Le lien entre l’apnée du sommeil et le SSPT

Le trouble de stress post-traumatique (SSPT) est un état de santé mentale qui peut se développer après avoir vécu un événement traumatisant, comme une guerre, une agression criminelle, des abus, du terrorisme, une catastrophe naturelle ou un accident de voiture ou d’avion. Le National Center for PTSD estime que 7 à 8% des personnes souffrent de PTSD à un moment donné de leur vie. Les personnes atteintes de SSPT éprouvent une variété de symptômes, notamment des flashbacks, des problèmes de mémoire et la tendance à se sentir nerveux ou à être facilement surpris.

Les problèmes de sommeil sont un autre symptôme courant du SSPT. Les troubles du sommeil les plus associés au SSPT sont l’insomnie et les cauchemars. Cependant, des recherches émergentes indiquent une forte association entre le SSPT et un autre trouble du sommeil : l’apnée du sommeil.

Les personnes atteintes d’apnée obstructive du sommeil (AOS) éprouvent des interruptions temporaires de la respiration pendant la nuit, souvent accompagnées de ronflements forts, d’étouffements ou de halètements. Lorsque ces symptômes surviennent, le cerveau doit recommencer à respirer, ce qui perturbe le sommeil. En conséquence, les personnes atteintes d’AOS se réveillent sans se sentir reposées et souffrent de somnolence excessive tout au long de la journée, même lorsqu’elles ont dormi toute la nuit.

https://www.monsieurdream.com/wp-content/uploads/2022/09/33dqnxp_Lofta_CTA_Desktop_SF_V2.jpeg
https://www.monsieurdream.com/wp-content/uploads/2022/09/33dqnxp_Lofta_CTA_Mobile_SF_V2.jpeg

Dans quelle mesure est-il courant d’avoir à la fois OSA et PTSD ? Le SAOS touche entre 17 et 22 % de la population générale. Parmi les personnes atteintes de SSPT, ce nombre varie de 12 à 90 %. Les personnes atteintes à la fois d’AOS et de SSPT sont plus susceptibles d’avoir des symptômes de SSPT plus graves.

Les troubles respiratoires du sommeil peuvent être un signe d’OSA non traité, qui est associé à des symptômes plus graves de SSPT, ainsi qu’à un risque accru d’insuffisance cardiaque, de démence et de certains cancers. Les troubles respiratoires du sommeil sont présents chez 95 % des personnes qui ont évacué un incendie et 91 % des victimes qui ont subi des crimes consécutifs.

Les vétérans sont jusqu’à trois fois plus susceptibles d’avoir un SSPT. Les hommes, qui représentent un pourcentage plus élevé de la population des anciens combattants, sont également plus susceptibles de souffrir d’apnée du sommeil. Selon une étude, 69% des vétérans du Vietnam atteints de SSPT souffraient également de troubles respiratoires du sommeil.

Dans la population générale, le risque d’apnée du sommeil augmente avec l’âge. Cependant, les jeunes anciens combattants atteints de SSPT peuvent présenter un risque démesuré pour leur groupe d’âge. Une étude a révélé que 69% des jeunes vétérans de la guerre en Irak et en Afghanistan avaient un dépistage positif pour l’OSA.

Les personnes atteintes de SSPT qui éprouvent également des problèmes de sommeil tels que l’OSA sont susceptibles de souffrir de dépression plus grave, d’un risque de suicide plus élevé, d’une toxicomanie accrue et d’une moins bonne qualité de vie. Les personnes qui développent OSA avant l’âge de 70 ans ont également un risque accru de décès précoce.

Lire aussi  Dormir sans oreiller

Le SSPT cause-t-il l’apnée du sommeil ?

Le SSPT cause-t-il l’apnée du sommeil ou est-ce l’inverse ? C’est difficile à dire. Les personnes atteintes d’AOS plus grave (mesurée par le nombre de fois qu’une personne éprouve une apnée ou arrête de respirer pendant 10 secondes ou plus, chaque heure) sont plus susceptibles d’avoir un TSPT plus grave. Dans le même temps, plus leur TSPT est grave, plus leur OSA est grave. Plus précisément, pour chaque augmentation cliniquement significative de la gravité des symptômes du SSPT, le risque d’AOS d’un vétéran a augmenté de 40 %.

Le sommeil perturbé causé par l’apnée du sommeil peut contribuer à la privation de sommeil qui aggrave les symptômes du SSPT, rendant la récupération plus difficile. Même si un dormeur ne se réveille pas alors qu’il présente des symptômes d’AOS, les apnées du sommeil éveillent le système nerveux sympathique, diminuant la qualité globale du sommeil. La privation de sommeil qui en résulte peut altérer l’humeur et la prise de décision, ce qui réduit la probabilité qu’une personne utilise la thérapie CPAP, le traitement courant de l’apnée du sommeil.

Extinction de la peur et sommeil paradoxal

Un bon sommeil profite aux personnes atteintes de SSPT et joue un rôle extrêmement important dans la réduction de la peur associée aux souvenirs traumatisants. Des études montrent que le sommeil, en particulier le sommeil paradoxal, aide à faciliter l’extinction de la peur – un processus où votre cerveau oublie l’association d’un déclencheur neutre avec une réaction de peur. Tout comme votre cerveau apprend à consolider et à se souvenir des événements pendant le sommeil paradoxal, il travaille également à réduire la peur associée à certains souvenirs.

L’extinction de la peur et les cauchemars se produisent pendant le sommeil paradoxal. Lorsqu’une personne atteinte de SSPT se réveille d’un cauchemar, cela perturbe son sommeil paradoxal et interrompt cet important processus d’extinction de la peur. Si la personne souffre également d’apnée du sommeil, sa tendance à avoir un sommeil perturbé est encore plus probable. En fait, pour certaines personnes atteintes d’OSA, la majorité de leurs apnées se produisent pendant le REM.

Certains chercheurs pensent que le lien entre le SSPT et l’apnée du sommeil provient du cerveau. Les personnes atteintes de SSPT ont des niveaux d’hormone de croissance (GH) inférieurs à ceux sans SSPT, et une sécrétion réduite de GH est associée à plus de réveils pendant la nuit. Le stress chronique, comme celui vécu par les personnes atteintes de SSPT, peut également entraîner des réveils fréquents.

Traiter l’apnée du sommeil et le SSPT

Étant donné que la difficulté à dormir est un symptôme d’éveil courant du SSPT, une meilleure hygiène du sommeil fait souvent partie du plan de traitement du SSPT, ainsi qu’une thérapie par la parole et des médicaments. Les médecins peuvent recommander de suivre un horaire de sommeil strict, d’adopter une routine apaisante au coucher pour soulager le stress et de réduire la consommation de caféine et d’alcool.

L’apnée du sommeil est le plus souvent traitée avec un programme de perte de poids ou une chirurgie de perte de poids pour les personnes en surpoids et une thérapie par pression positive continue (CPAP). Dans la thérapie CPAP, les individus dorment avec un masque qui se connecte via un tuyau à une machine CPAP sur leur table de chevet. La thérapie CPAP permet aux voies respiratoires de la personne de rester ouvertes pendant le sommeil, réduisant ainsi les épisodes d’apnée pendant la nuit.

Lire aussi  Comment l'apnée du sommeil affecte la tension artérielle

Heureusement, les preuves suggèrent que pour les personnes souffrant d’apnée du sommeil et de SSPT, une thérapie CPAP cohérente peut non seulement soulager les symptômes de l’apnée du sommeil, mais également ceux du SSPT, notamment l’anxiété, la dépression, les cauchemars et la qualité de vie. Malheureusement, l’inverse est également vrai : le SAOS non traité est associé à de moins bons résultats pour le SSPT.

Adhésion à la thérapie CPAP

L’adhésion à la thérapie CPAP est moins courante que les médecins ne le souhaiteraient, simplement parce que dormir avec le masque peut être inconfortable. Les personnes atteintes de SSPT sont beaucoup moins susceptibles d’utiliser systématiquement la thérapie CPAP, souvent en raison d’un inconfort masquant, de cauchemars et de claustrophobie. Les cauchemars en particulier sont associés à une plus grande résistance à la thérapie CPAP. Les personnes atteintes de SSPT utilisent la thérapie CPAP pendant une durée plus courte – seulement 3,5 heures en moyenne – et sur moins de nuits en général.

Une étude sur les anciens combattants a révélé que parmi ceux qui n’avaient pas de SSPT, 70 % adhéraient à la thérapie CPAP. Parmi les anciens combattants atteints de SSPT, ce taux d’adhésion est tombé à moins de 50 %.

Le non-respect de la thérapie CPAP a de graves conséquences. Une étude sur des personnes atteintes de SSPT et d’AOS a révélé que ceux qui ont suivi leur traitement CPAP ont connu une amélioration de 75 % des symptômes du SSPT. Pour ceux qui ne l’ont pas fait, leurs symptômes se sont aggravés de 43 %.

Des études montrent que plus une personne utilise fréquemment sa thérapie CPAP, plus ses symptômes de SSPT s’améliorent. La thérapie CPAP a un effet positif encore plus fort chez les personnes atteintes de SSPT sévère, par opposition aux symptômes légers à modérés.

Plus précisément, la thérapie CPAP peut réduire considérablement la fréquence des cauchemars – jusqu’à 50% – et la détresse qu’ils causent aux personnes atteintes de SSPT. La thérapie CPAP soulage également les symptômes de somnolence diurne du SSPT, améliorant ainsi la qualité de vie.

Quand il est temps de consulter votre médecin au sujet de l’apnée du sommeil

Si vous souffrez de SSPT et que vous craignez de souffrir également d’apnée du sommeil, envisagez de consulter un médecin si :

  • Votre partenaire de sommeil se plaint de ronflements bruyants ou mentionne que votre respiration s’arrête pendant votre sommeil.
  • Vous vous réveillez en haletant ou en vous étouffant pendant la nuit.
  • Vous vous sentez toujours fatigué après une nuit de sommeil complète.
  • Vous avez du mal à rester éveillé à l’école ou au travail, ou lorsque vous conduisez.

Si vous remarquez l’un de ces signes, parlez à votre médecin de votre sommeil. Avec un traitement cohérent, y compris la CPAP et la thérapie par la parole, les symptômes du SSPT et du SAOS peuvent être considérablement réduits.

  • Cet article a-t-il été utile?
  • OuiNon

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
partager sur Twitter
Partager sur linkedin
Partager sur Linkdin
Partager sur pinterest
Partager sur Pinterest