Les terreurs d’une nuit

Pour la plupart des parents, se réveiller aux sons d’un enfant qui crie est un événement alarmant, en particulier lorsque les tentatives de réconfort de votre enfant se heurtent à une expression insensible et à des membres agités. Ce n’est pas un cauchemar; c’est une terreur nocturne.

Bien que les moments qui passent pendant une terreur nocturne puissent sembler longs et stressants pour un parent, ces épisodes ne durent généralement que quelques minutes, après quoi votre enfant se rendort rapidement et il n’aura aucun souvenir de l’épisode le lendemain matin.

Les parents ont souvent des questions et des préoccupations au sujet des terreurs nocturnes. Connaître leurs causes, leurs conséquences et leurs différences par rapport à d’autres comportements de sommeil inhabituels peut aider les parents à comprendre ces épisodes et à mieux prendre soin de leur enfant.

Que sont les terreurs nocturnes ?

Les terreurs nocturnes, également appelées terreurs nocturnes, sont un type de parasomnie, classé comme un trouble de l’éveil, qui survient pendant le sommeil non paradoxal (NREM). Ils surviennent généralement au cours des 3 à 4 premières heures de la nuit.

Une personne victime d’une terreur nocturne commencera soudainement à montrer des signes de panique et de terreur pendant son sommeil, comme des cris, des agitations ou des coups de pied. Cela s’accompagne généralement d’autres symptômes tels qu’une fréquence cardiaque et une respiration rapides, des rougeurs de la peau, de la transpiration, une dilatation des pupilles et une tension des muscles.

Bien que l’enfant puisse ouvrir les yeux et sembler avoir très peur de quelqu’un ou de quelque chose dans la pièce, il ne réagit généralement pas à ceux qui essaient de le réveiller ou de le réconforter. Ils peuvent même tenter de se battre ou de s’échapper, causant des blessures accidentelles à eux-mêmes ou à des membres de leur famille.

La plupart des terreurs nocturnes durent environ 10 minutes, mais elles peuvent durer 30 à 40 minutes chez certains enfants. Après l’épisode, les enfants retombent souvent dans un sommeil profond et n’ont généralement aucun souvenir de la terreur nocturne du lendemain matin.

La fréquence des terreurs nocturnes peut être difficile à prévoir. Certains enfants peuvent les ressentir très rarement tandis que d’autres peuvent avoir un à deux épisodes par mois.

Cauchemars contre terreurs nocturnes

Les cauchemars sont des rêves désagréables ou effrayants qui provoquent une détresse émotionnelle. Contrairement aux terreurs nocturnes, les cauchemars surviennent généralement pendant le sommeil paradoxal et n’impliquent pas de comportements physiques ou vocaux. Il est courant de se souvenir des détails ou des sentiments du cauchemar et certains peuvent même devenir des rêves récurrents.

Les cauchemars et les terreurs nocturnes commencent dans l’enfance. On estime que 10 % à 50 % des enfants âgés de 3 à 5 ans font des cauchemars suffisamment graves pour perturber les parents ou les soignants. Bien que les terreurs nocturnes soient considérées comme moins courantes, les taux de prévalence ne sont pas bien documentés. En général, la prévalence chez les enfants a été signalée comme étant de 1 à 6,5 %. Cependant, une étude a révélé que jusqu’à 40 % des enfants de moins de 5 ans avaient des terreurs nocturnes.

Qui est touché par les terreurs nocturnes ?

Les terreurs nocturnes peuvent toucher des personnes de tout âge, mais sont beaucoup plus fréquentes chez les jeunes enfants que chez les adolescents ou les adultes.

Terreurs nocturnes chez les enfants

L’âge le plus courant auquel les terreurs nocturnes se produisent est un sujet de débat en cours. Le plus souvent, ces épisodes surviennent lorsqu’un enfant a entre 4 et 12 ans et disparaissent spontanément à l’adolescence ou à la puberté. Cependant, une étude récente a montré que l’âge le plus courant pour les terreurs nocturnes était de 1,5 ans, avec jusqu’à 35% des enfants de cet âge ayant ces épisodes.

Lire aussi  Qu'est-ce qu'un lit gigogne ?

Terreurs nocturnes chez les adolescents

Bien que des preuves détaillées manquent, la prévalence des terreurs nocturnes chez les enfants de plus de 12 ans semble être faible. La plupart des adolescents qui ont des terreurs nocturnes en ont fait l’expérience lorsqu’ils étaient plus jeunes et surmonteront ces épisodes à mesure qu’ils entreront dans l’âge adulte. Une étude décrit que seulement 4% des parasomnies comme les terreurs nocturnes persisteront après l’adolescence. La nouvelle apparition de terreurs nocturnes chez les adolescents peut être liée à un traumatisme ou à un trouble psychiatrique.

Dans certains contextes sociaux à cet âge, comme les soirées pyjama ou les camps d’été, un adolescent ayant des antécédents de terreurs nocturnes peut ressentir de l’anxiété ou de la gêne. Il peut être utile de consulter un médecin pour aider à identifier les déclencheurs ou d’autres problèmes de santé contributifs.

Terreurs nocturnes chez l’adulte

Les adultes souffrent beaucoup moins fréquemment de terreurs nocturnes que les jeunes enfants. 2,2% des adultes ont déclaré avoir eu des terreurs nocturnes et très peu de personnes de plus de 65 ans (<1%) décrivent avoir des terreurs nocturnes.

Les adultes ayant des antécédents de terreurs nocturnes dans l’enfance peuvent avoir une récurrence des épisodes, déclenchée par le stress, la privation de sommeil ou le développement d’un autre trouble du sommeil. Comme chez les adolescents, les terreurs nocturnes chez les adultes peuvent être particulièrement préoccupantes en raison d’un risque accru de blessure pour soi-même ou pour les autres membres du ménage si un comportement violent se produit pendant l’épisode. Rarement, les adolescents et les adultes peuvent se souvenir des détails de la terreur nocturne.

causes

Comme d’autres parasomnies, il existe des preuves que les terreurs nocturnes ont une composante génétique et sont plus susceptibles de se produire chez les personnes qui ont des antécédents familiaux de parasomnie, en particulier un parent ou un frère ou une sœur.

De plus, les personnes souffrant d’autres troubles du sommeil comme l’asthme nocturne, l’apnée obstructive du sommeil, le syndrome des jambes sans repos ou le reflux gastro-œsophagien sont de plus en plus reconnues chez les personnes souffrant de terreurs nocturnes. En particulier, l’apnée obstructive du sommeil (AOS), un trouble respiratoire, est présente chez plus de la moitié des enfants qui sont référés aux médecins pour des terreurs nocturnes.

En général, il n’y a pas d’association significative entre les terreurs nocturnes et les troubles psychologiques, contrairement à ce qui a été suggéré dans d’autres types de parasomnies.

Bien que les conditions décrites ci-dessus puissent prédisposer quelqu’un aux parasomnies, il a été démontré qu’un certain nombre de facteurs les déclenchent :

  • Fièvre
  • Privation de sommeil
  • Anxiété de séparation chez les enfants
  • Périodes de détresse émotionnelle ou de conflit
  • Perturbation de l’horaire de sommeil
  • Certains médicaments
  • Consommation et abus d’alcool
  • Migraines
  • Blessure à la tête

Quand consulter un médecin pour les terreurs nocturnes

La plupart des enfants surmonteront les épisodes de terreur nocturne, sans traitement, et les taux de prévalence chutent fortement chez les adolescents et les adultes. Cependant, la recherche d’un avis médical sur les terreurs nocturnes doit toujours être envisagée, en particulier dans les scénarios suivants :

  • Les épisodes se produisent 2 fois ou plus par semaine
  • Les épisodes entraînent des blessures ou des quasi-blessures
  • Les terreurs nocturnes sont accompagnées de somnambulisme ou de somnambulisme
  • Une personne a des troubles du sommeil et/ou une somnolence diurne ou des problèmes de fonctionnement
  • Les terreurs nocturnes commencent à l’adolescence ou à l’âge adulte

Un diagnostic peut généralement être posé en signalant les symptômes et les comportements de sommeil à votre médecin. D’autres tests peuvent être recommandés si une personne présente d’autres symptômes, tels que l’apnée du sommeil, l’énurésie nocturne ou des convulsions. Une référence à un spécialiste du sommeil peut être nécessaire pour exclure d’autres troubles du sommeil ou diagnostiquer des problèmes de santé sous-jacents.

Lire aussi  Pourquoi avons-nous besoin de sommeil ?

Traitement et prévention

Il existe un certain nombre d’approches pour lutter contre les terreurs nocturnes, et il est préférable de travailler avec un médecin pour adapter le traitement à vos besoins spécifiques. Savoir comment réagir aux terreurs nocturnes sur le moment est bénéfique pour minimiser les événements indésirables lorsqu’ils se produisent et, heureusement, les épisodes sont généralement auto-limités.

Faut-il réveiller un enfant qui a des terreurs nocturnes ?

Lorsqu’un enfant a une terreur nocturne, il est naturel de vouloir le réconforter. Il est préférable de rester à proximité et de s’assurer qu’il ne tombe pas ou ne se blesse pas. Cependant, n’essayez pas de réveiller un enfant pendant une terreur nocturne. Les tentatives d’excitation peuvent prolonger la durée de l’épisode ou provoquer une réaction physique pouvant entraîner des blessures. Le plus souvent, ces épisodes sont courts et votre enfant se rendormira rapidement.

Si les terreurs nocturnes se produisent à plusieurs reprises, assurez-vous que la chambre de votre enfant est un environnement sûr en retirant tous les objets potentiellement dangereux et en sécurisant les portes et les fenêtres. Assurez-vous que les autres soignants et les membres de la famille savent également quoi faire si une terreur nocturne se produit.

Quel est le traitement des terreurs nocturnes chez les enfants ?

Les parents doivent être assurés que le traitement peut ne pas être nécessaire pour les enfants qui souffrent de terreurs nocturnes moins de deux fois par mois. La plupart des enfants dépasseront naturellement ces épisodes à mesure qu’ils vieilliront et que leur système nerveux se développera.

Même si les terreurs nocturnes sont peu fréquentes, il est important de réfléchir à ce que vous pouvez faire pour améliorer l’hygiène du sommeil de votre enfant. De meilleures habitudes de sommeil peuvent réduire la probabilité de terreurs nocturnes, faciliter une meilleure croissance et un meilleur développement et établir des routines de sommeil saines à mesure que votre enfant grandit. Étant donné que la privation de sommeil est un déclencheur connu des terreurs nocturnes, l’amélioration de la qualité du sommeil est une approche courante pour lutter contre les terreurs nocturnes plus fréquentes.

Si un problème médical sous-jacent contribue aux terreurs nocturnes, le traitement de cette condition médicale peut jouer un rôle essentiel dans la réduction et/ou le traitement des terreurs nocturnes. Un médecin peut aider à déterminer si des conditions médicales sous-jacentes contribuent à la parasomnie et proposer un plan de traitement spécifique.

Dans certains cas, des médicaments peuvent être envisagés pour les enfants souffrant de terreurs nocturnes persistantes. Certains enfants répondent au traitement avec des médicaments comme les sédatifs et certains antidépresseurs.

Traitement des terreurs nocturnes chez les adolescents et les adultes

Les adolescents et les adultes qui éprouvent des terreurs nocturnes répétées peuvent bénéficier de travailler avec un spécialiste du sommeil qui peut aider à identifier s’il existe une cause sous-jacente qui peut être traitée. Ils peuvent également prescrire une thérapie pour gérer les symptômes des terreurs nocturnes.

Un médecin ou un spécialiste du sommeil peut vous demander de tenir un journal du sommeil, qui est un enregistrement de vos habitudes de sommeil récentes et de la façon dont le sommeil affecte votre vie quotidienne. Ils peuvent demander des informations à un partenaire de lit ou à un membre de la famille qui peut décrire des épisodes de terreur nocturne. Certaines personnes peuvent être référées pour une étude du sommeil afin d’évaluer et de diagnostiquer plus en détail les troubles du sommeil sous-jacents/concurrents.

  • Cet article a-t-il été utile?
  • OuiNon

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
partager sur Twitter
Partager sur linkedin
Partager sur Linkdin
Partager sur pinterest
Partager sur Pinterest