Le deuil et son effet sur le sommeil

Le deuil est une partie inévitable de la vie. Plus de 2,5 millions de personnes meurent chaque année aux États-Unis et plus de 60 millions dans le monde. Pour chaque personne décédée, en moyenne cinq amis proches et membres de la famille sont laissés pour pleurer leur mort.

Bien que le deuil soit une expérience universelle, la façon dont le deuil est traité est unique à chaque individu. Le processus de deuil prend du temps et il est différent pour chaque personne. Cependant, l’une des plaintes les plus courantes des personnes en deuil est la difficulté à dormir. La santé mentale et le sommeil sont étroitement liés, et le bilan douloureux de la perte d’un être cher peut faire des ravages sur les deux.

Qu’est-ce que le deuil ?

La plupart des gens vivent cinq étapes distinctes du deuil : l’incrédulité, la négociation, la colère, la dépression et l’acceptation. Ces étapes n’apparaissent pas nécessairement selon un schéma linéaire, et il est courant de vivre ces étapes dans différentes vagues d’intensité tout au long du processus de deuil. L’intensité du chagrin diminue progressivement avec le temps et, vers six mois, une majorité de personnes sont capables d’accepter la perte et de l’intégrer dans leur vie.

Quand le deuil devient-il un deuil compliqué ?

Pour 10 à 15 % des personnes en deuil, cependant, l’intensité du deuil ne diminue pas. Ces personnes continuent d’éprouver des symptômes intenses de deuil, même après six mois. C’est ce qu’on appelle un deuil compliqué, un trouble du deuil prolongé ou un deuil traumatique. Les symptômes incluent ce qui suit :

  • Douleur émotionnelle récurrente et intrusive
  • Préoccupation et désir persistant pour le défunt
  • Colère face au décès de la personne
  • Éviter les choses qui leur rappellent leur être cher
  • Perte de confiance ou détachement des autres
  • Engourdissement émotionnel
  • Solitude
  • La culpabilité du survivant
  • Le sentiment d’avoir perdu une partie de soi

Le deuil compliqué est distinct des troubles de santé mentale comme la dépression et l’anxiété, bien qu’il puisse souvent coexister avec la dépression et le trouble de stress post-traumatique (SSPT).

Le risque d’une personne de développer un deuil compliqué double lorsqu’elle a vécu la perte d’un proche, comme un enfant ou un conjoint. Les femmes, les personnes âgées, les personnes à faible revenu et celles qui ont perdu quelqu’un à cause du cancer courent également un risque accru de vivre un deuil compliqué.

Comment le deuil affecte le sommeil

Le sommeil, ou le manque de sommeil, est une plainte courante de chagrin. Les personnes qui présentent plus de symptômes de deuil sont plus susceptibles de mettre plus de temps à s’endormir, de se réveiller pendant des périodes de temps après s’être endormies et de passer une partie importante de leur temps au lit éveillées plutôt qu’endormies.

Les personnes endeuillées sont également plus susceptibles de souffrir d’insomnie moyenne ou de difficulté à se rendormir après s’être réveillées au milieu de la nuit. Les pensées de leur être cher les empêchent de s’endormir en premier lieu. Ensuite, une fois qu’ils se sont endormis, ils ont du mal à dormir toute la nuit en rêvant du défunt.

Dans les études sur les personnes souffrant de troubles du sommeil, les chercheurs s’appuient souvent sur l’indice de qualité du sommeil de Pittsburgh (PSQI) pour évaluer la qualité du sommeil. Ce questionnaire auto-administré aboutit à un score allant de 0 à 21, les nombres inférieurs indiquant un meilleur sommeil. Un score PSQI de 5 ou plus indique un « mauvais sommeil ». Les personnes souffrant de deuil compliqué ont en moyenne un score PSQI presque le double, à 9,44.

Sommeil et deuil : une relation bidirectionnelle

La mauvaise qualité du sommeil n’est pas une caractéristique diagnostique d’un deuil compliqué, mais elle peut augmenter le risque de développer un deuil compliqué. Un nombre croissant d’études montrent que les troubles du sommeil accompagnent souvent le deuil, et que le sommeil et le deuil partagent une relation bidirectionnelle.

Lire aussi  Quand faut-il remplacer son matelas ?

Jusqu’à 91 % des personnes souffrant de deuil compliqué signalent des problèmes de sommeil. Quarante-six pour cent disent avoir du mal à dormir, notamment à cause de leur chagrin, au moins trois fois par semaine.

Dans le même temps, ceux qui ont des problèmes de sommeil pendant le deuil – y compris un sommeil court, des difficultés à s’endormir et à se réveiller pendant la nuit – sont plus susceptibles de développer un deuil compliqué. En d’autres termes, non seulement le deuil perturbe le sommeil, mais un mauvais sommeil peut rendre le processus de deuil plus difficile.

Par exemple, une étude sur des étudiants en deuil a révélé que ceux qui souffraient d’une perte avaient un taux d’insomnie significativement plus élevé que leurs pairs non en deuil. Plus d’un étudiant en deuil sur 5 souffrait d’insomnie, contre seulement 1 sur 6 parmi les étudiants non en deuil. Parmi les étudiants en deuil, ceux souffrant d’insomnie présentaient des symptômes de deuil compliqué plus graves que ceux dont le sommeil n’était pas perturbé.

Deuil et sommeil du conjoint

Plus de 800 000 personnes âgées américaines perdent leur conjoint ou partenaire chaque année. Un sommeil perturbé et de mauvaise qualité est une expérience courante pour ces personnes. Plus leur chagrin est mauvais, plus leur sommeil est mauvais.

La perte d’un partenaire peut avoir un impact particulier sur le sommeil, car la veuve ou le veuf peut avoir partagé son lit avec cet être cher pendant des décennies. Lorsque leur partenaire meurt, tout ce qui concerne l’endormissement – des routines du coucher au lit lui-même – peut sembler différent, vide et moins sûr. En conséquence, il est plus difficile de s’endormir et de dormir profondément.

Perdre un conjoint plus tard dans la vie comporte d’autres risques, notamment un risque accru de placement en maison de retraite et de consommation de médicaments. Les femmes qui deviennent veuves sont plus de deux fois plus susceptibles d’utiliser des hypnotiques pour s’aider à dormir. Lorsque ceux qui ont perdu leur conjoint développent un deuil compliqué, ils courent un risque accru de développer un cancer ou une hypertension artérielle dans les deux prochaines années.

Un mauvais sommeil est associé à de moins bons résultats en matière de santé à tout âge. Pour les personnes âgées, un mauvais sommeil peut doubler le risque de décès.

Autres comorbidités et sommeil

Environ 1 personne sur 4 qui a perdu un conjoint développe une dépression majeure, qui peut durer jusqu’à deux ans après sa perte. Les personnes souffrant de deuil compliqué et de dépression comorbide ont tendance à souffrir d’une moins bonne qualité de sommeil. La gravité de leur dépression ainsi que leur chagrin prédisent indépendamment un mauvais sommeil.

Le deuil est également associé à des changements dans la santé physique, ce qui peut exacerber les problèmes de sommeil et, à son tour, intensifier le processus de deuil. Par exemple, 43 % des personnes éprouvent une perte d’appétit pendant le deuil. Être en moins bonne santé physique au moment de la perte peut augmenter le risque de développer un deuil compliqué et une dépression majeure, ainsi que les problèmes de sommeil associés.

En raison du stress extrême lié à la perte d’un être cher, les personnes qui ont vécu le décès d’un conjoint sont également plus susceptibles d’avoir des niveaux accrus d’inflammation par rapport aux personnes non endeuillées dont le sommeil est perturbé. Ce type d’inflammation peut augmenter leur risque de maladie cardiovasculaire.

La perte d’un être cher entraîne souvent de graves changements de mode de vie, comme une perte de sécurité financière ou de sécurité, qui peut également perturber la qualité du sommeil. Les personnes en deuil peuvent faire moins d’exercice et participer à moins d’activités sociales, ce qui peut réduire la qualité de leur sommeil. Les modes de vie sédentaires sont associés à un mauvais sommeil, et la solitude à elle seule peut être un prédicteur d’un mauvais sommeil.

Lire aussi  Boire de l'eau avant de se coucher

Un mauvais sommeil peut aggraver les résultats pour les personnes en deuil. De la même manière, un bon sommeil peut aider les individus à faire face au processus de deuil. Pour soulager les symptômes, des approches thérapeutiques ciblant à la fois le deuil et les problèmes de sommeil sont souvent recommandées.

Traitements thérapeutiques du deuil

Les traitements du deuil peuvent inclure une combinaison de psychothérapie et de médicaments. De nombreuses personnes qui subissent une perte se voient prescrire des médicaments hypnotiques pour soulager les symptômes d’insomnie et de deuil compliqué. Cependant, cette approche peut exposer les personnes âgées en deuil à un risque accru de chutes et de blessures nocturnes.

Les antidépresseurs peuvent être un autre traitement efficace, en particulier lorsqu’ils sont associés à une thérapie de deuil compliquée (CGT). En CGT, un thérapeute utilise des procédures spécifiques pour aider l’individu à apprendre à réguler les émotions issues de son deuil. Les personnes qui subissent une CGT en plus de prendre un antidépresseur dorment mieux que celles qui prennent un antidépresseur seul. Leurs problèmes de sommeil ne disparaissent pas, mais s’améliorent considérablement. Dans une étude, le pourcentage d’individus qui avaient du mal à dormir au moins 3 fois par semaine à cause de leur chagrin est passé de 49 % à 15 %.

Il a été démontré que la thérapie cognitivo-comportementale et la psychothérapie interpersonnelle soulagent les symptômes d’un deuil compliqué. Cependant, certaines études indiquent que malgré l’amélioration des symptômes du deuil compliqué, ces traitements ne résolvent pas toujours les problèmes de qualité du sommeil. Par exemple, une étude néerlandaise a révélé que les personnes ayant suivi une thérapie cognitivo-comportementale pour un deuil compliqué signalaient moins de troubles du sommeil après la thérapie. Cependant, plus de la moitié avaient encore plus de plaintes de sommeil que la personne moyenne.

Pour soulager les problèmes de sommeil associés au deuil, des traitements supplémentaires peuvent être recommandés, comme la thérapie cognitivo-comportementale spécifiquement pour l’insomnie.

Thérapie cognitivo-comportementale pour l’insomnie

La thérapie cognitivo-comportementale de l’insomnie (TCC-I) est considérée comme un traitement sûr et efficace de l’insomnie. Un cours typique de ce traitement comprend jusqu’à huit séances hebdomadaires d’une heure avec un thérapeute au cours desquelles le patient déballe les pensées et les comportements malsains qu’il a autour du sommeil et apprend à les remplacer par de nouvelles stratégies. Ils peuvent apprendre de meilleures habitudes d’hygiène du sommeil, telles que :

  • Rendre la chambre aussi sombre, fraîche et silencieuse que possible
  • Éviter l’utilisation d’appareils électroniques au moins une heure avant de se coucher
  • Limiter les siestes pendant la journée
  • Éviter l’alcool et la caféine après le début de l’après-midi
  • Suivre une routine d’exercice quotidienne

Deux autres aspects de la TCC-I incluent le contrôle des stimuli et la restriction du sommeil, qui se sont avérés particulièrement efficaces :

  • Contrôle des stimuli vise à aider l’individu à associer sa chambre exclusivement au sommeil et à la relaxation. L’individu est invité à n’utiliser le lit que pour dormir et à se lever et à quitter la pièce s’il reste éveillé pendant plus de 10 minutes.
  • Restriction de sommeil se concentre sur le respect d’un horaire de sommeil strict chaque jour, basé sur le temps typique passé par l’individu à dormir, plus ou moins 30 minutes. Par exemple, une personne qui dort six heures ne sera autorisée à rester au lit que pendant 6,5 heures. Cela aide à renforcer le lit en tant qu’endroit réservé au sommeil, tout en aidant la personne à s’adapter à un horaire de sommeil cohérent.

Le deuil prend du temps, mais il y a des gens qui peuvent aider. Si vos symptômes de deuil deviennent plus intenses et interfèrent avec votre sommeil, parlez-en à votre médecin.

  • Cet article a-t-il été utile?
  • OuiNon

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
partager sur Twitter
Partager sur linkedin
Partager sur Linkdin
Partager sur pinterest
Partager sur Pinterest