Qu’est-ce que la « procrastination au coucher par vengeance » ?

La « procrastination au coucher de la vengeance » décrit la décision de sacrifier le sommeil pour les loisirs qui est motivée par un horaire quotidien manquant de temps libre.

Pour les personnes occupant des emplois très stressants qui occupent l’essentiel de leur journée, la procrastination de la vengeance au coucher est un moyen de trouver quelques heures de divertissement même si cela entraîne un sommeil insuffisant.

Bien que la procrastination de la vengeance au coucher puisse être tentante sur le moment, les nuits tardives suivies de matins matinaux peuvent directement conduire à une grave privation de sommeil. Réduire le sommeil peut avoir des effets négatifs importants sur la santé mentale, physique et émotionnelle avec des conséquences à court et à long terme.

Comprendre la procrastination du sommeil, y compris ses symptômes, ses causes et ses conséquences, peut vous aider à reconnaître quand vous vous y engagez. Ensuite, vous pouvez prendre des mesures pour éviter que la procrastination au coucher ne conduise à un sommeil insuffisant.

Quels comportements sont associés à la procrastination au coucher ?

Trois facteurs sont nécessaires pour qu’une heure de sommeil tardive soit considérée comme une procrastination au coucher :

  • Un retard à s’endormir qui réduit son temps de sommeil total
  • L’absence d’une raison valable pour rester debout plus tard que prévu, comme un événement extérieur ou une maladie sous-jacente
  • Une prise de conscience que retarder l’heure du coucher peut avoir des conséquences négatives

Les comportements de procrastination au coucher reflètent la procrastination dans d’autres contextes, comme éviter de faire les devoirs ou les tâches ménagères. Toutefois, la procrastination du sommeil ne génère généralement pas d’associations négatives comme ces autres obligations. Au lieu de cela, le sommeil peut être réduit au profit d’activités qui offrent un plaisir plus immédiat, comme regarder la télévision, passer du temps avec des amis ou jouer à des jeux vidéo.

La procrastination du sommeil peut prendre différentes formes. Une forme consiste à retarder l’acte de se mettre au lit (procrastination au coucher). Un autre est de retarder le temps d’essayer de s’endormir une fois au lit (procrastination au lit), un problème qui a été associé à l’augmentation des taux d’utilisation d’appareils électroniques au lit.

Une personne peut s’engager dans une ou les deux formes de procrastination du sommeil, chacune pouvant réduire le sommeil nocturne.

Qu’est-ce que la vengeance a à voir avec cela?

La procrastination au coucher par vengeance fait référence à la décision de retarder le sommeil en réponse au stress ou à un manque de temps libre plus tôt dans la journée.

L’ajout du mot « vengeance » au concept de procrastination au coucher est devenu populaire sur les réseaux sociaux. Le terme anglais « revenge bedtime procrastination » est issu d’une traduction d’une expression en chinois qui reflétait la frustration liée à de longues heures de travail stressantes qui laissaient peu de temps pour le plaisir personnel.

De cette façon, la procrastination au coucher est considérée comme un moyen de se «venger» des heures de la journée avec peu ou pas de temps libre. Bien qu’initialement exprimée par des personnes en Chine, l’idée a trouvé un écho dans le monde entier et a gagné en popularité en réponse au stress induit par le COVID-19.

Lire aussi  Le rêve lucide est-il dangereux ?

Quelle est la psychologie derrière la procrastination au coucher ?

La procrastination du sommeil est encore un concept émergent dans la science du sommeil. En conséquence, il y a des débats en cours sur la psychologie derrière cette réduction volontaire du sommeil.

Les personnes qui s’adonnent à la procrastination à l’heure du coucher savent et veulent généralement dormir suffisamment, mais elles ne le font pas réellement. C’est ce qu’on appelle un écart intention-comportement.

Une explication de cet écart est un échec dans l’autorégulation ou la maîtrise de soi. Notre capacité de maîtrise de soi est déjà au plus bas en fin de journée, ce qui peut faciliter la procrastination du sommeil. Certaines personnes peuvent être naturellement enclines à la procrastination en général, y compris autour de l’heure du coucher. De plus, les exigences de la journée au travail ou à l’école peuvent réduire les réserves de maîtrise de soi disponibles le soir.

Tout le monde n’est pas d’accord avec cette explication, certains affirmant qu’elle met trop l’accent sur la maîtrise de soi. Au lieu de cela, la procrastination du sommeil peut résulter de personnes qui ont un chronotype du soir – les « noctambules » – qui sont obligées d’essayer de s’adapter aux horaires conçus pour les « lève-tôt ». Dans la procrastination de la vengeance au coucher, sacrifier le sommeil pour du temps libre peut également être considéré non pas comme un échec de la maîtrise de soi, mais plutôt comme une tentative de trouver du temps de récupération en réponse au stress.

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour mieux comprendre la procrastination du sommeil, qui peut être le résultat de multiples facteurs en interaction, notamment le chronotype, le stress diurne et les difficultés d’autorégulation.

Qui est le plus touché par la procrastination au coucher ?

Étant donné que la recherche sur la procrastination du sommeil en est encore à ses débuts, les experts ne savent pas avec certitude qui en est le plus affecté.

Cela dit, une étude a révélé que les étudiants et les femmes étaient les plus susceptibles de procrastiner au coucher. Les personnes ayant un chronotype du soir sont enclines à rester debout plus tard, ce qui peut se manifester par une procrastination au coucher. La procrastination du sommeil semble également être plus fréquente chez les personnes qui tergiversent dans d’autres aspects de leur vie.

La procrastination du sommeil de vengeance semble être liée à un stress diurne important. Pour de nombreuses personnes, la procrastination du sommeil peut être une réponse à des heures de travail prolongées qui, si elles sont combinées à une nuit de sommeil complète, ne laissent pratiquement pas de temps pour se divertir ou se détendre.

La procrastination à l’heure du coucher par vengeance peut également être en augmentation en raison du COVID-19 et du stress associé aux commandes à domicile. Des enquêtes ont révélé que le travail à domicile a souvent prolongé les heures de travail, et les femmes, en particulier, ont vu leur temps de loisirs normal diminuer depuis le début de la pandémie. Ces facteurs peuvent déclencher du stress et de la procrastination du sommeil et contribuer au fait que près de 40 % des personnes ont eu des problèmes de sommeil pendant la pandémie.

Lire aussi  Exercice et insomnie

Conséquences de la procrastination au coucher

La procrastination au coucher peut entraîner une privation de sommeil. Sans suffisamment d’heures de sommeil, l’esprit et le corps ne peuvent pas se recharger correctement, ce qui peut avoir des effets négatifs généralisés sur la santé.

Un sommeil insuffisant dégrade la pensée, la mémoire et la prise de décision. La privation de sommeil augmente également le risque de somnolence diurne, ce qui peut nuire à la productivité et à la réussite scolaire tout en augmentant les risques de somnolence au volant.

Un manque de sommeil est lié à l’irritabilité et à d’autres difficultés à réguler les émotions. Il a également été lié à des troubles de santé mentale, tels que la dépression et l’anxiété.

La privation de sommeil aggrave la santé physique, rendant les gens plus sensibles aux problèmes cardiovasculaires et aux troubles métaboliques, comme le diabète. De plus, et particulièrement préoccupant à la lumière du COVID-19, un sommeil insuffisant peut éroder la fonction immunitaire et réduire l’efficacité des vaccins.

Les conséquences de la perte de sommeil peuvent survenir rapidement. Les conséquences d’une perte de sommeil continue peuvent également s’accumuler avec le temps, contribuant à d’importants problèmes de santé à long terme.

Avec la procrastination du sommeil, les effets de la privation de sommeil peuvent devenir encore plus inquiétants. La privation de sommeil a été liée à une autorégulation et à un contrôle des impulsions réduits, ce qui signifie que la procrastination du sommeil peut faire partie d’un cycle négatif de renforcement de sommeil réduit et d’une santé globale dégradée.

Comment prévenir la procrastination du sommeil

Le meilleur remède contre la procrastination du sommeil est une saine hygiène du sommeil, qui consiste à créer de bonnes habitudes de sommeil et un environnement propice au sommeil. N’oubliez pas qu’il faudra plus d’une nuit de sommeil pour vraiment adopter de bonnes habitudes de sommeil.

Avoir des routines définies peut rendre les comportements presque automatiques. Pour cette raison, une routine nocturne peut réduire l’impulsion à rester debout plus tard au lieu d’aller se coucher. Voici des exemples d’habitudes de sommeil positives :

  • Maintenir une heure de coucher et de lever constante, y compris les jours non ouvrables
  • Éviter l’alcool ou la caféine en fin d’après-midi ou en soirée
  • Arrêter l’utilisation des appareils électroniques, y compris les téléphones portables et les tablettes, pendant au moins une demi-heure, et idéalement plus longtemps, avant de se coucher
  • Développer une routine stable à utiliser tous les soirs pour se préparer au coucher

Les méthodes de relaxation, telles que lire un livre, méditer ou s’étirer doucement, peuvent faire partie de votre routine du coucher et vous aider à vous endormir. Les techniques de relaxation peuvent également réduire le stress qui peut conduire à la procrastination au coucher.

Créer un environnement de chambre invitant, sombre et calme et doté d’un matelas et d’une literie confortables peut également rendre le sommeil plus attrayant. Un espace de sommeil invitant peut contrecarrer le désir de sacrifier le sommeil pour des activités de loisirs.

Si vous constatez que vos problèmes de sommeil persistent ou provoquent une somnolence diurne notable, parlez-en à un médecin qui pourra revoir vos habitudes de sommeil, déterminer si vous êtes affecté par un trouble du sommeil et créer un plan pour vous aider à mieux vous reposer.

  • Cet article a-t-il été utile?
  • OuiNon

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
partager sur Twitter
Partager sur linkedin
Partager sur Linkdin
Partager sur pinterest
Partager sur Pinterest