Que se passe-t-il lorsque vous dormez ?

Lorsque vous dormez, votre corps subit une série de changements qui permettent le repos qui est vital pour votre santé globale. Le sommeil permet au cerveau et au corps de ralentir et de s’engager dans des processus de récupération, favorisant de meilleures performances physiques et mentales le lendemain et sur le long terme.

Ce qui se passe lorsque vous ne dormez pas, c’est que ces processus fondamentaux sont court-circuités, affectant la pensée, la concentration, les niveaux d’énergie et l’humeur. Par conséquent, obtenir le sommeil dont vous avez besoin – sept à neuf heures pour les adultes et encore plus pour les enfants et les adolescents – est crucial.

Ce qui se passe pendant le sommeil, y compris le déroulement des différentes étapes du sommeil, démontre la complexité du sommeil et son importance pour notre bien-être.

Comment le sommeil change-t-il pendant la nuit ?

Au cours d’une période de sommeil normale, vous progressez à travers quatre à cinq cycles de sommeil. Chaque cycle de sommeil est composé de quatre phases de sommeil individuelles.

Les quatre stades du sommeil sont ensuite divisés en deux catégories : les mouvements oculaires rapides (REM) et le sommeil non REM. Ces catégories sont importantes car ce qui se passe pendant le sommeil paradoxal est radicalement différent de ce qui se passe pendant les phases non-REM.

Les trois premières phases du sommeil sont composées d’activités non REM. L’étape 1 est courte, représentant l’acte de s’assoupir et de passer au sommeil. Au stade 2, le corps et l’esprit ralentissent pendant que vous vous endormez. Il est plus facile d’être réveillé pendant ces deux premières étapes.

Au stade 3, également connu sous le nom de sommeil profond, le corps est en mode de récupération, ralentissant encore plus. Dans le même temps, l’activité cérébrale globale ralentit et montre un schéma révélateur d’impulsions d’activité censées aider à prévenir les réveils indésirables.

La quatrième étape est le sommeil paradoxal. Pendant les périodes REM, l’activité cérébrale remonte à des niveaux similaires à ceux observés lorsque vous êtes éveillé, ce qui explique pourquoi le REM est associé aux rêves les plus intenses. Alors que la respiration et la fréquence cardiaque augmentent pendant le sommeil paradoxal, la plupart des muscles sont paralysés, ce qui nous empêche de réaliser ces rêves éclatants.

Chaque cycle de sommeil dure entre 70 et 120 minutes. Dans les premiers cycles de sommeil de la nuit, plus de temps est passé en sommeil non paradoxal. La majorité du sommeil paradoxal se produit pendant la seconde moitié de la nuit. La progression des stades et des cycles de sommeil dans une période de sommeil est connue sous le nom d’architecture du sommeil.

Lire aussi  Secousses Hypniques

Qu’arrive-t-il à votre cerveau et à votre corps pendant le sommeil ?

Pratiquement toutes les parties du corps subissent des changements notables pendant le sommeil. Lors de l’endormissement, des milliers de neurones du cerveau passent de l’état de veille à l’état de sommeil, envoyant des signaux dans tout le corps.

Bien que le rôle biologique du sommeil ne soit pas encore entièrement compris, la recherche démontre qu’il renforce les systèmes cardiovasculaire et immunitaire et aide à réguler le métabolisme. Ce qui se passe pendant le sommeil peut être vu dans des changements notables dans les processus corporels de base.

Respiration

La respiration ralentit pendant le sommeil non paradoxal, la respiration atteignant ses taux les plus bas pendant la phase trois du sommeil profond. La respiration s’accélère et peut devenir irrégulière pendant le sommeil paradoxal.

Rythme cardiaque

Comme pour la respiration, la fréquence cardiaque commence à ralentir pendant l’étape 1 et atteint son rythme le plus lent pendant l’étape 3. D’autre part, pendant le sommeil paradoxal, le pouls s’accélère à peu près au même rythme qu’à l’état de veille.

Tonus musculaire

Les muscles se détendent progressivement à chaque étape du sommeil non paradoxal et la dépense énergétique totale du corps diminue. Au cours de la phase REM, la plupart des muscles sont paralysés dans un état connu sous le nom d’atonie. Cela empêche les jambes et les bras de s’agiter en réponse au contenu du rêve. Les muscles respiratoires et oculaires restent cependant actifs, et le battement des yeux derrière les paupières fermées est à l’origine du nom de sommeil à mouvements oculaires rapides.

Activité cérébrale

Lorsqu’elles sont mesurées pendant le sommeil, les ondes cérébrales montrent des modèles clairs associés à chaque étape du sommeil. Dans les premières parties du sommeil non paradoxal, les ondes cérébrales ralentissent considérablement ; cependant, aux stades 2 et 3, il y a de nombreuses poussées rapides d’activité cérébrale.

Dans le sommeil paradoxal, l’activité cérébrale s’accélère, montrant des types d’ondes cérébrales nettement différents. L’activité cérébrale accrue est la raison pour laquelle le sommeil paradoxal est connu comme l’étape la plus associée aux rêves vifs.

On pense que le sommeil paradoxal permet des capacités cognitives essentielles, y compris la consolidation de la mémoire, mais le sommeil non paradoxal, même avec une activité cérébrale réduite, jouerait également un rôle dans la facilitation du bon fonctionnement du cerveau pendant l’éveil.

Rêver

Le rêve est le plus répandu et le plus intense pendant le sommeil paradoxal, mais il peut survenir à n’importe quel stade du sommeil. Cela dit, les rêves qui se produisent pendant le sommeil non-REM et REM ont tendance à montrer des schémas différents, les rêves REM étant souvent plus fantaisistes, immersifs ou bizarres.

Lire aussi  Grincement de dents chez les enfants

Niveaux d’hormones

Le sommeil et l’horloge interne du corps, ou rythme circadien, jouent un rôle important dans la régulation de la production de nombreuses hormones, notamment :

  • La mélatonine, qui aide à favoriser le sommeil
  • Hormone de croissance, qui soutient le développement osseux et musculaire ainsi que le métabolisme
  • Cortisol, qui fait partie du système de réponse au stress du corps
  • Leptine et ghréline, qui aident à contrôler l’appétit

Les niveaux d’hormones fluctuent au cours des différentes étapes du sommeil, et la qualité du sommeil peut également affecter la production d’hormones pendant la journée.

Que se passe-t-il lorsque vous avez des problèmes de sommeil ?

Lorsque vous avez des problèmes de sommeil, vous ne bénéficiez peut-être pas des avantages réparateurs qui découlent de ce qui se passe normalement pendant le sommeil. Les effets spécifiques dépendent du type de problème de sommeil et de sa cause.

Que se passe-t-il si vous souffrez d’insomnie ?

Les personnes souffrant d’insomnie ont du mal à s’endormir ou à rester endormies aussi longtemps qu’elles le souhaitent, ce qui signifie qu’elles ont un sommeil total insuffisant. En conséquence, ils peuvent ne pas suivre suffisamment de cycles de sommeil pour se reposer correctement, ce qui entraîne une somnolence diurne ainsi que des effets négatifs sur l’humeur et la réflexion.

La privation de sommeil, qui survient souvent avec l’insomnie, peut perturber l’équilibre de l’architecture du sommeil. Par exemple, après avoir manqué de sommeil, les gens connaissent souvent un rebond du sommeil paradoxal, passant un temps disproportionné en sommeil paradoxal. Cela peut entraîner une activité cérébrale excessive, ce qui peut vous rendre irritable et aggraver des problèmes de santé mentale comme l’anxiété et la dépression.

Que se passe-t-il pendant le sommeil si vous souffrez d’un trouble du sommeil ?

Les troubles du sommeil peuvent affecter négativement ce qui se passe lorsque vous dormez. Par exemple, le syndrome des jambes sans repos ou une respiration perturbée due à l’apnée du sommeil peuvent provoquer des réveils fréquents qui interrompent le cycle normal du sommeil, réduisant ainsi le sommeil réparateur. Les troubles du rythme circadien veille-sommeil peuvent entraîner un sommeil insuffisant ou une architecture anormale du sommeil.

Que se passe-t-il lorsque vous dormez trop ?

L’hypersomnie est une condition caractérisée par un sommeil excessif. Les personnes souffrant d’hypersomnie éprouvent souvent une somnolence diurne excessive et peuvent avoir du mal à rester éveillées quand elles en ont besoin. Des études indiquent que l’hypersomnie est associée à des changements dans l’architecture du sommeil, tels qu’une réduction du sommeil profond et une augmentation du sommeil NREM, ce qui peut affecter la qualité globale du sommeil.

  • Cet article a-t-il été utile?
  • OuiNon

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
partager sur Twitter
Partager sur linkedin
Partager sur Linkdin
Partager sur pinterest
Partager sur Pinterest