s’endormir ou juste au moment où elle se réveille. Comme les caractéristiques du sommeil paradoxal empiètent sur l’éveil lors d’une expérience de paralysie du sommeil, une personne peut avoir des hallucinations et être pleinement consciente de son incapacité à bouger ses bras, ses jambes ou sa tête. La paralysie du sommeil ne dure généralement que quelques minutes au maximum.

Privation de sommeil paradoxale

La privation de sommeil paradoxale est une autre façon de dire la privation de sommeil paradoxal. À long terme, la privation paradoxale de sommeil peut augmenter la probabilité de maladies chroniques telles que les troubles de stress et l’obésité.

Étant donné que la plupart des phases de sommeil paradoxal surviennent plus tard dans la période de sommeil, cette phase de sommeil est souvent la première à être raccourcie. Une perte de sommeil paradoxal peut également survenir chez les personnes souffrant de niveaux de stress élevés ou de certains troubles du sommeil, tels que l’insomnie et l’apnée obstructive du sommeil (OSA).

Lorsque vous n’obtenez pas suffisamment de sommeil paradoxal, le corps essaie de corriger le déficit par rebond paradoxal. Pendant le rebond REM, un individu rattrape le sommeil REM manqué en éprouvant une intensité plus élevée et des épisodes de sommeil REM plus fréquents. En règle générale, le sommeil profond est la première étape du sommeil à rebondir, et le rebond REM ne se produit que lorsqu’une personne est modérément à sévèrement privée de sommeil.

Bien que de nombreux facteurs qui influent sur la durée et la qualité du sommeil paradoxal soient hors de votre contrôle, vous pouvez prendre certaines mesures pour protéger cette phase du sommeil, par exemple en vous assurant de dormir suffisamment et en contrôlant votre niveau de stress.

L’alcool, les drogues illicites et les médicaments, y compris certains antidépresseurs, antipsychotiques et sédatifs, peuvent affecter le sommeil paradoxal. Il est important de parler avec votre médecin si vous avez des inquiétudes au sujet de vos médicaments actuels et de la façon dont ils peuvent affecter votre sommeil.

Il reste encore de nombreuses questions sans réponse sur ce qui arrive à votre corps lorsque vous perdez le sommeil paradoxal. Par exemple, bien que de nombreux chercheurs pensent que le sommeil paradoxal est vital pour la consolidation de la mémoire, il ne semble pas y avoir de problème pour créer des souvenirs lorsqu’une personne perd le sommeil paradoxal. Les scientifiques ne savent pas pourquoi les médicaments et les lésions cérébrales qui affectent le sommeil paradoxal ne provoquent pas de troubles de la mémoire.

Bien que les scientifiques en apprennent encore sur les conséquences de la privation de sommeil paradoxal, il est clair que la privation de sommeil en général peut entraîner un risque plus élevé de prise de poids, de maladies cardiovasculaires et d’autres problèmes de santé.

Lire aussi  Régression du sommeil sur 12 mois

Qu’est-ce que l’insomnie paradoxale ?

L’insomnie paradoxale est un type d’insomnie dans lequel une personne semble bien dormir sur la base de mesures objectives, mais elle ne perçoit pas son sommeil comme réparateur. Bien que les personnes atteintes de cette maladie puissent dormir toute la nuit, elles se réveillent souvent sans se sentir reposées, sous-estiment la durée de leur sommeil et croient qu’elles étaient éveillées pendant les périodes où elles dormaient. Aussi appelée perception erronée de l’état du sommeil, l’insomnie paradoxale peut être une expérience frustrante et déroutante.

La Classification internationale des troubles du sommeil, troisième édition ne divise plus l’insomnie en différents sous-types, mais de nombreux experts continuent de trouver le terme utile.

Comment savoir si j’ai une insomnie paradoxale ?

Étant donné que le fait de ne pas pouvoir dire combien de temps vous avez dormi est le principal signe de cette maladie, il peut être difficile de savoir si vous souffrez d’insomnie paradoxale. Si vous soupçonnez que vous pourriez avoir ce trouble, il est préférable de parler à un médecin ou à un spécialiste du sommeil qui a accès à des outils supplémentaires, comme une étude du sommeil.

Une étude du sommeil, ou polysomnogramme, peut mesurer les ondes cérébrales et d’autres données pendant votre sommeil. Ces données peuvent montrer qu’une personne souffrant d’insomnie paradoxale dort plus qu’elle ne le déclare. Bien que cela signifie qu’une étude du sommeil pourrait théoriquement diagnostiquer cette condition, malheureusement, l’insomnie paradoxale est difficile à diagnostiquer.

Les chercheurs n’ont pas été en mesure d’identifier les marqueurs de la perception erronée de l’état du sommeil sur la base des ondes cérébrales, des journaux du sommeil ou des outils qui mesurent le sommeil par rapport à l’éveil en fonction des mouvements du corps, et les experts sont divisés sur la question de savoir si l’insomnie paradoxale doit être considérée comme un trouble distinct.

L’intention paradoxale comme traitement de l’insomnie

L’intention paradoxale est une technique simple conçue pour faciliter l’endormissement. L’idée derrière cette technique est que les personnes souffrant d’insomnie développent une anxiété qui augmente à mesure qu’elles essaient de s’endormir.

Pour diminuer l’anxiété d’essayer de s’endormir, l’intention paradoxale demande aux dormeurs d’adopter une approche contre-intuitive et d’essayer de rester éveillés au lit aussi longtemps qu’ils le peuvent. Idéalement, supprimer la pression pour s’endormir devrait paradoxalement faciliter l’assoupissement. Dans une étude, les adultes qui ont utilisé l’intention paradoxale se sont endormis presque une demi-heure plus vite que ceux qui ne l’ont pas fait. Cependant, d’autres études de haute qualité sont nécessaires pour confirmer si cette méthode est efficace.

Un inconvénient de l’intention paradoxale est qu’il est difficile de persuader les gens d’essayer cette technique, car la prémisse peut augmenter l’anxiété chez les personnes qui éprouvent déjà du stress au coucher.

Quand parler à votre médecin

Que vous craigniez d’obtenir suffisamment de sommeil paradoxal ou que vous envisagiez d’essayer l’intention paradoxale de gérer l’insomnie, travailler avec un médecin ou un spécialiste du sommeil peut vous aider. Un médecin peut répondre à toutes vos questions ou préoccupations, commander des tests si nécessaire et vous aider à élaborer une stratégie pour améliorer la durée et la qualité de votre sommeil.

  • Cet article a-t-il été utile?
  • OuiNon

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
partager sur Twitter
Partager sur linkedin
Partager sur Linkdin
Partager sur pinterest
Partager sur Pinterest